Rangi ou les plongées torticolis!

6h, je n’ai aucun mal à me réveiller… Mince mince mince. Mauvaise nouvelle, je suis en train de tomber malade. En même temps, suite à mon escapade sous la grêle où j’ai été congelée même la nuit, il fallait s’y attendre. Sauf que qui dit nez bouché dit pas de plongées et ça ce n’est pas concevable… Alors je lutte !!

J’enfile mon maillot et je file pour le petit-déjeuner. Fruits frais, des œufs, de la baguette. Une bonne journée qui commence ! Une excellente journée ! Une journée formidable ! 3 plongées dans ce spot incroyable ! ça ne peut-être qu’une journée magnifique ! Hors-du-commun! Spectaculaire!

7h le mini-bus arrive. Hihi. Un couple d’espagnol part en même temps que moi et il y a déjà 4 français dans le bus. Un long trajet nous attend, au moins 5 minutes.

En arrivant, je rencontre Audrey avec qui le courant était tout de suite passé la veille au téléphone. Puis, elle me présente Nico, le manager du club, qui me file mon équipement. Ah, qu’est ce que ça m’avait manqué !!

J’ai un premier briefing pour ma formation Nitrox, puis le briefing de sécurité habituel. On est 5 français, dont un moniteur en plus du moniteur. Donc 2 moniteurs. Je pense que je ne risque rien ^^.

Pour cette première plongée, on part à la passe d’Avatoru. Il m’explique les poissons qu’on va pouvoir voir… Euh. Ah ouais. Je réalise un truc… je n’ai jamais plongé dans un endroit francophone… alors quand on me parle de carangues aux gros yeux, c’est moi qui écarquille les yeux. Mince, je ne connais pas tous ces poissons. « Euh, vous auriez pas les noms en anglais ?? » Il va chercher un autre moniteur anglophone qui me traduit les noms « Ah oui ok c’est bon je connais » ^^. Va peut-être falloir que je commence à apprendre le français moi !!

Avant d’y arriver on a 10 bonnes minutes de bateau. Et rien que sur le bateau on en prend plein les yeux ! Le lagon est magnifique, l’île est magnifique… ça s’annonce bien !!!

On nous emmène au coin de la passe. A priori pas de courant en perspective pour cette plongée. Une petite plongée tranquille donc. C’est parti hihihi!

On a à peine le temps de finir de descendre qu’on tombe sur un requin pointe blanche. Bon je m’y perds un peu dans les noms parce que celui qu’on appelle white tip en anglais est le silvertip en français et le pointe blanche c’est un autre. Bref, heureusement, pour cette plongée on verra les 2, donc pas besoin de connaître la différence pour le moment ^^. On va en voir un deuxième , puis un troisième… Ils viennent assez près comparé aux autres plongées que j’avais fait jusqu’à présent. Mais bon, ils sont un peu indifférents… Ils font leur vie, on fait la nôtre. Pas de quoi balancer des bubulles, rassurez-vous !

Alors je peux donc vous dire en français que j’ai vu des thons, des tonnes de carangues aux gros yeux en train de se faire chasser par les thons. A un moment donné on se trouvait vraiment à proximité de cette école de carangues, quand soudain…. Plus personne ! En un quart de seconde ils se sont dispersés, ça a fait un bruit monumental sous l’eau ce « mouvement de foule ». C’est tout simplement le thon qui s’est mis à chasser ! Super impressionnant !

En fin de plongée, je vais voir ma première sole tropicale. C’est trop beau. C’est très coloré et quand elle se met à nager elle a une sorte de nageoire qui se dresse sur la tête un peu comme une licorne. Et dès qu’elle se pose dans le sable, hop, elle range sa nageoire. Je l’ai déjà dit mais c’est trop beau.

A part ça, je trouve la visibilité incroyable… 60 mètres !!!!!!!!! Le plus que j’avais eu jusqu’à présent c’était 30 mètres à Sipadan. Ça donne l’impression d’être en apesanteur, on ne voit plus l’eau. J’adore. Mais bon en sortant on tient à me rassurer, « tu verras la visibilité est bien meilleure de l’autre côté de l’île, généralement on a 100 mètres de visibilité ». Ils font bien de me le dire, effectivement ça me rassure, je trouvais ça un peu limite 60 mètres… Non mais !

Pour les poissons… ben j’ai clairement l’impression de plonger dans un aquarium ! ça grouille de partout. J’appelle ça la plongée torticolis à Rangiroa ! Entre les requins, les écoles, les scènes de chasse, les coraux et les multitudes de poissons, ce n’est pas facile de savoir où regarder et même en se tordant dans tous les sens, on rate forcément plein de choses !!

Après une heure, nous revoilà sur le bateau. A nouveau 10 minutes paradisiaques pour rejoindre le club. Vite on enlève la combi pour se réchauffer avant la prochaine plongée (enfin vite fait, l’eau est quand même à 30°C… )

Thé, serviette et gâteaux, on est loin d’être à plaindre !!

Après un petit bain de soleil, c’est à nouveau l’heure du briefing ! Passe de Tiputa cette fois. Courant rentrant à cette heure-ci donc ça s’annonce sportif ! « Quand je sonne la cloche vous plongez dans le canyon, vous vous plaquez contre la paroi et vous vous agrippez…. Normalement on finit ici. Mais si quelqu’un se fait emporter par le courant on y va tous et avec le parachute le bateau viendra nous chercher »… euh … OK… ça a l’air sérieux leur truc, faut que je m’inquiète ??

C’est parti, c’est beaucoup plus près, on n’a que 5 minutes de bateau cette fois-ci.

C’est reparti. On plonge, on descend sur le corail, puis on longe le tombant. Une fois arrivée à 30 mètres, surprise, on quitte le tombant… on palme vers le grand bleu ! Je n’avais encore jamais fait un truc pareil ^^ ! Du bleu à perte de vue ! La sensation est incroyable, on n’a plus aucun repère, si ce n’est les rayons de soleil à la surface 30 mètres plus haut ! On palme, on palme… aucune idée vers où mais on y va !

Soudain… Je regarde au-dessus de moi : Une école de barracudas ! Ils tournent quelques mètres plus haut ! Puis je regarde en-dessous : ça grouille de quelque chose. Qu’est-ce que c’est que ça ? oh…. Des requins gris !! Des dizaines… des centaines ! Un mur de requins gris ! Pfoua ! Je regarde un coup au-dessus…. Un coup en-dessous… à nouveau au-dessus… puis en-dessous ! Dans tous les cas, c’est wahou !!!!!!

On continue de palmer vers la passe. Soudain… il y a du courant. On se laisse porter ! Je me mets juste au-dessus du sol, je ne bouge plus, je vois le sol défiler sous moi, j’ai l’impression de voler !! L’impression d’être en apesanteur ! C’est génial ! ça dure bien 5 bonnes minutes !

Soudain en tournant la tête, un énorme requin marteau (plus de 4 mètres, belle tête). Mais ce trouillard a eu la frousse. On a à peine le temps de le voir qu’il file se cacher derrière les rochers…. Pfu. Puis bon avec ce courant, ce n’est pas comme si on pouvait traîner des masses en cours de route ! Dommage, vous n’aurez pas sa tronche aplatie sur vidéo du coup !

Ah j’entends la « cloche » : c’ est le moment de « plonger » ^^. Youhou, je plonge tête la première, chope le premier bout de caillou que je peux. Je m’aplatis contre les rochers : C’est bon plus du courant. Je ressors la tête pour voir où en sont les autres… Ouhla mauvaise idée. Avec tout ce courant, j’ai le masque qui se plaque contre mon visage et se met à trembler. Je ferai mieux de « rentrer » ! Hop les autres arrivent les uns après les autres. Puis on se promène du côté gauche du canyon. C’est magnifique de se promener dans un canyon sous l’eau ! En plus, comme c’est le seul endroit où il n’y a pas de courant, les poissons viennent se réfugier aussi ici. Il y a du monde ! On voit même les câbles qui permettent d’alimenter l’île !

On se faufile de canyon en canyon et on finit par arriver à un autre endroit de la passe où il y a beaucoup de coraux et poissons mais une moins bonne visibilité. Je vais tomber sur une murène la bouche grande ouverte en train de se faire faire un petit blanchiment des dents par un petit poisson ! Bon à un moment le poisson a dû la chatouiller parce qu’elle a refermé précipitamment sa bouche… puis ré-ouverte et j’ai vu le pauvre poisson se carapater vite fait bien fait, il a eu la peur de sa vie je pense ! Il n’a qu’à pas rentrer de la bouche de n’importe qui aussi !!

A cet endroit, proche du village, on trouve malheureusement sous l’eau… des déchets. Notre instructeur sort un sac et on commence à collecter les bouteilles,…

Voilà une heure que nous sommes sous l’eau, nous remontons à la surface au milieu des vagues !

On retourne sur la terre ferme. J’en profite pour compléter mon logbook avant qu’on ne me ramène à l’hôtel. La plongée de 14h étant complète, je ferai celle à la tombée de la nuit. Je me retrouve avec quelques heures devant moi… Je pourrais aller à la piscine, faire du snorkelling, aller à la plage,… Mais non. Je vous rappelle que je suis malade et que je suis en pleine lutte pour ne pas être trop malade et ne plus pouvoir plonger, ce qui serait une cataaaaaaaaaa.

Je file donc… me coucher. Quand je me relève.. c’est pour mieux repartir !

Le mini-bus revient me chercher, je remets ma combi et on repart. On part du même endroit mais cette fois, on ne va pas rentrer dans la passe, on va rester sur le mur un peu avant. Là, le briefing de la plongée m’envoie du rêve. Le coucher du soleil est le moment où les poissons chirurgiens se reproduisent. Si j’ai de la chance ils seront des milliers, si je n’ai pas de chance, ils seront des centaines. Quand ils se reproduisent les femelles balancent les œufs et les mâles les spermatozoïdes et apparemment ça ressemble à un feu d’artifice ! Youhou ! Bon sans les couleurs bien sûr ! Ensuite, briefing de sécurité en ce qui concerne…. Les dauphins. Rangi est un des rares endroits sur cette planète où non seulement les dauphins viennent à la rencontre des plongeurs, mais ils aiment jouer, se faire caresser… Donc s’il vient vers moi en agitant ses ptites papattes c’est qu’il veut un câlin. C’est noté, je n’y manquerai pas ! En revanche il faut essayer de rester au même niveau et de surtout ne pas leur tenir les nageoires, parce qu’ils trouvent ça rigolo de descendre ou de te faire remonter à la surface… ce qui dans notre cas n’est pas une super idée. OK compris, je me contenterai de lui faire des câlins ! C’est ma 50ème plongée (oui je sais… je n’y peux rien, je suis hors de contrôle !), ça s’annonce pas trop mal !

Allez hop, en route !

Mais en arrivant… ouhla ! On est LOIN d’être seuls. Tout le monde a eu la bonne idée de venir plonger ce soir, à la même heure, au même endroit… On se jette à l’eau… Mouais, il y a vraiment beaucoup de monde. Des bulles partout. Une cata. AUCUN poisson chirurgien (je pense que là, ils avaient un peu trop de public pour être dans l’ambiance…). On entend les dauphins… Un vient ! Youhou ! Sauf que quand il arrive y’a un groupe de japonais surexcités qui se mettent à faire des grands gestes dans tous les sens… ça ne rate pas, le dauphin prend peur et se barre… Ouin. Bon donc cette plongée aura été des plus décevantes, les instructeurs n’avaient jamais vu autant de monde sous l’eau… Mais bon, après les 2 plongées de folie de ce matin, je repars largement avec le sourire… en me disant qu’en plus je remets ça le lendemain !!

Je rentre à l’hôtel, je me douche et je file au restaurant. Je choisis un poisson grillé. Alors autant le poisson cru est un délice autant le poisson cuit… vraiment bon. C’est beaucoup trop cuit, c’est trop sec… Pas top.

Je file ensuite sur le ponton regarder les poissons. Je retrouve le couple avec la petite fille de la veille. On se raconte nos journées… quand on voit 2 beaux requins passer sous nos pieds ! C’est l’heure du repas pour les requins aussi !

Je papote un peu avec eux et je retourne dans ma chambre en prenant soin de ne pas mettre la clim, d’avoir assez chaud mais pas trop,… Allez hop, faut que je me repose si je veux pouvoir plonger demain !!!!

Nana!

Ju

 

 

Bien arrivée sur Rangi, paradis de la plongée!

Après un nouveau petit-déjeuner baguette, je défais entièrement mon sac : Ralph est d’accord pour que je laisse des affaires ici le temps que j’aille à Rangiroa. Et franchement pour aller plonger 4 jours, de quoi aurais-je besoin si ce n’est un maillot de bain ? J’en profite donc pour laisser plus de la moitié de mon sac en pension à Tahiti. Ah, ça fait du bien de se sentir légère ! 10 kilos de moins, ce n’est pas rien.

On fait du stop pour aller à l’aéroport. Maintenant qu’on a vu à quel point ça marchait bien, on se dit que ce serait dommage de payer un bus alors qu’on peut se faire transporter gratuitement, plus rapidement et c’est surtout beaucoup plus sympa pour rencontrer des locaux !

Même endroit que la veille. Même timing. La première voiture s’arrête ^^. On est des ptits veinards. Un polynésien qui est tout content de nous rendre service. Pendant le trajet, je lui demande s’il est déjà allé en métropole : « Oui, mais après 2 semaines, j’étais pressé de rentrer. On ne se rend pas compte qu’on habite au paradis jusqu’au moment où on va ailleurs ! »

Il me dépose à l’aéroport et emmène ensuite Simon à l’agence de voyage en ville pour récupérer ses billets. J’embarque mon sac. 8 kilos ^^. Si seulement ça pouvait toujours être comme ça… J’avais presqu’oublié que je l’avais sur le dos !

Puis je file à l’agence pour voir ce que je peux faire de ma deuxième semaine. J’ai ma petite idée. Je voudrais aller de Rangiroa à Fakarava, autre paradis de la plongée. Puis 2 jours à Bora et rentrer sur Tahiti. Manque de bol, les vols Rangiroa-Fakarava sont complets. Il faut que je reste une semaine complète sur Rangiroa. Euh. Une semaine complète. Je demande à la fille s’il y a de quoi s’occuper une semaine à Rangi, elle me dit clairement que non. Bon tant pis. Ce sera donc 4 jours Bora-Bora (ouais je me permets d’avoir Bora en second choix – pour les insultes, comme d’hab c’est dans les commentaires ^^). Mais il n’y a pas de vol direct, donc je dois refaire escale à Tahiti. Ça va on a vu pire comme escale.

J’ai mon billet pour Bora-Bora en poche. Je le regarde plusieurs fois, rien que le nom fait rêver. Ce billet m’envoie du rêve sans avoir besoin de mettre les pieds sur l’île !

Mais un ptit bonheur après l’autre. Comme ce sont de très petits avions (à hélice…), il n’y a pas de places indiquées, c’est premier arrivé, premier servi. Et je veux absolument une fenêtre pour voir à quoi ça ressemble le paradis vu d’en haut !

Je vais vite faire la queue et me trouve une place rapidement près d’une fenêtre. Un français me de demande s’il peut s’asseoir à côté de moi… Bien sûr. On commence à papoter : Il a été instructeur de plongées à Rangiroa pendant 20 ans. On aborde « l’accident » de la semaine précédente… Oui… comme d’hab je vous l’annonce 3 semaines après, pour ne pas vous inquiéter inutilement ! La semaine avant mon arrivée, il y a eu 2 accidents. Le premier à Rangiroa où une japonaise est décédée pendant une plongée… Le deuxième à Bora-bora où une française est décédée après avoir été percutée par une pirogue à moteur alors qu’elle faisait du snorkelling dans le lagon… Je discute donc de l’accident de plongée avec lui, il ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé, mais il me confirme que ce que dit la presse est ridicule : Le club 6 Passengers est excellent à tout point de vue, mais malheureusement, les accidents ou les gens qui paniquent, ça arrive, comme pour tout…

Il me montre ensuite des photos de plongées lorsqu’il était instructeur et me raconte quelques anecdotes… Il me parle notamment des requins marteaux, vous savez ceux qui ont la tête toute aplatie et qui sont suffisamment gros (plus de 4 mètres) pour nourrir de nombreux chinois pendant plusieurs semaines. Une fois, un passionné de plongées plongeait depuis plusieurs jours avec lui et avait fini par convaincre sa femme de venir faire une plongée. Il lui demande donc une plongée pépère où on ne voit pas de gros trucs terrifiants. Genre pas de requins marteaux par exemple. Il choisit donc un endroit réputé pour avoir pleins de petits poissons, des jolis coraux,… Ils descendent. Tout se passe bien. Mais arrivés dans les 20 mètres, il voit un énorme marteau qui arrive droit sur eux… et qui commence à leur tourner autour (ce que font les requins quand ils pensent que vous avez une tête d’un bon 4 heures)… Il a plaqué les 2 divers contre la paroi, a sorti les 2 détendeurs et a balancé les bubulles… le requin a fini par avoir peur et partir… Bon, finalement, la femme n‘a pas trop compris ce qui se passait et n’a pas eu si peur que ça… Je note : Attaque de requins en vue, je balance les bubulles. Fastoche.

Sur les photos qu’il me montre : Il pêche et fait du shark feeding (il va nourrir les requins…). Je trouve ses activités un peu incompatibles avec la plongée. Mais bon, chacun son point de vue. Même si je suis contre le shark feeding, il faut reconnaître que les photos sont hyper impressionnantes : Ils chassent des requins pointes noires (Les « petits », à peu près ma taille) pour ensuite attirer les plus gros comme le marteau. Et quand vous voyez le marteau avec une sardine dans la bouche et que vous vous rendez compte que le marteau est en train de manger un truc qui fait votre taille… ben c’est très très impressionnant.

Lui maintenant est représentant d’une boîte alimentaire et il va d’île en île… donc là il va à Rangi pour 2 jours pour le boulot… On n’a pas tous le même cadre de travail… En regardant par le hublot, on voit des îlots au milieu de lagons bleus turquoises… Sympa quoi.

Une heure plus tard, on atterrit. L’atterrissage à lui seul vaut le détour ! C’est déjà super chouette vu de haut !!

A l’arrivée, dans l’ »aéroport »(un abris donc), on nous dépose nos affaires sur un rack (pas de tapis roulant donc) et on m’accueille avec un collier de fleurs. Les loulous, les 3 prochains jours c’est grand luxe pour moi ! Grâce à mes supers collègues, j’ai pu me payer 3 nuits dans un hôtel 3 étoiles à Rangiroa ! Merci mes collègues, vous êtes les meilleurs des meilleurs des meilleurs !!!! ^^

Je récupère mon backpack et embarque avec les autres couples dans le mini-bus. Il n’y a qu’une route sur l’île qui fait tout de même 12 km… Après pas besoin de routes parallèles ou perpendiculaires, l’îlot a un peu une forme de couloir. Donc la route de 12 km, quelques habitations de chaque côté et après le lagon partout. Il y a plusieurs îlots autour également. Dont un qui est en vente si certains d’entre vous ont un ptit million dont ils ne se servent pas, ils peuvent s’offrir un îlot à Rangi avec une magnifique maison dessus. Comme je vous ai filé le tuyau, merci de penser à m’inviter pour la crémaillère ^^.

A l’arrivée, nous sommes accueillis avec des jus de fruits frais, un « plan » de l’île et les clés des bungalows. Eh oui. J’ai un bungalow ^^. Ahah. Un bungalow !!!

Il est tellement grand que j’ai peur de m’y perdre. Il y a l’air conditionné, une salle de bain rien que pour. Un bungalow pour 4 jours et 3 nuits. Youhouh !!! Merci encore les collègues !!!

Bon j’ai celui vu jardin parce que si je prenais celui avec vue sur le lagon, je n’aurais pu me payer qu’une nuit. Et franchement, qu’est ce que je ferai d’une vue lagon, je ne vais pas passer ma journée dans le bungalow à regarder le lagon par la fenêtre !!!! C’est parfait comme ça. Je retourne à la réception pour réserver mes plongées. Il y a 2 clubs sur Rangi : Top dive et 6 passengers, celui qui a eu l’accident. Je sais qu’e ce moment il y a l’enquête et que certains essayent de faire fermer le club, alors du coup je décide d partir avec Top dive. Les 2 ont des tarifs qui se tiennent de toute façon. Mais Top dive a aussi un pass 10 plongées valable sur d’autres îles. Et comme maintenant, je vais à Bora bora… ahahah !

La fille de l’accueil me fait remarquer que ce pass de 10 plongées peut être partagé avec d’autres personnes, genre 5 plongées chacun. Quelle drôle d’idée. Qui voudrait faire une chose pareille ? Non mais vous rigolez, je suis venue jusqu’ici c’est pas pour partager mes plongées ! On ne rigole pas en ce qui concerne les plongées avec moi !!!

On appelle donc Top Dive. La plongée de 7h demain est complète, mais elle peut m’inscrire à 14h et à la sunset. Parfait. En revanche elle m’apprend que pour des raisons de sécurité, comme le caisson le plus proche est à Papeete, ils n’autorisent que 2 plongées à air par jour. Si on veut plonger plus, il faut plonger au Nitrox. Ah mais moi je ne vais pas plonger 2 fois par jour, ce n’est pas possible (Merci de considérer que c’est un île faite pour la plongée… en gros il n’y a rien d’autre à faire ici !! Donc je ne suis pas que accro à la plongée, il y a aussi du bon sens derrière, je ne vais pas rester allonger sur la plage la moitié de la journée !) Puisque c’est comme ça, je passe la certification Nitrox demain !

Cet après-midi j’emprunte palmes, masque et tuba. A l’agence, ils ont dit que l’eau de Tahiti était super sale comparée aux autres îles donc je veux voir ça de mes propres yeux au plus vite !

Effectivement… Alors avant je plongeais dans une piscine. Maintenant… Euh je ne sais pas quoi vous dire… C’est tellement transparent que c’est comme s’il n’y a plus d’eau… Plein de poissons et de patates de corail partout. A même pas 3 mètres du bord, je trouve une belle murène, des poissons trompettes,…

En ressortant, je sympathise avec un couple d’italien en lune de miel qui étaient dans le même mini-bus que moi. Après 2 semaines au Fiji, ils font 3 semaines en Polynésie. Pas mal la lune de miel. Elle vient de faire du snorkelling également et est tombée sur un requin pointe noire à peine le nez dans l’eau. Ça promet pour demain !! J’ai lu sur le net qu’il y avait des murs de requins gris, plus gros que les pointes noires et par centaine… J’avoue que j’ai du mal à anticiper ma réaction lorsque je vais me retrouver dans l’eau avec des centaines de requins gris…

Verdict demain !

Sur ce, je file sous MA douche ahah. Je profite !! Quand je sors de la douche, j’ai un appel, c’est Audrey de Top Dive : « J’ai un désistement pour la plongée de demain 7h30, j’ai pensé à toi, ça t’intéresse ? » « Ah ! A ton avis ? » Je saute de joie ! Youhouh, 3 plongées demain !!!

Puis le dîner, évidemment, je reprends le poisson cru à la coco, je ne m’en lasse pas, c’est vraiment délicieux ! Au moment de débarrasser ma table, la serveuse polynésienne me demande si elle remballe mon pain ou si je veux le garder pour les poissons… Quoi ? « Oui depuis le ponton, vous pouvez le donner au poisson si vous voulez ». Ah. OK. J’arrive au ponton, même sans le pain, ça grouille de poissons. Je balance une miette. Il y a des poissons qui sautent hors de l’eau dans tous les sens, je me régale ! Je vois des requins passer… Ils profitent de ce nuage de poissons pour se nourrir également. Mince, je suis une criminelle…

Une petite fille avec ses parents viennent me rejoindre, je lui file mon pain ^^. Je fais une heureuse !!

Allez hop, je file au lit. Je vais essayer de ne pas me perdre dans ce grand lit, mais je ne promets rien. J’ai pris l’habitude d’à peine bouger parfois pour ne pas risquer de tomber et là peu importe comment je me mets, ça passe largement… Je pense que je vais me perdre !

Vivement demain ahahahah !

Ju

A Tahiti, en pension chez un vice champion du monde de surf!

Iorana,

Après une nuit au congélateur, je file pour l’aéroport ! Youhouh ! Je vais retrouver la chaleur, le soleil, la mer après… ben après 32 heures beaucoup trop longues à mon goût. Je ne suis plus faite pour vivre loin de l’eau salée et du soleil ^^.

A l’aéroport, j’en profite pour me ra-racheter un appareil photo (le troisième de ce tour… j’espère ne pas battre les lunettes : J’en suis à 8 paires^^). Le vendeur essaie de me refiler le Canon qui va à 30 mètres sous l’eau. Quand je lui raconte que moi il n’est pas allé à plus de 30 centimètres, il est tout embêté ! Je prends donc le moins cher qui va sous l’eau. Il ne va qu’à 7 mètres, mais pour le snorkelling ce sera parfait et pour la plongée j’ai toujours la Go Pro. L’affaire est pliée.

En attendant le vol, quelque chose me frappe. Ce n’était pas arrivée depuis 8 mois. Eh oui, qui dit vol pour la Polynésie Française dit français dans l’avion ! Et pas qu’un peu, ça grouille de français. J’entends parler français partout autour de moi ! C’est très bizarre. Mince, ça donne l’impression de rentrer !!

Avant de monter dans l’avion, chaque passager a le droit à une fleur blanche qui sent incroyablement bon. Même les hommes ont leur fleur derrière l’oreille. Fleur sur l’avion aussi. Fleur sur le billet. C’est écrit Tahiti partout : Il a beau pleuvoir dehors, ça met tout de suite dans l’ambiance, je sens déjà le soleil qui revient !

Dans l’avion, en lisant le magazine de bord, je découvre que Teahupoo démarre le 15 août !!! Mais non ! Je dois partir le 13 août !!! Teahupoo, c’est quoi ? C’est un des spots de surf les plus dangereux au monde. Il y a régulièrement des vagues énormes (plus d’une dizaine de mètres !!) qui forment un vrai tube et surtout s’écrasent contre le corail… Donc mieux vaut ne pas tomber de sa planche. Teahupoo est l’étape la plus célèbre, la plus attendue et la plus redoutée du championnat du monde de surf. Donc tous les grands surfeurs sont là, y compris… Kelly Slater ! Mince, je ne veux pas rater ça !

Après 5 heures de vol : « Vous êtes arrivés à Tahiti. La température extérieure est de 30 °C » (oui c’est parce qu’il fait nuit, sinon c’est un peu mieux… rappelons quand même que c’est l’hiver !). Ahhhhhhhhhhhhhhhh. Je me sens un peu mieux. Mais le moral va monter en flèche dans 2 petites minutes… juste le temps de descendre de l’avion… et…. Oh de la musique…

On rentre dans l’aéroport et nous sommes accueillis par 2 polynésiens en paréo, torses nus, avec des tatouages polynésiens sur le torse, chacun un ukulélé, en train de chanter des chants tahitiens… et une danseuse tahitienne… Ahah ! Il fait nuit mais j’ai l’impression d’être à la plage !!

Bon alors à noter que tous les gens en lune de miel, courtes vacances,… tracent, les regardent à peine et foncent vers la douane. Pfu. C’est n’importe quoi. Nous ne sommes que 2 à nous arrêter pour les regarder : Simon et moi (vous connaîtrez bientôt Simon). 2 backpackers. Tant mieux, du coup on les a juste pour nous ! On en profite, on prend des photos, des vidéos, du coup ils viennent vers nous et dansent que pour nous ! Et toc ! J’attends que quasiment tout le monde soit passé avant de me diriger vers la douane. Pour une fois, l’attente aura été agréable ^^.

Je récupère mon sac, je sors : Ralph, le propriétaire de la pension, m’attend avec une ardoise avec mon nom et un certain Simon. On attend donc le fameux Simon… qui n’est autre que celui qui regardait les polynésiens avec moi. Un autrichien qui voyage pour une durée indéterminée.

Je m’installe à l’avant et commence à papoter avec Ralph. Il me demande d’où j’arrive donc je lui parle du tour et de l’Australie. Et je finis par lui demander s’il surfe. Il étouffe un petit rire et me dit que « oui oui », il surfe… On continue de papoter et il me parle de quand il était en métropole à Lacanau tout ça.. Puis en Australie, oui il a déjà surfé à Byron bay et Noosa et plein d’autres endroits… ahah. Donc visiblement il surfe bien. Je lui demande donc s’il a déjà surfé Teahupoo. A nouveau, il étouffe un petit rire et me confirme qu’il a surfé très souvent à Teahupoo… Wahou. Alors là, je suis épatée… En parlant de Teahupoo, je lui dis que je viens de voir dans l’avion que ça commence le 15 août. Et là il m’apprend qu’avant que ce ne soit Billabong qui organise, c’était…lui qui l’organisait. Ah. OK. Bon donc en fait il n’est clairement pas un novice dans le milieu du surf…

On arrive à la pension. C’est super sympa. Bon il fait nuit mais la maison est au bord du lagon. J’entends les vagues au loin, j’ai hâte de voir quand il fera jour. La cuisine, salle à manger sont à l’extérieur. Le dortoir est à l’étage, sous les combles, c’est très sympa.

A peine installée, je file sur internet pour googliser Ralph. Et c’est bien ce que je pensais. Ce soir, je dors donc chez un vice-champion du monde de surf. Ouais, moi je ne fais pas les choses à moitié ^^.

 

Je m’endors bien rapidement, bercée par le son des vagues ^^.

 

 

 

Ce moment magique avec les dauphins!

comme d’hab j’ai un mois de retard sur le blog, je suis à Rangiroa en Polynésie française et il fallait que je vous fasse partager ce moment magique où les dauphins viennent nous faire un ptit coucou pendant la plongée!

 

N’oubliez pas de monter le son, on les entend avant de les voir 😀

Après ça, osez dire que vous n’avez pas envie de plonger vous aussi 😀

Enjoy,

Ju