Tu sais que tu as passé 5 mois en Asie quand…

Tu sais que t’as vécu 5 mois en Asie quand :

  • Tu ne comprends pas pourquoi tu devrais aller au resto, c’est tellement plus cool de manger dans la rue sur un tabouret miniature ;
  • Tu arrêtes de te demander si ce que tu vas manger va te rendre malade… Tu ne vas pas arrêter de manger pendant 5 mois, ma foi on verra bien !
  • Tu ne te demandes pas s’il y a de l’eau chaude dans la douche. Tu sais qu’il n’y en a pas. Et t’es contente quand t’as une douche… c’est mieux qu’une bassine avec une tasse…
  • Avant de regarder s’il y a une chasse d’eau aux toilettes, tu commences d’abord par chercher la bassine avec un récipient pour balancer de l’eau… s’il n’y en a pas tu commences à chercher la chasse d’eau…vous seriez surpris du temps qu’il faut parfois pour trouver une chasse d’eau… ou pour comprendre comment une douche fonctionne…
  • Quand il n’y a pas de corbeille aux toilettes, ce n’est pas normal… qu’est ce que je vais faire de mon PQ ??
  • Quand t’es sur un trottoir, tu sais que tu ne peux pas regarder ailleurs que tes pieds, beaucoup trop dangereux…entre les trous, les bosses, les crevasses, les fossés ^^
  • Quand t’épates les touristes en traversant la route tranquillement sans paniquer sans ralentir ni se poser de questions alors qu’il y a des dizaines de scooter en train de foncer droit sur toi…
  • Quand tu te déplaces, tu ne sais pas quand tu vas partir, quand tu vas arriver, combien de temps le trajet va prendre, où tu vas arriver, si tu vas arriver,…
  • Quand tu sais que la logique n’a pas de logique et que ce que tu penses être logique est en fait illogique ici…
  • Quand ton ego devient complètement démesuré à force qu’on demande à te prendre en photo en permanence dans la rue, sur la plage,… et qu’on te remercie comme si t’étais une star qui venait de signer un autographe… ou qu’on te dise en permanence « Tu es tellement belle… est ce que je peux t’emprunter tes yeux ?? »
  • Quand tu ne te demandes pas ce que tu vas manger. Ce sera nouille ou riz. Ou riz ou nouilles. Mais attention t’auras le choix pour chacun entre poulet, porc et bœuf ^^.
  • Quand tu prononces ou entends Same same but different 10 fois par jour…
  • Quand tu bois des cocos au lieu de boire de l’eau, parce que des fois c’est moins cher et qu’il n’y a pas d’eau minérale, juste de l’eau purifiée, donc tu sais que la coco est le meilleur moyen de t’amener tes minéraux…
  • Quand ça te paraît inconcevable de dépenser plus d’un euro pour un repas
  • Quand ça te paraît inconcevable de payer plus de 2 ou 3 euros par nuit… ou alors tu sais que tu te fais prendre pour un pigeon…
  • Quand à chaque fois que tu veux acheter un truc, tu sais que ça va te prendre 10 minutes parce qu’il va falloir que tu fasses diminuer le prix par 10…
  • Quand tu sais que le scooter est le véhicule familial (même pour les familles nombreuses), que conduire un scooter à plus de 14 ans c’est avoir la classe et conduire un scooter à moins de 14 ans… ben c’est normal il est où le problème ? tant que les pieds touchent par terre…
  • Quand tu ne te demandes pas ce que tu vas pouvoir prendre comme dessert parce que ça n’existe pas de toute façon…
  • Quand tu commandes une crêpe, tu ne sais jamais à quoi ça va ressembler : Galette ? Crêpe ? Pancake ??
  • Quand à chaque fois que tu croises le regard de quelqu’un son visage s’illumine avec un grand sourire…
  • Quand tu n’as rien porté autre qu’un débardeur short et paire de tong depuis 5 mois…
  • Quand tu trouves que ça caille quand la température descend sous 30°C…
  • Quand nuage ou froid ne veut plus rien dire pour toi
  • Quand tu arrêtes d’espérer que le lendemain ta connexion internet sera meilleure…
  • Quand t’es contente d’avoir 3 gouttes de pluie parce que ça fait 4 mois que t’en as pas vu et que quand il fait 38°C, c’est agréable
  • Quand te retrouver sur une île de sable blanc, cocotier, hamac,… ben c’est la routine ^^
  • Quand tu te goinfres de mangue fraîche, coco et bananes en permanence

Je m’apprête à un choc culture avec l’Australie. Un choc climatique aussi,

Bye Bye l’Asie… Je sais que j’y retournerai très vite… ❤

Ju

Bye Bye Asia…

J’ai une semaine de retard sur le blog, il me reste mon périple à Bali à vous raconter… mais là je fais un saut en avant et je referai un bond en arrière juste après… Je suis à l’aéroport à Denpasar, je vais embarquer pour l’Australie…

Je quitte l’Asie après presque 5 mois de vadrouille. Dur d’expliquer ce que je ressens. Une page de mon voyage se tourne. Une autre s’apprête à s’ouvrir.

Ces 5 derniers mois ont été incroyables! J’ai vu un ballet et me suis paumée en plein milieu de la nuit à Saint Pétersbourg. Je me suis retrouvée au milieu d’un show devant 5000 personnes le soir du nouvel an à Moscou. J’ai vu la Russie et la Mongolie défiler pendant une semaine sous mes yeux dans le Transsibérien. J’ai survécu à -37°C au Lac Baikal. Je suis rentrée dans le village olympique à Pékin par un bout de grillage manquant durant la nuit. J’ai failli me faire scammer 3 fois en moins de 2 heures à Shanghai. J’ai passé ma première nuit de SDF à Hong Kong. J’ai passé 48h en mode Rendez vous en terre inconnue près de Sapa. J’ai tourné dans un film français à Bac Ha. J’ai fêté mes 30 ans à 28 ans pendant le Tet à Hanoi. J’ai fait un road trip à moto d’Hue à Hoi An. J’ai fait de la luge dans les dunes de Mui Ne. J’ai rencontré mes 2 montpelliéraines adorées à Ho Chi Minh. Je me suis retrouvée sur une barque à Can Tho à regarder une locale me faire des bijoux en bambou en ramant avec ses pieds sur le Mekong. J’ai failli perdre la boule à essayer de quitter le Vietnam. J’ai découvert le paradis à Koh Rong. Je suis allée au cirque, j’ai appris à cuisiner cambodgien et j’ai pris le bamboo train à Battambang. J’ai découvert au mois de mars qu’on n’était plus en janvier… J’ai passé une journée sur un petit bateau à traverser les villages de pêcheur. J’ai visité les temples d’Angkor. J’ai fait du bénévolat à Siem Reap en cuisinant pour les familles locales, notamment les enfants. J’ai bouleversé tous mes plans pour me rendre à Bangkok. J’ai passé le mois le plus drôle de ma vie avec ma débile préférée (vous savez tous de qui je parle ahah, tu me manques trop ma poulette !). J’ai donné son bain à un éléphant. 4 fois ^^. J’ai crapahuté 2 jours à Pai. J’ai passé ma nuit d’anniversaire dans le bus le plus pourri du monde à essayer d’arrêter de rire parce que mes abdos n’en pouvaient plus. J’ai fêté mon anniversaire à kosan road à Bangkok avec des locales complètement déjantées. On a chamboulé tous nos plans et laissé le destin décidé de notre pays suivant : On finit en Malaisie à la place du Laos ! Je me suis retrouvée dans la jungle au milieu d’un orage. J’ai passé mon open-water à Perhentian Islands et me suis découvert une passion incroyable pour les bubulles et tout ce qui fait des bubulles. J’ai bullé à Kuala Lumpur à écouter Léa me raconter ses histoires incroyables de « En fait j’avais un calamar attaché à un autre calamar qui lui se trouvait dans ma gorge… » et à la regarder faire la rainette tronquée… Je passe l’épisode où on s’est dit au revoir parce que ça c’était pas cool du tout. Je me suis retrouvée à Borneo à plonger sur une île sous surveillance militaire à cause des enlèvements récurrents… à plonger 3 fois par jour à chercher des limaces que je trouve trop cool. J’ai plongé à Sipadan, le rêve de bon nombre de plongeurs, au milieu des requins, bans de barracudas, tortues,…J’ai passé une semaine en pleine vie locale à Manille, à me baigner dans une rivière en portant les enfants philippins qui ne savaient pas nager, à danser avec eux sur le toit sous la pluie,… J’ai aussi dansé sous l’eau avec mon divemaster devant un Harlequin juvenile sweetlips qui dansait aussi. Je me suis fait faire une manucure sous l’eau par des crevettes. A plonger dans un avion avec une sirène à Cebu. A me lever au lever du soleil pour aller voir si peut-être y’avait pas un hippocampe en train d’accoucher… A rester perplexe devant le Marina sands bay, l’hôtel à 3 tours avec un joli chapeau bateau… A surfer à Kuta. A plonger seule avec le divemaster l’US liberty wreck, rien que pour nous, un autre top 10 des plongées au monde au lever du soleil pendant une heure et demi…

J’ai sûrement rencontré plus de monde en 5 mois qu’en 28 ans. J’ai appris plus en 5 mois qu’en…. Pfu je ne sais même pas combien de temps. Pas toujours des trucs super utiles… ça ne me sert à rien de savoir qu’en fait les plaques Pont-à-Mousson ne sont pas vendues dans tous les pays du monde, de connaître tous les taux de change d’Asie par rapport à l’euro et au dollar. De savoir dire bonjour, au revoir, merci dans plein de langues ou de savoir déchiffrer le russe. De connaître le prix de la coco et des Oreo dans chaque pays d’Asie. Ça ne me sert à rien mais peut être qu’un jour ça me permettra de crâner à la machine à café ^^ « Tu savais que le temps de gestation d’un hippocampe c’est 2 à 3 semaines et que c’est le male qui porte les œufs ? »

Je sais aussi qu’on n’est jamais seule quand on voyage seule. J’ai partagé un bout de vie avec :

  • Victoria, Kate et Alex à Saint Pétersbourg ;
  • Natacha, Olga, Roman, Maria à Moscou ;
  • Anna et toute sa famille à Irkutsk ;
  • Leo à Pékin ;
  • Mathilde et sa coloc à Shanghai ;
  • Jacky, Agnès et son père, la famille de Red Lao qui nous a hébergé et tous les guides à Sapa ;
  • Désirée, César et toute l’équipe de tournage à Bac Ha ;
  • Mon chauffeur préféré Martin, Monique et Bernard dans tout le Vietnam du Nord ;
  • Morgane, Anne-So et Lucile À Hanoi ;
  • Svilen à Hue, Hoi An et Dalat ;
  • Carla, Kylie, Jack et Ellen à Mui Ne ;
  • Lise-Hélène à Ho Chi Minh… et surtout mes 2 montpelliéraines Ju et Mimi !
  • Andrew, Kaisa , Isaac, Elena et l’australien de la plage de 7km à Koh Rong ;
  • Ma débile préférée, Léa à Battambang et pour toute la Thaïlande et la Malaisie !
  • Denis et Emma ; Denise et Dan et toute l’association, Sabine, Cristina, Elena et la fofolle Américaine Helena à Siem Reap ;
  • Neung, Gary et Andrew à Bangkok la première fois et les 2 fofolles thaïlandaises à mon anniversaire la deuxième fois ;
  • Ju, Lesly et tous les mahouts à Chiang Mai ;
  • Tout le staff de l’hôtel à Penang avec Léa (Ah le cuisinier espagnol !! On s’en souviendra de ses tapas !!!!!)
  • Avec Léa, notre anglais tout perdu et surtout Gab notre instructrice à Perhentian Islands
  • Béné, Pamela, Britt, Alex, Scuba Jeff et son staff à Mabul Island
  • Elena, Allen, Desiree, Ella, Felicity, Stefen, Tom et Jurgen my king my god et Noelle à Manille
  • Derek à Cebu
  • Ruddy, Jeremy, Kristina, Lito et Fred à Bohol
  • Dan, Thomas, Nelly, Marketa et Ollie à Bali

Et le tour n’est pas fini…

Je suis aussi tombée amoureuse en permanence ces 5 derniers mois : Les sourires et la gentillesse des locaux, les rencontres improbables, les paysages, la plongée, la culture et nourriture locale… L’Asie en général. Je me suis levée chaque matin en n’ayant pas la moindre idée de ce que j’allais faire et de ce qui allait m’arriver pendant la journée. Et j’ai rarement été déçue !

Bye Bye Asia… Welcome Back to Australia ^^

Ju

En mode SDF à Hong-Kong!

Hello,

Alors hier je vous quittais en allant prendre l’avion destination Hong-Kong.

1h30 de métro plus tard, je suis bien à l’aéroport. Mais au moment du check-in, grosse désillusion. Vu le temps de transit, l’hôtesse me déconseille très fortement de ne pas récupérer mon bagage à Hong-Kong, elle pense qu’il va être perdu (pas perdu sans moi parce que c’est long et qu’il a peur tout seul parce qu’il ne parle pas chinois, mais genre quelqu’un le pose nonchalamment quelque part et 2 jours plus tard, on va croire que c’est une bombe et je ne le reverrai peut être jamais). Je lui demande la probabilité que ça arrive et elle me répond « Très élevée ». Ah quand même. Bon y’a pas le choix. Si je le récupère je ne vais pas me balader à Hong-Kong et je ne sais pas où je dors. Si je ne le récupère pas, ça peut être la grosse cata pendant plusieurs jours. Bon OK, je le récupère à Hong Kong…. Elyze m’a bien dit de ne pas passer les douanes pour dormir. J’espère quand même trouver un siège ou un coin de moquette au chaud quelque part ! L’hôtesse voyant que je suis un peu dépitée me réserve un siège sur une rangée où il n’y aura personne pour que je puisse m’allonger et dormir quelques heures…

J’embarque…. Et là, pour 3 heures de vol, c’est quand même pas mal du tout ! Dîner chaud et surtout télé perso avec pleins de films. Dont… Moi, moche et méchant 2 que je n’ai toujours pas vu. Tant pis pour les sièges à dispo pour m’allonger, moi je veux voir le dessin animé ^^. Je ne regrette pas, j’ai bien rigolé pendant 2 heures avec les minions !! On atterrit, je suis tout le monde, donc en mode marche rapide. Avant de réaliser que ça ne sert à rien que je me presse, je n’ai nulle part où aller ^^. Je passe la douane sans problème. Mais petite désillusion : Y’a pas de tampon dans le passeport quand on vient à Hong Kong !

Je vais tranquillement récupérer mon back pack. Ça me fait toujours tellement plaisir quand je le vois arriver sur le tapis !!!! Je charge tout sur un chariot, je suis là pour un moment. Je sors, j’arrive dans le hall d’entrée et là… Y’a pas mal de sièges, mais la plupart sont déjà pris. Je pensais pas qu’autant de monde dormait à l’aéroport moi ! Après avoir tourné une ou 2 fois, je repère une série de 3 sièges (enfin y’a toujours des accoudoirs tous les 2 sièges mais on fera avec !) avec un sac plastique dessus… Je m’approche et à la rangée de siège dos à celle-là, un chinois se lève, enlève le sac et me fait signe que je peux m’installer. Ça doit être le proprio. Il est avec sa femme et sa fille. Ce sont mes collocs d’une nuit ! Je m’installe : Je sors mon cadenas avec câble et j’attache le petit sac à dos au gros sac, à mon sac en bandoulière avec tous mes papiers (sac qui me sert d’oreiller pour être sûre de tout retrouver au réveil) et j’attache le tout au chariot et au banc. Avec ça, je devrais pouvoir dormir sur mes 2 oreilles. Il fait bien chaud alors je mets mon sac de couchage en matelas pour que ce soit plus douillet et je dors dans mon sac à viande.

Figurez-vous que j’ai super bien dormi ! J’ai même fait la grasse mat ^^.

Là je viens de me prendre un dernier repas chinois : Damplings, tofu, thé et tarte avec nid d’oiseau. Puis j’ai fait embarquer mon sac direction Hanoï, passer la douane,… Bref les trucs habituels et là je vais monter dans l’avion direction le Vietnam ! 23°C attendus à l’arrivée. AHHHHHHHHHHHHHH enfin !!!

L’arrivée s’annonce chargée, je voudrais partir tout de suite à Sapa pour aller faire des treks et voir les minorités du nord dans les montagnes. J’atterris à 16h50, les trains sont à 20h, 21h et 22h. Donc 3h, 5h max pour récupérer le sac, passer la douane, aller à la gare, retirer de l’argent, prendre un billet et go. Oui vous vous dites c’est large, j’ai le temps. Mais depuis presqu’un mois, l’expérience montre que rien ne se passe jamais comme prévu ! Alors j’attends de voir quelles péripéties je vais bien pouvoir encore traverser !!

J’ai un gros pincement au cœur de quitter la Chine. Comme quand j’ai quitté la Russie. Mais j’ai tellement hâte de découvrir le Vietnam !! Et à Sapa, mon hôte CS (probablement le dernier avant un moment parce qu’après je vais aller en auberge de jeunesse pour une bonne partie de l’Asie du sud-est. Sauf peut-être les grandes villes) a une agence de treks et m’a dit que je pourrais me joindre à un groupe pour 1 à 3 jours. J’ai tellement hâte de découvrir cette région que je voudrais faire 3 jours mais je ne suis pas sûre de pouvoir faire des folies avec ma cheville en papier mâché…

Comme d’hab, je vous tiens informé !!

Biz,

Ju

Envoyé depuis Surface

Comment j’ai failli me faire scammer 3 fois à Shanghai!

Bonjour à tous

Petit retour sur ma virée à Shanghai !

Bon déjà j’ai failli rater mon train à Pékin ^^. Une belle performance de ma part ! Lee me garantit qu’en une heure je suis laaaaaaaaaarge pour aller à la gare. Sauf que… J’ai déjà poireauté 15 minutes pour avoir le bus (première fois que j’attends aussi longtemp à Pékin pour un bus !), qu’une fois arrivée au métrol il faut que je rende mon pass pour récupérer ma caution. Je vais au guichet, je donne mon pass, la fille ne parle pas anglais mais refuse catégoriquement et s’énerve. Je finis par trouver un chinois qui comprend un peu l’anglais. Après je ne sais combien de tentatives, il comprend ce que je veux, s’explique avec la fille et finit par me dire que c’est pas là… Super. Je ferai bien la technique je demande à une autre piur que ça marche mais elle est toute seule dans son aquarium. Tant pis va falloir que je me trouve un autre poisson plus agréable.

Je prends le métro. Après quelques minutes puisqu’il faut toujours passer ses bagages aux rayons. Quand c’est une valise ou un sac à main ça va. Quand c’est un sac de 15 kilos que tu portes sur le dos, c’est une belle perte de temps. Inutile. Oui parce que je ne comprends pas bien leur truc de sécurité ici. Tout le monde bipe mais tout le monde passe. Encore une fois, tout un concept chinois !

J’arrive sur le quai, les portes se ferment. Quand le suivant arrive, je monte dedans et lui les portes ne se ferment pas… Enfin si, entre 5 et 10 minutes plus tard. Je commence à me rendre compte que je vais être limite. En arrivant à la gare, tant pis pour récupérer la caution, je ne vais pas rater un train à 80 euros pour une caution d’1,5 euros… (Quoique, si on considère la logique locale, peut être que je serai cohérente !). Je cavale en arrivant à la station de métro vers la gare. Je n’ai jamais vu une gare aussi grande. On se croirait à Charles de Gaulle. Génial. Je cavale partout, je finis enfin par trouver la porte 6… mais c’est l’arrivée. Pour les départs c’est un autre étage !! 2 étages plus haut. Le temps de retraverser tout le hall pour récupérer un escalator, de monter les 2 étages et de retraverser tout le hall dans l’autre sens 2 étages au-dessus… je suis en sueur à cavaler avec mes 15 kilos !! J’arrive à la porte, les 2 hôtesses me font style de déstresser que c’est bon. Cool. Je ne vais pas rater mon train. Je passe la porte d’embarquement, je prends l’escalator (oui les portes d’embarquement sont à des niveaux différents, mais les trains sont bien tous au même niveau) tranquille puisque je vois le train sous mes yeux ! Mais y’a un mec qui m’attend en bas de l’escalator et qui lui s’excite comme une puce en voyant que je ne cours pas « quicker please, quicker please » oui mais bon j’en peux plus moi ! Evidemment, mon wagon est super loin, sinon ce ne serait franchement pas marrant. Je finis par trouver mon wagon et ma chambre, une nana est en train de s’installer dans mon lit. Elle a la couchette du haut mais commence à s’installer tranquillou en bas. Je lui fais tout de suite comprendre que ça ne va pas être possible. Je ne m’amuse pas après un marathon avec 15 kilos de pénalité à travers une ville à l’air ultra-pur à crapahuter avec toutes mes affaires à l’étage. J’ai pris en bas pour juste pousser mon sac avec le pied sous mon lit !

Le train chinois, c’est super classe. Chaque lit a sa propre télé, sa propre lumière. Petite table avec une nappe, bouilloire, plateau, bonne couette,… Bon après, ça en jette en arrivant, mais y’a jamais eu moyen d’allumer ni la télé ni la lampe… C’est pas grave j’avais prévu de dormir. Ce que je n’avais pas prévu en revanche, c’est le ronfleur chinois à côté de moi. AH il a bien dormi lui. IL a sûrement empêché la moitié du wagon mais il était chaud patate au réveil. Moi un peu moins du coup. J’enrage, j’ai payé un supplément pour avoir un lit au lieu d’un siège pour ne pas être HS en arrivant à Shanghai. Résultat, je suis presque sourde, j’ai dépensé inutilement mes 10 euros et je suis creuvée. Heureusement, il descend l’arrêt avant shanghai, à 6h, j’ai donc 3h devant moi pour dormir. En théorie. Parce qu’en pratique, y’a une nana qui rentre à 6h30 pour récupérer la bouilloire, une à 7h pour récupérer la nappe, une à 7h30 pour récupérer les draps… Sinon, fallait me le dire, je vous aurais tout débarrassé à 6h et j’aurais pu dormir tranquille ! Bref, il me reste 1h30, je m’endors comme une masse. Soudain, je me dis « Tiens on n’avance plus ? » Ah oui, nous sommes arrivés ! Gros coup de stress au réveil ! Il faut que je remette chaussettes, chaussures, que je referme mon sac,… et je ne sais pas si c’est le terminal et si le train repart 5 minutes après être entré en gare ou pas ! Je saute dans mes chaussures, je balance tout en vrac dans mon sac et je descends comme une fleur sur le quai, les yeux encore à peine ouverts. Après la nuit que j’ai passé, c’est hard comme réveil !

L’arrivée se passe bien, je suis les indications envoyées par Elyze, mon hôte CS (Coachsurfing), c’est tellement bien détaillé qu’il est impossible de se tromper, une bonne demi-heure plus tard, je sonne et je suis accueillie par… Mathilde, une française^^. Cool ! C’est la coloc d’Elyze qui étudie le chinois et est à Shanghai pour un an ! Elle a l’air super sympa, ça fait plaisir en arrivant ! Je trouve qu’il fait un peu froid… et là, Mathilde m’apprend qu’à Shanghai y’a pas de chauffage… Donc si t’as une clim réversible t’as de la chance. Sinon, faut trouver un système D… Elyze dort alors je m’installe tranquillement.

A son réveil, on discute. C’est pas mal le cirque dans sa chambre, y’en a partout. Miss grenouille, t’as de la concurrence, elle aussi elle garde tout !! Et j’apprends qu’ils déménagent tous semaine prochaine dans un autre appart, donc c’est branle-bas de combat !

Après quelques temps, elle me propose d’aller manger avec Mathilde. Ce sera Sushi. Mathilde me rassure, elle n’a jamais été malade depuis son arrivée ici. Bon ok, alors cool des sushis !!!!! J’adooooooore les sushis. Surtout quand tu arrives à te rassasier avec 3 euros. En France, pour 3 euros, t’as éventuellement l’algue nori. En Suisse…. Euh ?? Ca te donne le droit d’utiliser les baguettes ? Ensuite, je les laisse, je m’éclipse pour visiter la ville. J’adore ! Un tout autre visage de la Chine que Pékin ! Beaucoup plus propre, calme, moins pollué, très occidentalisé, les gens ne crachent pas dans la rue, ça fait du bien ! Je vais visiter le vieux Sanghai, yu garden, city of god,… J’enchaîne. Tout est décoré pour le nouvel an chinois. L’inconvénient c’est que du coup, je ne suis pas seule. En même temps, en Chine… on ne vient pas pour être seule, Ou alors on est déçu.

Et voilà comment j’ai failli me faire scammer 3 fois… Déjà, faut que je vous explique ce que c’est que le scam, parce que ceux qui ne sont jamais allés en Chine ne doivent pas savoir. Comme Ça vous saurez si vous comptez y aller !

En fait, c’est une technique pour extorquer de l’argent aux gentils et naïfs touristes. Au moins 2 chinois vous abordent, sympathisent avec vous, ont l’air trop sympa et finissent par vous proposer de visiter avec eux et d’aller boire un thé. Ils vous emmènent dans une petit tea house. Au moment de payer il s’avère qu’il y en a pour 200 euros (voire plus j’ai entendu des prix jusqu’à 2000 euros). Bien sûr, vous ne pouvez pas partir sans payer…

Un premier couple m’aborde pour que je les prenne en photo devant un lieu touristique. Pas de soucis. Ils me demandent d’où je viens, depuis quand je suis à Shanghai et ce que j’ai déjà visité. Et où je vais ensuite. Je leur réponds que je voulais aller au musée de shanghai, ils me disent que c’est trop tard. Bon alors je vais aller au Bund. Ils me répondent que c’est trop tôt. Et me proposent de venir avec eux voir je ne sais pas quoi je ne sais pas où et après on pourra aller au bund ensemble. Dès qu’ils m’ont proposé de venir avec eux, j’ai compris. Avant j’avais un doute. C’est peut être juste un couple sympa qui discute. Je décline la proposition et je m’en vais.

Je marche pendant au moins 5 minutes. 2 nanas qui me demandent de les prendre en photo…. Devant un carrefour tout pourri. Là j’ai grillé direct. Même schéma : Photo, pays d’origine, combien de temps à shanghai, maintenant tu vas où ? ah mais non là c’est impossible, viens avec nous. Je décline. Du coup, elles proposent de m’accompagner au bund. Ben faites comme vous voulez. Elles savent où c’est, moi pas. Je les suis. Ca a bien duré ouh 3 minutes. Elles connaissaient drôlement bien la ville pour des étudiantes qui venaient pour la première fois ^^. Elles rentrent dans une toute petite rue et rentrent par la première porte. Je vois que c’est une tea house, un monsieur attend et en me voyant, les dirige vers une petite salle où on sert le thé. Je leur fais « Bon ben comme je vous l’ai dit, je continue seule et j’ai pas envie de boire de thé ! Salut ! » et je me suis carapatée vite fait bien fait. Maintenant, je sais où je suis, en allant vers le bund je fais un détour pour aller voir un parc. Cette fois ils sont 3 et me demandent de les prendre en photo devant un immeuble en cours de construction. Tellement original comme souvenir de vacances. Toujours les mêmes questions, donc ils me proposent avec eux. C’est infernal, 3 de suite ???? Non merci, au revoir et je m’en vais. Même Elyze n’en revient pas le soir ! Elle a plusieurs coachsurfeurs qui se sont fait avoir. Un a du payer 200 euros, une autre un peu plus. Ben pas moi. Ca sert d’avoir lu pas mal de forums avant de partir !

Je finis enfin par arriver au Bund, promenade au bord du fleuve au centre ville avec la vue sur tous les gratte-ciels d’un côté et sur tous les immeubles aux façades très européennes de l’autre. Les bateaux essaient de se frayer un chemin au travers des détritus qui flottent. Des fumées noires sortent des bateaux. C’est beau la vue. En revanche, tout ce qu’il y a autour ne me fait pas rêver….

Il reste une heure avant la tombée de la nuit, je vais boire un thé en attendant que la nuit tombe pour voir également la vue de nuit. Je trouve un café au wifi gratuit. Parfait. Thé excellent. Parfait. Au moment de me connecter au wifi, il faut un numéro de téléphone chinois. Je vais demander au serveur comment faire. Sans hésitation « Pas de téléphone chinois, pas de wifi ». Eh oui, c’est toujours comme ça, pas de bras, pas de chocolat. Comme ça fait presque 10 jours que je suis en Chine, je vais voir un autre serveur qui me sort son téléphone et me donne le code… Ca marche à chaque fois. Et à chaque fois, je me dis « Bon je tente mais ça ne va pas marcher ». Eh si.

Comme je donne mon avis sur internet, j’ai le droit à un thé offert. Un litre de thé, ça fait beaucoup, mais il est tellement bon leur thé. OK 1 h après je regrette. Mais tant pis, c’était bon et c’était gratuit, ça faisait 2 bonnes raisons.

Je prends quelques photos de nuit. Tiens c’est plus joli sans les déchets qui attirent l’œil à la surface de l’eau. Puis je prends le métro pour rentrer et on file manger avec Elyze. Un resto pour les poches trouées, c’est extra. A ton arrivée, tu prends un saladier et tu prends ce que tu veux : nouilles chinoises, brochettes de viande, champignons,… Ensuite, il faut passer à la caisse. La plupart des aliments sont à 1 yuan, sauf la viande et le tofu un peu plus chers. Puis ils te font cuire tout ça et t’amènent une bonne sousoupe 5 minutes plus tard. C’est trop trop bon ! Ensuite, on rejoint Mathilde et un de ses copains chinois dans un bar. Enfin, l’idée est d’aller dans un bar. Sauf qu’Elyze veut aller dans un café et David dans un bar… On va tourner un bon moment. A chaque fois on est morte de rire avec Mathilde : Ils entrent, ils demandent la carte, c’est trop cher on s’en va ^^. Nous on arrête de regarder la carte, on attend qu’ils se décident. Un bon 45 minutes plus tard, on finit par trouver un bar. Dans les bars, ils jouent beaucoup à des jeux de dés. Mais ce qui m’a le plus marqué c’est quand même que t’as un écran qui te passe des clips chinois. Mais que la musique à fond dans le bar c’est de la bonne musique américaine. Quand je dis bonne, c’était ironique. J’en ai eu marre à la fin de la soirée d’avoir Britney Spears en boucle. C’était marrant au début, parce que tu regardes l’écran et « Oh un chinois qui chante du Britney Spears »^^.

On rentre vers 2h, entre temps Elyze est allée récupérer un autre coachsurfeur chinois qui n’est là que pour une nuit et part à 7h du matin. A 2h, il décide que c’est le bon moment pour sympathiser avec moi et me poser pleins de questions sur mon trajet. Moi j’aimerais juste dormir. Une demi-heure plus tard, j’ai le droit de dormir. Mais ça caille. Il m’a laissé le lit et a pris le canapé. Sauf que le canapé est plus chaud. Une heure plus tard, il vient me voir pour me demander si j’ai froid. Je pense que le fait que je porte gants, bonnets et manteau, ça semble évident. Donc il me propose d’échanger puisqu’il n’arrivera pas à dormir. Je vais sur le canapé. C’est vrai que c’est mieux. Sauf qu’un quart d’heure plus tard il a une quinte de toux Part s’enfermer à la salle de bain. J’entends tousser pendant 20 minutes…. Puis plus rien mais il ne ressort pas. Il ressort presqu’une heure plus tard et m’explique qu’il est angoissé à cause du train, qu’il n’arrivera pas à dormir. Génial. À 6h30, il tape à la porte d’Elyze pour lui laisser un cadeau pour la remercier. Bien sûr elle ne répond pas. On est rentré à 2h, il est 6h30 ! Du coup… il décide de me réveiller moi pour me donner le cadeau et m’expliquer ce que c’est. Génial, merci d’avoir pensé à moi pour faire le facteur à 6h du mat !!!

Le lendemain, on va manger ensemble avec Elyze, Mathilde et leur coloc que je ne sais pas comment il s’appelle mais qui crache à table et fait beaucoup de bruit en mangeant. On va dans un resto qui fait des spécialités d’une région du nord de la Chine. On commande 5 ou 6 trucs différents, tout est au milieu de la table et ensuite c’est à la bonne franquette. Evidemment, c’est excellent. Brochettes d’agneau épicées, riz épicé,… L’après-midi, je me promène vite fait puis je rentre pour planifier la suite. On achète mon billet avec Elyze. Niquel, je pars le 19 au soir et j’atterris au beau milieu de la nuit à Hong Kong. Mais j’ai un plan infaillible : Je dors à l’aéroport, le matin, je passe la douane, je file visiter Hong Kong et à 15h je retourne à l’aéroport prendre mon vol pour Hanoi. Infaillible je vous dis. Sauf que j’ai intérêt à bien dormir, parce qu’en arrivant à Hanoi, je prends un train de nuit le soir même. Pas sûre de bien dormir.

Je regarde 2 ou 3 trucs pour la baie d’Halong. Et là c’est la douche froide. Ils n’aiment pas trop les voyageurs solos là-bas, si je veux un bateau qui sorte un peu des sentiers touristiques, c’est déjà plus cher et comme je suis seule j’ai un extra de ….70% à payer. Et là j’enrage et j’ai un bon coup de cafard. Non seulement je me retrouve seule et en plus on me demande de le payer ! Bref, je broies du noir dans mon coin toute l’après-midi, je suis furax.

Le soir, 2 coachsurfeuses arrivent. Une suédoise et une américaine. L’américaine est bien américaine (elle nous explique que oui les américains sont nuls en géographie mais que bon faut les comprendre, leur pays est déjà tellement grand que ça leur fait déjà beaucoup de géographie à apprendre, alors le reste du monde… Je rigole bien intérieurement ! Nous on arrive à apprendre notre géographie plus la leur alors que nous en plus on a de l’histoire et toc !). La suédoise n’est pas une suédoise ! Brune aux yeux noirs ??? (oui OK, je suis un peu cliché là ^^).

Le lendemain, c’est mon dernier jour à Shanghai, je file me promener dans le quartier français histoire de me trouver une baguette pour le ptit dej ^^. Je vais voir les 2 ou 3 derniers trucs que je voulais voir et je rentre, il est temps de faire mon sac. On discute encore bien avec Mathilde et Elyze. Elyze me fait trop rire, elle redécouvre tout ce qu’elle a dans sa chambre… et donne tout à Mathilde. Qui va donc devoir tout déménager. Elle vient même lui filer des trucs qu’elle ne sait pas ce que c’est. On a du mal à retenir nos fous rires.

C’est l’heure de partir. Une fois de plus, je suis triiiiiiiiiiiiiiste. Je voudrais tous les emmener dans mon sac à chaque fois, mais mes genoux ne sont pas d’accord.

Je file à l’aéroport. Mais ça c’est une autre histoire !

Ju

Envoyé depuis Surface

C’est l’histoire d’une chinoise, d’une française et d’un borgne qui vont à la grande muraille…

Hello!

Alors vous la connaissez celle-là? Non?

Bon avant celle-là, laissez moi vous raconter l’histoire de l’américano-thaïlandaise qui se réveille hier soir… “Comment il s’appelle le garçon avec qui tu étais aujourd’hui?””Leo””Ahhh. et il vient d’où?””D’Australie””Il revient quand?””Il revient pas il a pris l’avion aujourd’hui””Ahhhhh” ohlala….
L’américain rentre. Du coup, elle trouve une nouvelle proie. J’ai le temps de souffler. Mais je rigole intérieurement quand j’entends les questions qu’elle lui pose. “Tu peux me montrer où est la cuisine? Tu peux me montrer où est la salle de bain? Tu peux me montrer où est la douche? Tu peux me montrer comment on allume la lumière à la cuisine? Tu peux me montrer comment on allume la lumière à la salle de bain? Tu peux me montrer comment on allume la lumière à la cuisine?” (Oui même question qu’il y a 5 minutes). Je me demande combien de temps l’américain va tenir.
.
Le plus drôle, c’est quand le coloc de mon hôte Lee revient… Il est chinois. L’américain est né en Chine. Donc a une tête de chinois… La voilà complètement déboussolée. Pourtant ils ne se ressemblent vraiment pas.
Je dois écouter son récit de comment elle est arrivée à l’appartement hier. Seule. Je lui fais remarquer qu’elle n’était pas seule. Marc, le colloc de Lee était avec elle. “Non j’étais seule”. Euh… NOn quand t’es arrivée, t’es arrivée avec lui. “Non je suis venue seule”. Bon je laisse tomber. 30 secondes plus tard, les 2 étaient assis en face d’elle. “Ah mais hier quand je suis arrivée il y en avait un des deux là avec moi” (En les pointant du doigt l’un après l’autre) “Mais alors lequel c’était?? Lui? ou lui?? Non c’était lui? ou peut être lui?” Aïe.
Au bout de 5 minutes “C’est lequel de vous l’américain déjà?” alors Kévin dit que c’est lui mais qu’il est né en Chine. “Ah t’es chinois? J’avais compris que tu étais américain. Tu parles bien anglais!” “Non non je suis américain. Juste je suis né en Chine » “Ahhh”.

Les “Ahhh” sont mémorables, on peut voir la lumière s’allumer… mais 5 minutes après elle va reposer la même question quand même….
Et là, je respire. Elle demande à Kévin “Tu as fait quoi aujourd’hui? Et tu fais quoi demain?” “Summer Palace” “Ah mais moi je veux y aller. Bon ben je viens avec toi” ^^. Il fallait voir la tête de l’Américain. En 5 minutes, il a écrit un livre d’excuses les plus improbables. “Oui mais je pars tôt” “ça ne me dérange pas” “Oui mais des fois je ne fais pas ce que j’avais prévu” “C’est pas grave si on fait autre chose” “Oui mais des fois je ne prends pas le temps de manger pendant la journée pour pouvoir en voir plus” ”Ca ne me dérange pas je mangerai le matin” Bref toute la soirée, il a ramé. Ca n’a rien changé, elle avait décidé d’aller avec lui et elle l’a dit à tout le monde. Dès que Lee a franchi la porte “Demain je passe la journée avec Kévin”.
Soudain, elle a eu un éclair de génie “Kévin, tu restes jusqu’à quand? “”Dimanche” ”Super moi aussi, on va pouvoir visiter tout le reste de la semaine tous les 2”!
Son séjour en Chine vient d’être ruiné, mais moi qu’est ce que je me suis marrée ^^.

Me voilà donc seule pour partir à la grande muraille. Mais parfois mieux vaut être seule que mal accompagnée. Donc je préfère être seule une journée que de devoir être avec un boulet! Lee m’explique tout pour aller à la grande muraille. En théorie sans se tromper. En théorie c’est pas compliqué. Bref vous connaissez le discours “C’est impossible de se tromper”. Depuis Saint Pétersbourg quand j’entends ça je panique! Je note toutes les informations qu’il me donne pour ne pas avoir de regrets le lendemain!

On veut prendre mon billet de train, mais comme il est revenu tard – il était à une représentation de Mamma mia en chinois, j’avoue j’aurais voulu voir! – la plateforme de réservation est fermée. Donc on met le réveil le lendemain à 7h et on file se coucher. Pour ne pas qu’il y ait de lit mixte (si l’américain restait à sa place il dormirait avec l’américaine) il me demande de changer de lit. Youpi je dors avec elle! Elle s’endort comme une masse. J’espère juste qu’elle ne va pas me réveiller au milieu de la nuit pour me demander si je suis française.

Tout se passe bien, je me réveille à 7h avec Lee, on réserve mon billet. Finalement ce sera de nuit! J’ai donc mon train à 21h, ce qui fait que j’ai largement le temps de me perdre en allant à la grande muraille. Du coup je déstresse! Je trouve mon bus de suite (le premier bus). Lee m’a dit 3 arrêts et tu descends. OK. Sauf que je descends au 3ème arrêt ou 3 arrêts et je descends au 4ème?? Vite, je sors mes notes, je trouve le nom de l’arrêt, je file à l’avant du bus voir le circuit du bus, je trouve mon arrêt. C’est bon. C’est le 4ème. Un. Deux. Euh là il fait quoi? C’était un arrêt où il s’est pas arrêté ou c’était pas un arrêt??? Bon dans le doute je descends au suivant, au pire je remonte dans le bus suivant et je refais un arrêt. Je descends. Evidemment, c’est le premier arrêt que je vois à Pékin où il n’y a pas le nom de marqué!!! Incroyable! Quelle chance! Mais là, la chance tourne, le bus 877 que je dois prendre passe devant moi. Je le suis du regard mais après le virage je le perds. Vite j’interpelle quelqu’un, je lui montre le bus, savoir où est l’arrêt, il me fait signe de traverser la route. Bon on verra bien. Je manque de mourir 3 fois (oui ici, passage piéton, ça ne veut pas dire que le piéton est prioritaire et peut traverser en toute sécurité. Ca veut dire fait comme tu peux mais les voitures ne s’arrêteront pas et sont toujours plus grosses que toi) et je tombe sur une vingtaine de bus. Super, y’a plus qu’à trouver le bon. Mais je vois rapidement la pancarte 877. Je monte dedans. Que des chinois. Je m’assois. Il faut attendre que le bus soit plein pour partir. Plus j’attends, plus il se remplit de chinois, plus je stresse. Pourquoi y’a aucun touriste???
Une chinoise finit par s’assoir à côté de moi. Je lui demande si elle parle anglais. Elle acquiesce. Je lui demande si elle va à la grande muraille. Elle acquiesce à nouveau. Niquel. Je suis une star, j’ai trouvé sans trop me tromper et rapidement. Il est temps que je change de ville ça commence à devenir trop facile ici!
On discute 5 minutes. Elle s’appelle Lidji (ok je ne sais pas comment ça s’écrit mais ça se prononce comme ça). Puis elle me demande “ça te dérange qu’on fasse la grande muraille ensemble? Moi aussi je suis toute seule. En plus j’ai besoin de photos de moi sur la grande muraille car j’ai dit à mes parents que j’allais avec une copine à Pékin pour qu’ils acceptent de me laisser y aller!” C’est pas bien de mentir à ses parents!!! Mais bon ça me rend service aussi, alors j’accepte.
On roule 1h. Et là une fille se lève, je vois qu’elle a un badge guide autour du coup. Elle prend un micro et commence à hurler pleins de trucs en chinois. Lidji me dit de pas m’inquiéter elle va me traduire. Mais bon elle parle tellement, c’est dur de suivre….
On finit par arriver. On voit qu’il y a des luges d’été pour monter et descendre de la grande muraille. Il fait un froid à garder un chaton à l’intérieur. Alors on décide de les prendre.
On file vers le départ des luges. On croise des ours noirs dans un enclos. Normal. Exactement ce que je m’attendais à trouver ici. Mais il y a une explication. Si tu vas en haut de la grande muraille, tu es considéré comme un héros. Si tu ne montes pas t’es un nounours (C’est un jeu de mot chinois alors n’essayez pas de comprendre la subtilité en français, vous allez vous brûler les neurones pour rien). Facile d’être un héros en Chine!!!
On monte avec la luge, c’est rigolo. La vue est magnifique, on est au beau milieu des montagnes. On arrive, il y a un gros caillou qui surplombe la vallée. Lidji me dit “si tu montes sur ce caillou (un peu pentu mais ça va quand même), tu auras beaucoup de réussites dans ta vie”. Décidément, c’est facile en Chine. En 5 minutes je suis devenue une héroïne qui réussit dans la vie. En prenant une luge, montant 3 marches et grimpant sur un caillou.
On prend plusieurs photos, on marche sur la grande muraille. Certaines parties sont bien exposées au vent, mais à force de crapahuter dans des marches qui ne font jamais la même taille, sans rampe, nous sommes bien réchauffées! Nous faisons le trajet entre la tour 4 et la tour 8 Nord. Pour les connaisseurs. Pour les autres, disons qu’on a monté un certain nombre de marches. Ou un nombre certain. Je regrette de ne pas avoir emmené de podomètre et altimètre. J’ai hésité avant de partir et en fait ça aurait été un bon investissement, parce que je me demande vraiment combien de kilomètres je peux bien parcourir par jour! Je pense qu’à ce rythme là, dans un an, un marathon sera une formalité.
Je prends plusieurs photos avec le borgne… Le pauvre. Il n’aura pas pu voir la grande muraille en 3D.

Nous rejoignons le départ de la luge d’été. En descente c’est carrément plus marrant! C’est comme au col de la Faucille, la neige en moins, la muraille en plus. On rejoint notre bus et nous devons attendre près d’une heure pour qu’il se remplisse.
Dans le bus, elle me propose de déjeuner avec elle! Evidemment, je suis partante. Elle me demande ce que j’ai déjà mangé de typique. Je lui fais ma petite liste. “Tu n’as pas encore mangé de hotpot?” (Ca se dit comme ça mais je ne sais pas comment ça s’écrit. Ni en quelle langue c’était). “non”. Hop, elle dégaine son téléphone et en 2 minutes elle nous en trouve un à proximité avec le plan pour y aller depuis là où nous sommes. Ah ça me manque la magie des smartphones.
On s’installe et on nous amène un énorme truc au milieu de la table et un menu à cocher. Je la laisse faire, je lui fais confiance, je lui ai dit que j’aimais tout, je ne peux pas faire mieux. Elle coche quelques cases et 5 minutes plus tard on nous amène le gros truc du milieu rempli d’un côté avec un bouillon, de l’autre un bouillon épicé, plusieurs types de viande, des champignons que je n’avais jamais vu, du chou chinois et un sachet de pâtissier (Le truc qu’on remplit on coupe le bout, on presse et on peut faire des motifs sur les gâteaux) apparemment remplit d’un truc à la crevette. Attention il y a un ordre!!!! Ce sont les nutritionnistes chinoises qui l’ont dit. On commence par viande /poisson. Ensuite les légumes (En l’occurrence les champignons) et on finit par le chou chinois. Donc je balance l’agneau, puis je fais des fils avec la mixture à la crevette. C’est délicieux!!!!!! On se régale. En même temps, on papote. J’apprends pleins de choses sur la Chine. Notamment que la loi un seul enfant, c’est à peu près respecté dans les grandes villes. Pour le reste,….Rien n’a changé. Pour à peu près tout c’est pareil. les villages sont restés très traditionnels alors qu’en ville, c’est très développé et nous ne trouvons pas beaucoup de différence au niveau des familles/mariages/… entre la France et la Chine.
Nous passons un excellent moment. Au moment de l’addition, elle refuse que je paie. “C’est une tradition chinoise. Quand tu rencontres une personne que tu apprécies, tu l’invites à manger pour sceller l’amitié” 😊😊😊😊😊😊 (Bon pour les femmes. Pour les hommes, c’est scellé avec de la bière).
On fait des photos toutes les deux, puis nos chemins se séparent.

Je file à la banque pour changer mes roubles. Il faut mon passeport, la copie ne suffit pas. Super, je retourne à l’appart, je le récupère et je refile à la banque. Ouf, juste à temps, je suis la dernière à passer. Ils me font une frayeur. Un mec me dit “ah non non ça on le change pas ici”. Oui mais moi je me rappelle le conseil de Leo “En Chine, si quelqu’un te dit non, va voir quelqu’un d’autre, il te dira oui”. Je vais voir un autre “oui pas de problème”… Ca marche à chaque fois. Je tends mon passeport. Il file sur un autre ordi. Il appelle une personne pour l’aider. Puis une deuxième. Ils finissent à 6, je ne sais pas ce qui se passe. Je commence à stresser, on me regarde bizarrement, genre la fugitive… Qu’est ce que j’ai fait???
Il revient me voir. “Il y a un problème avec votre visa. Comment êtes vous rentrée en Chine » “En train”” Parce que ça dit que vous ne pouvez rentrer en Chine qu’à partir du 19 février. Décidément j’attire les boulets aujourd’hui. En ayant l’air le moins sarcastique possible je lui dis “Oui mais là vous regardez mon visa vietnamien. Ici on est en Chine. Ce n’est pas le même visa, c’est la page suivante”. Il explose de rire. Il y retourne, montre aux autres, ils rigolent. Il se remet devant l’ordi et le même cirque recommence. Une première personne pour l’aider et tout le monde est à nouveau avec lui. Je suis la dernière personne dans la banque… J’attends. Il revient 15 minutes plus tard. “En fait il y a un problème. Ce n’est pas vous, c’est notre système. Vous n’existez pas dans notre système, car on n’a que les gens qui arrivent en avion. “ “Donc toutes les personnes qui arrivent en train en Chine ne peuvent pas venir à la banque?” OK il a compris l’aberration du truc… “Vous avez pas un ami en Chine qui peut changer l’argent pour vous?” “Je prends le train dans 2 heures et j’en ai besoin”(Et ça fait 45 minutes que je poireaute et je suis déjà allée rechercher mon passeport…. Ca va aller je crois pour changer quelques billets. C’est pas non plus l’activité du siècle.) Il appelle la fille de l’accueil et me sort un truc complètement improbable “Nous allons faire un truc complètement illégal. Donc cette fille est désormais votre amie chinoise et elle va changer l’argent pour vous”. Ah OK. Moi tant que vous changez mon argent… Elle signe tous les papiers. Je la remercie. Je récupère mes billets. Tout ça pour l’équivalent de 20 euros quand même! J’ai l’impression d’être une hors-la-loi en sortant de la banque!
Pour fêter tout cette réussite, je file au supermarché du coin m’acheter 2 ou 3 trucs pour dans le train. Il me reste des nouilles chinoises. Je prends un litre de thé vert (c’est trop bon le thé ici j’adore), 75 cl de baies de goji (le nouveau truc qui est en train de monter en France. Manue, entre ça et l’eau de coco on va faire un tabac), un paquet de truc chinois au thé vert que je ne sais pas qu’est ce que c’est mais c’est justement pour ça que je les ai pris, un paquet d’oreo pas du tout chinois mais juste parce que j’adore ça, 2 viennoiseries chinoises (même après les avoir mangées je suis incapable de dire ce qu’il y avait dedans mais c’était bon. Jamais trop gras ou trop sucré ici, j’adore). 2.5 euros.Welcome to China!
En rentrant, je file à l’hôtel du coin où Lee m’a dit que je pouvais retirer mon billet de train en présentant mon passeport. Je présente mon passeport et explique que je viens retirer mon billet. Elle me balance 2 ou 3 phrases en chinois et me tend mon passeport. J’insiste. Non. Bon toujours la même méthode. Je vais dans le bureau d’à côté, en 30 secondes j’ai mon billet. C’est à n’y rien comprendre dans ce pays. C’est toujours non la première fois, toujours oui la seconde. Tout un concept!

Je rentre, mes 2 chinois Lee et Marc sont là. On discute et ils me demandent si je connais Alizée. Oui… “Ah oui? Elle est tellement célèbre en Chine” “ah”… J’explique gentiment qu’on ne l’entend plus depuis 10 ans en France (Je ne précise pas que c’était plutôt pour les enfants). Et là ils me disent qu’il y a une chanteuse beaucoup plus célèbre. La plus célèbre de toute en Chine. Je ne comprends pas le nom. Il va me chercher la chanson…

J’allais vous le dire mais finalement ça fait une bonne devinette du jour ^^. Alors quelle est la chanson la plus célèbre ici???

Bon j’ai explosé de rire, alors vous pouvez y aller!!!!
Après ils m’ont passé Edith Piaf, là je leur ai dit que c’était bien!!

Sur ce, il est temps pour moi de charger mes 15 kilos et quelques et d’aller à la gare pour aller me perdre dans une nouvelle ville.

A demain, en direct de Shanghai!!
Ju

Envoyé depuis Surface

Mon Jules est borgne !!!

Hello !

Petite journée aujourd’hui ! On décolle tard, Leo doit préparer son sac, il a son vol ce soir.

Vers 9h30, une dame rentre dans l’appart, c’est une nouvelle coachsurfeuse. Une américano-thaïlandaise (originaire de Thaïlande mais elle habite depuis près de 40 ans aux US). Direct, je trouve que quelque chose ne va pas. Mais bon, c’est le jeu avec coachsurfing, il y a de tout, comme dans la vraie vie. Elle nous demande comment on s’appelle, d’où on vient. Leo explique qu’il est australien. Moi, française. Au bout d’une demi-heure qu’elle est là, elle entend que Leo et moi parlons français. Elle nous dit « ah vous êtes français ? ». Leo lui redit « non non, moi je suis australien ». Ah ok…. 5 minutes plus tard : « Mais au fait vous parlez quelle langue vous les australiens ? » Aïe. « On parle anglais » « ah bon ???? Ah mais c’est bien ça ! » OUHLA. Pour une femme qui a énormément voyagé dans sa vie…. Mais bon, passons.

Avec Léo, on prépare la journée, on regarde comment aller au Summer Palace. Elle nous demande si on a de l’eau. Non, ici on boit du thé, l’eau c’est trop dangereux. « Mais comment on fait du thé ? » « Ben là y’a une bouilloire », « Ah d’accord ». On recommence à regarder les bus. Elle cherche, elle cherche. « Comment on fait le thé vous avez dit ? ». « La bouilloire ». Visiblement, elle ne sait pas de quoi on parle donc on la lui tend … « Ah d’accord ». Elle regarde la bouilloire dans tous les sens, elle va se chercher une tasse et veut essayer de verser. « Non mais d’abord faut mettre de l’eau ». « Ah, mais elle se trouve où l’eau ? » Ben à la cuisine !! Ohlala… Elle revient…. Et là, moment magique, attention !! Elle nous a fait rêver. On lui explique gentiment qu’avant de se servir il va falloir la faire chauffer l’eau et on lui montre le support où mettre la bouilloire. Elle s’accroupit (genre à 2 mètres du support) et elle retourne la bouilloire pour regarder en-dessous. Bouilloire qu’elle vient de remplir à ras bord… Evidemment elle en met partout. On voit qu’elle ne trouve pas le support donc on va lui chercher et on lui tend… Attention les yeux : Elle prend la prise et cherche comment brancher la prise électrique… dans la bouilloire. On est méchant parce qu’on a bien attendu 30 secondes avant de lui montrer, mais en même temps on ne comprenait pas trop ce qu’elle faisait… Donc on lui branche et on met la bouilloire dessus. Puis, discrètement, on enlève toutes nos affaires du sol parce qu’on a peur de ce qu’elle va faire après, une fois qu’on sera parti. On ne voudrait pas retrouver nos tablettes qui flottent en rentrant… On prépare nos affaires et elle nous demande pour la 3ème fois depuis quand on est à Pékin et quand est-ce qu’on repart. Elle demande si on est déjà allé à la grande muraille et là je le sens venir gros comme une patate…. « Moi je prévoyais EVENTUELLEMENT PEUT ETRE d’y aller demain » « oh mais génial, super, on va pouvoir y aller toutes les 2 ». ET Mercredi… La journée va être longue les enfants. Au bout de 5 minutes, on se rend compte qu’elle n’a pas appuyé sur le bouton pour faire chauffer l’eau donc discrètement on appuie dessus… Avant qu’on ne parte elle nous dit qu’il faut qu’on lui donne nos coordonnées. Notamment Léo, elle lui dit « Quand je viendrai à Sydney j’irai dormir chez toi ! ». Il est ravi ! On va partir et elle nous demande « Comment ça marche internet ici ? ». Bon elle avait déjà posé la question en arrivant, on lui remontre les identifiants sur le mur. 5 minutes après « Vous pouvez me connecter à internet j’arrive pas ». Alors quelqu’un qui ne sort jamais de chez lui ou ne voyage pas trop je peux comprendre. Mais elle elle est tout le temps en vadrouille à travers le monde…. Bref, Leo lui rentre les identifiants.

Bon on file avant qu’elle ne décide de se joindre à nous. On sort de l’appart, on est mort de rire. Léo me dit « J’ai pas rêvé, elle a bien essayé de brancher la prise dans la bouilloire ? » Non non tu n’as pas rêvé !!! Et il me félicite d’avoir trouvé un nouveau binôme pour après son départ. Mouahaha c’est pas rigolo !!!! Méchant !!

On file vers la station de métro et juste avant on s’arrête manger. La fille nous amène le plat avec une cuillère et pas de baguettes. Non mais c’est une blague, elle nous prend pour des touristes ?? Je retourne nous chercher des baguettes, elle est toute surprise ! Naméoh !!

On prend le métro, on arrive, on trouve presque seuls l’entrée du summer palace, on devient bon ! On entre dans un parc, on passe un pont qui surplombe une rivière gelée où nous retrouvons la fameuse luge ridicule. On se dit qu’on aurait mieux fait de tenter ici. Mais on préfère passer nos dernières heures ensemble à visiter le summer palace plutôt qu’à faire de la luge de fond. On attaque le palais. C’est magnifique, on monte à chaque fois plusieurs marches (pas très HSE les marches, toujours des hauteurs et des largeurs différentes, c’est pas bien !!) on finit par avoir une superbe vue plongeante sur le reste de la ville. On immortalise avec nos mascottes. Et c’est là que le drame est arrivé. Je sors Jules, on démarre un shooting. Je le range, le ressors, le rerange…. Et en le reressortant… Il a perdu un œil !!! Non ! Mon Jules est borgne ! Oh il me fait de la peine, il est encore plus moche qu’avant. Leo se moque de moi et sort fièrement son bonhomme de neige. Grr. M’en fous je trouverai un moyen de le rafistoler. Il lui reste onze mois et demi à tenir. Manquerait plus que sa baguette nous lâche tien.

On continue la visite. Dans un des temples il y a un bouddha. Jusque-là rien d’anormal. Mais j’ai quand même une question qui me trotte dans la tête. Le bouddha occupe presque tout le volume de la pièce… Comment ils ont fait pour le faire rentrer ?? Je partage mon interrogation avec Léo, effectivement on refait le tour, c’est pas possible de le faire entrer. Soit ils ont fait le temple autour, soit ils sont venus le monter à l’intérieur. Bref. Si vous avez des idées sur comment faire rentrer un bouddha dans un temple, je veux bien votre avis.

On finit par arriver tout en haut et on passe maintenant au parc. C’est tellement paisible, silencieux… zen. En fait, on finit par ne plus parler, on se promène et on savoure le moment. On redescend de l’autre côté (par rapport à là où nous sommes entrés) et nous finissons par arriver au bord d’un grand lac. Le sentier qui longe le lac est abrité par des toits très colorés recouverts de peintures aux nombreux détails, c’est juste superbe. Il y a de la musique calme sur toute cette promenade. On s’assoit au bord et on contemple. On reste assis là un bon moment. On se fait une séance photo au bord du lac (grrr j’enrage de ne pas pouvoir vous poster les photos, mais par mail je ne peux poster que du texte ! D’ailleurs je peux lire vos commentaires mais pas les approuver… il faudra attendre la prochaine connexion non verrouillée par un gouvernement !) et on finit par repartir après quelques heures. Nous avons tous les 2 adoré cette visite, bien plus magique que la cité interdite.

On rentre pour que Leo récupère son backpack et parte à l’aéroport (oui c’est moi la gardienne des clés). Tiens, l’américaine n’est plus là. En revanche, son sac à dos, ses gants,… tout est là. Léo prend ses affaires, je l’ajoute dans mes contacts coachsurfing, je suis invitée à venir chez lui à Sydney ou chez ses parents aux blue mountains pendant mon périple. On fait une dernière photo une fois qu’il a chargé tous ses sacs (Il doit m’envoyer un mail en rentrant pour me dire combien il portait, parce que déjà moi mes 15 kg je les trouve lourds, mais là c’est un autre niveau !), il passe à peine dans la porte. Moi je pars en même temps que lui, je vais repartir me promener au centre et voir le temple of heaven mais je ne suis pas sûre d’avoir le temps. Mais là au moment de quitter l’appartement c’est le gag. On n’arrive plus à ouvrir la porte d’entrée. Normalement, elle n’est jamais verrouillée. Même avec la clé, nous n’arrivons pas à ouvrir. On y passe bien 5 minutes. On finit par réussir à l’ouvrir, mais pour lui le stress a monté d’un cran !! On descend. Et là… surprise !! On tombe sur notre copine. « Euh excusez moi. Est que vous habitez chez Lee ? » Non mais c’est une blague ??? On a passé la matinée avec elle, nous sommes les deux seules personnes qu’elle ait vu depuis son arrivée en Chine et elle ne nous remet pas… Bon. On rigole « oui oui c’est bien nous » « Ah, parce qu’en fait je suis sortie et je n’arrive pas à ouvrir la porte pour rentrer ». Ah donc c’est elle qui nous a tout bloqué ? Mais comment elle a fait ? En fait il suffit de mettre la clé et ça ouvre la porte, y’a pas besoin de tourner, rien ! Rien de plus simple ! Bref, on lui dit qu’on a débloqué, qu’elle peut y aller…

On file et on se dit au revoir au croisement ! Snif ! C’était cool d’être en binôme avec lui ! Mais bon, c’est le jeu de ce périple. De nouvelles têtes et des au-revoirs régulièrement. Mais moi je ne m’y ferai jamais j’ai l’impression !

J’arrive à l’arrêt de bus et là… j’entends « Excusez-moi, excusez-moi, vous êtes française ? » Mais nooooooooooooooooon. Elle ne sait toujours pas qui je suis. Je rigole « Vous venez de France ? » « oui oui ». « Vous dormez chez Lee ? » oui oui c’est bien moi que tu vois depuis ce matin. « Ah ok parce que je n’arrive toujours pas à ouvrir la porte ». Ohlala. Je lui montre quelle clé c’est et je lui explique. Mais bon, va expliquer comment ouvrir une porte, c’est instinctif. « Tu prends la clé là, tu la mets dans la serrure, tu tournes un tout petit peu vers la gauche et la porte s’ouvre ». « Ah bon t’es sûre ? » « Oui oui c’est comme ça que ça marche partout dans le monde » (Bon ok ça je l’ai pensé seulement…). Je prends mon bus et je me dis que quand même, y’a un problème. 55 ou 60 ans, a passé toute sa vie a voyagé, habite en Californie dans une grosse ville, elle ne sait pas faire chauffer de l’eau, n’a jamais vu une bouilloire, ne sait pas brancher une prise et pas ouvrir une porte. Ca fait beaucoup….

Bref, mon bus passe par Tianmen Square, la plus grande place au monde. Tellement grande qu’elle ne ressemble plus à une place. Pour vous donner une idée, mon bus a 3 arrêts de suite sur cette place… Et on roule bien entre chaque arrêt ! Je décide de descendre à Qianmen, c’est une énorme rue piétonne entourée de pleins petites rues piétonnes. Je vadrouille un moment, c’est bien sympa comme endroit. Puis je descends vers le temple of heaven. Mais je vois que le soleil se couche, je pense que je vais arriver trop tard. Effectivement, la billetterie est fermée à mon arrivée. Tant pis, je me serai quand même bien promenée ! Je prends le métro et à la sortie je m’arrête boire un thé dans un café sympa qu’on a trouvé ce matin avec Léo. Tu commandes et après ils te donnent un nounours d’une certaine couleur et sur ton ticket c’est marqué « Nounours bleu ». Tu vas t’installer, tu poses ton nounours sur la table et quand ton thé est prêt, la serveuse regarde ton billet et sait qu’elle doit amener la tasse là où il y a le nounours bleu. Bon au début, je vous laisse imaginer notre tête quand on commande un thé, on paie et la serveuse nous file un nounours…. Evidemment elle ne parlait pas anglais et Léo ne comprenait pas ce qu’elle voulait nous dire… « Mais nous on veut pas un nounours on veut un thé » ^^.

Ensuite, je rentre. J’ouvre la porte. L’américaine est en boule dans le lit en train de dormir, toutes les lumières sont éteintes… Super. Je repars, je me dis que je vais aller manger quelque part en attendant qu’elle se réveille. Après 2 jours, je sais où aller pour manger pas cher, reconnaître les symboles viande, riz et nouilles, prendre les bus ou aller aux stations de métro depuis chez Lee. Bref, ça y est je suis autonome, une vrai Pékinoise, la langue en moins.

A mon retour, elle dort encore. Grr. Tant pis, cette fois je rentre. Au bout de 5 minutes, elle me dit que je peux allumer la lampe… Je m’installe tranquillement et commence à écrire mon article. Une demi-heure plus tard, elle se réveille et me demande si Leo va revenir. Ben non parce que comme on te l’a dit ce matin 3 fois, il retourne en Australie aujourd’hui ! « Et toi ça fait combien de jours que tu es à Pékin, tu vas où après ? » Bon c’est un peu lassant parce qu’on tourne en rond autour des 3 mêmes questions depuis ce matin…

Je croise les doigts pour que Lee rentre bientôt. Il faut commander mon billet pour Shanghai depuis un site chinois où tout est en chinois. Et savoir lire viande, nouilles et riz, ça ne va pas m’aider beaucoup. Et les plateformes de réservation en ligne sont fermées de 23h à 7h (oui oui !!)

Donc je ne peux pas vous dire ce que je fais demain et où je serai demain soir car je n’en ai pas la moindre idée ^^.

A demain !

Ju

Envoyé depuis Surface

Un Australien et une Française en vadrouille en Chine

Normalement, on voulait se lever tôt avec Leo pour aller dans un parc faire un cours de taïchi. Mais Lee nous annonce qu’il faut se lever à 5h pour y être à temps… Finalement, on se lève à 7h30. C’est déjà pas si mal ! On émerge tranquillement. On se prépare. On trouve un plan de Pékin et on décide du planning de la journée : On va aller vers la cité interdite et on verra… ça c’est du planning!

On prend le bus. Lee nous a dit, vers cité interdite bus 5. Jusque là, on s’en sort bien. On monte dans le bus. Mais où descendre ? ^^ Leo sort son iPad et on se connecte pour voir où nous sommes… Au fur et à mesure que le bus avance on décide « Encore un arrêt ? ouais encore un ». On croise un lac. Leo y est déjà allé et me propose de descendre ici pour faire un tour au lac avant d’aller à la cité interdite. On se lève, prêt à descendre. Sauf que l’arrêt suivant est bien trop loin. Une fois descendu… Bon on doit être près d’un parc normalement. On va aller faire un tour au parc. Est-ce qu’il faut payer ou pas, pas la moindre idée. Du coup, on utilise une technique qui fonctionne bien ici : On marche, tant qu’on ne nous crie pas dessus, c’est qu’on n’est pas allé trop loin. Effectivement, au bout d’un moment, on vient nous crier dessus et nous indiquer la billetterie. On prend notre billet et on part vadrouiller. On suit la musique… On tombe sur une place surréaliste : D’un côté des chinois en train de danser sur une musique. Au milieu, des hommes en train de jouer, comme un jeu de ballon mais avec un volant, je ne sais plus le nom. De l’autre côté, de la musique latino, mais ils font des danses chinoises dessus. Bref chacun fait son truc dans son coin !! Nous restons quelques minutes à observer, puis nous trouvons des marches, on entend de la musique en haut… On grimpe. Et on tombe sur un cours de taïchi. C’est très lent, très joli et reposant à regarder. Là encore, nous observons quelques minutes avant de poursuivre notre route. En arrivant en haut des marches, il y a un temple avec une magnifique vue sur Pékin. Nous prenons quelques photos et en tournant autour du temple, nous tombons sur une vue plongeante sur la cité interdite ! Magnifique ! Je ne peux résister à l’envie de sortir mon ptit lapin pour lui faire profiter de la vue et lui faire faire sa première séance photo en Chine. J’explique à Leo (qui parle couramment français j’ai oublié de le préciser – il a vécu un an en Bretagne et un an à Lille) que j’ai une mascotte et que je la prends en photo un peu partout. Surprise : « Eh mais moi aussi j’ai une mascotte !!!” Yeah, mon Jules s’est fait un copain !!! Un bonhomme de neige et un lapin crétin en pleine séance photo devant la cité interdite. Les passants ne doivent rien comprendre, mais nous ça nous éclate (vous devrez patienter jusqu’à mon arrivée au vietnam car ici je ne peux poster que par mail et je ne crois pas que les photos passent…).

Après ce shooting improvisé, on remballe les mascottes et on se rend compte qu’on a faim. 11 heures passées et nous n’avons toujours rien avalé. Sauf que comme nous sommes dans le centre tout est beaucoup plus cher. On hésite, mais il faut bien se nourrir. La nourriture chinoise est bien plus chère que le reste dans cette zone touristique, du coup ce sera pancakes. Qui s’avèreront être plutôt des sortes de crêpes épaisses. On discute pas mal avec Leo : Il vient de passer un mois dans une école près d’un parc national. Tous les matins, il se levait à 6h pour aller faire une heure de taïchi avant le petit-déjeuner. Puis petit déj et 4 heures de taïchi. Puis déjeuner et 3h de chinois. Sacrés journées !!!! L’avantage c’est que maintenant il a de bonnes notions de chinois donc il m’apprend les mots de bases et m’apprends quelques trucs. J’apprends qu’il n’y a pas de grammaire en chinois. Un sacré avantage par rapport au français. Une fois que tu connais un verbe, tu peux le placer partout. En revanche, le gros soucis, c’est qu’une syllabe peut être prononcée de 4 manières différentes. Et aura 4 sens différents. Ce qui crée la difficulté ! J’apprends aussi qu’il n’y a pas vraiment de formules de politesse. C’est « Je veux ça ». Si tu dis merci, on te répond « Ne sois pas poli ».

Après un bon moment dans ce café, nous ressortons et en marchant, nous avons devant nous 2 filles qui portent chacune un sac Coles. Supermarché typiquement australien ! Du coup Leo lance « are you aussies ? » Les filles se retournent et nous entamons une discussion pendant notre trajet. Ce sont des allemandes qui viennent de passer 15 jours en Australie et sont sur le chemin du retour. Elles viennent de Stuttgart, donc elles connaissent bien Nancy ! Elles nous indiquent la direction de la cité interdite et l’entrée est vraiment pas chère donc on y va (Leo part demain donc ne veut pas avoir à retirer d’ici là).

On arrive et on applique toujours la même méthode : On marche et on verra bien. On finit par se faire hurler dessus. Ce n’est pas l’entrée c’est la sortie. Pour l’entrée il faut prendre un bus…. On va à l’arrêt de bus et nous croisons pleins de personnes avec des brochettes de trucs qui ressemblent à des mini pommes caramélisées. Ça nous intrigue. En arrivant à la cité interdite, nous craquons : Nous aussi on veut goûter. On en prend une chacun. C’est effectivement une variété de pommes un peu acides. Cependant, les pommes n’ont pas été cuites avant d’être trempées dans le caramel et elles ne sont pas pelées. Il y a une règle d’or pour les baroudeuses : « Boil it, cook it, peel it, or leave it ». Tu le fais bouillir, tu le fais cuir, tu l’épluches ou tu ne le manges pas. Du coup, on se dit que ce n’est pas bien prudent et on ne le sent pas trop, donc on n’en mangera que la moitié. On n’aurait peut-être dû en prendre qu’une ^^.

On se fait fouiller à l’entrée. Comme à chaque fois qu’on rentre n’importe où ici, même dans le métro. On accède enfin au portail d’entrée. Et là… on commence à entendre des cris… Voire des hurlements de plusieurs personnes. Et on voit plusieurs personnes se faire sortir par des policiers et des policiers en civils, en train d’hurler pour qu’on les laisse. D’autres policiers s’assurent que personne ne filme ou ne prenne de photos de la scène. Ils arrachent les appareils photos, crient sur les gens qui ont un appareil sorti, c’est un peu surréaliste. Une dizaine de personne se fait rapidement embarquer. Mais nous on a tout filmé. On veut montrer à Lee pour qu’il nous explique ce qu’il s’est passé parce qu’on n’a rien compris. Une fois le calme revenu, on passe le pont (la cité interdite est entourée d’eau) et on passe le premier portail. Pour en découvrir un second. Puis un troisième. C’est seulement au troisième qu’on trouve les billets. On se refait fouiller. Rien de plus que la première fois mais bon, s’ils insistent.

L’intérieur de la cité interdite est impressionnant, c’est extrêmement vaste. Surtout que nous sommes presque seuls donc ça paraît d’autant plus grand. Normalement, il faut prévoir une journée pour faire le tour. Mais c’est quand c’est rempli de touristes. Nous on se déplace sans problèmes d’un coin à l’autre et en 1 ou 2 heures nous avons fait le tour !

A la sortie, nous décidons d’aller vers le lac. En chemin, nous mangerons des pâtisseries chinoises. Je ne sais pas ce que c’est mais c’était très bon. En route, Leo m’explique également pourquoi la Chine arrive à se développer aussi vite. Selon lui, le régime chinois se remet en permanence en question. Dans d’autres pays comme la France, l’Australie ou d’autres, les politiciens pensant uniquement aux réélections, ils ne veulent jamais accepter qu’ils ont pu faire une erreur. Donc ne se remettent jamais en question et n’essaient pas d’apprendre de leurs erreurs. Ici c’est l’inverse. Ils cherchent perpétuellement comment faire mieux.

Je voyais la Chine comme un pays très en retard par rapport à nous. Mais j’ai vu beaucoup de panneaux solaires, même sur les bâtiments les plus pauvres. Le nombre de 2 roues électriques est incroyable. Leo m’apprend que si on considère les émissions par habitant, la Chine rejette moins que les US, le Canada ou l’Australie. Ils ont du retard, mais contrairement aux pays développés, ils mettent leur argent au bon endroit pour combler leurs lacunes.

A force de papoter, nous avons raté le lac ! On tombe sur une station de métro où il y a un plan, c’est bon, on y retourne !

En route, on croise une librairie, très jolie, dans le même style que les différents palais. Du coup, on décide d’essayer d’y entrer. Y’a un garde à l’entrée qui nous dit des trucs. On ne comprend pas mais il nous montre un couloir à droite. On y va. Au bout un bureau, il nous demande nos passeports. En bonne baroudeuse avertie, je n’ai jamais mon passeport sur moi (C’est un peu mon graal à moi), mais toujours une copie au cas où. Mais non, lui il veut le vrai passeport. Tant pis, on fait marche arrière. Leo me dit « En chine, quand une personne te dit non, va en voir une autre, tu trouveras toujours quelqu’un qui finira par te dire oui ». Effectivement. On tombe sur une fille à l’entrée qui nous montre l’entrée de la librairie. On monte à l’étage comme elle nous l’indique. Quand on rentre dans la librairie, une fille nous arrête, il faut une carte de librairie pour entrer. Ah c’était pour ça le passeport ? Mais on veut pas une carte, on voulait juste jeter un coup d’œil aux livres anciens (oui c’est la plus grande librairie de livres anciens de Chine). D’ailleurs, là on est dedans et il n’y a rien à voir, ils sont où les livres ? En fait, elle nous explique qu’il faut venir ici en sachant le livre que tu veux, car les livres ne sont pas stockés ici mais à un autre endroit de la ville. Donc il faut prévenir à l’avance et si on veut entrer il faut une carte. Ouais mais maintenant qu’on sait qu’il n’y a rien à voir, on ne va pas aller faire une carte ^^. Merci quand même !

On finit par arriver au lac (après s’être trompés encore une fois ^^ si on considère que c’était la rue juste à côté de la cité interdite, on a quand même fait fort.) Il est gelé et il y a pleins d’activités dessus : Patins à glace. Mais surtout une sorte de luge assise où les gens poussent avec les bâtons. C’est ridicule, ça ne sert à rien, du coup on a envie d’essayer ! (ne cherchez pas la logique, il n’y en a pas) On va voir le prix : c’est 20 yuan pour la luge, donc 10 par personne. On se pointe au guichet, le mec refuse. Sans explication. Non, c’est non. Il nous demande 100 par personne, ça fait 200. On est loin des 10. On lui montre que le prix est marqué juste au-dessus de sa tête mais il ne veut rien savoir. Bon on va au guichet suivant. Pareil. C’est pas possible. On relie la pancarte. En tout petit caractère il est indiqué qu’il faut acheter une carte pour laquelle tu fais un deposit de 20 yuan. Ensuite, tu dois mettre 200 yuan dessus et quand tu veux faire de la luge ridicule, ça te débite de 10 yuan par personne. Bref, ça fait cher pour faire un truc ridicule. Tant pis on abandonne. On va se promener autour du lac. Il y a des activités différentes partout. On trouve un plan avec toutes les activités proposées. Il y a un endroit sur le lac gelé où on peut faire…. Du golf ! On va se promener dans les hutongs autour (les anciennes ruelles de Pékin). Je trouve 10 paires de jolies baguettes pour 10 yuan, je me dis que ça fera des jolis cadeaux dans les pays à venir où il n’y aura pas de baguettes (J’ai épuisé mon stock de chocolats, faut que je trouve d’autres idées maintenant). Ensuite, nous retournons au bord du lac pour regarder le coucher de soleil, prendre quelques dernières photos et on rentre.

Pour rentrer c’est la galère. Faut déjà retrouver notre ligne de bus sur un plan. Donc faut déjà trouver un plan. Ensuite trouver la ligne, puis trouver le sens. Bref, tout est compliqué ! Mais on rentre à temps avant que Lee ne rentre. Il est 19h30, on se rend compte qu’on a oublié de manger aujourd’hui (à part les 2 pancakes de ce matin et la mini-pâtisserie). Oups. On file dans un boui-boui à côté du boui-boui d’hier. Tout pareil : 1,5 euros, un vrai festin. J’ai un bol de soupe, du riz, des pommes de terre râpées sur le riz et des bouts de viande, du porc je pense. Je n’arrive même pas à tout manger bien que je n’ai rien mangé de la journée.

Nous rentrons, une bonne douche sans s’électrocuter et nous retrouvons l’américain qui a passé la nuit à la muraille de Chine. On découvre qu’il a dormi sur la grande muraille. Il est allé à la vieille partie, bien que Lee lui avait dit qu’il fallait prévoir 2 jours. Une fois en haut, vers la moitié, le soleil s’est couché. Il dit que c’était trop dangereux d’avancer ou de reculer. Donc il a dormi sur place. Il est en jean avec des petites baskets, un pull à capuche et une petite veste. Bref, il est fou, nous sommes d’accord sur ce point avec Léo.

Sinon, je dois revoir mes plans. Je voulais prendre un train pour Hanoi jeudi et arriver dimanche. Les 2 trains de cette semaine sont complets (pour faire court, il y a un gros évènement semaine prochaine au Vietnam et donc impossible de trouver des billets). Je vais devoir prendre l’avion. Sauf que 7 jours à Pékin, ça va faire long. Il me reste la muraille et 2 temples… 2 jours suffisent (oui on a bien cavalé depuis hier!). Du coup, je pensais prendre un train pour Shanghai, passer 2 jours à Shanghai et prendre un avion pour Hanoi depuis Shanghai. Et dans ce cas-là, selon l’heure du train, je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’aller à la grande muraille… Bref, je réfléchis, je décide demain. J’ai déjà trouvé quelqu’un pour me loger à Shanghai si je décide d’y aller.

Bonne nuit et à demain !

Ju

Envoyé depuis Surface