Tu sais que tu as passé 5 mois en Asie quand…

Tu sais que t’as vécu 5 mois en Asie quand :

  • Tu ne comprends pas pourquoi tu devrais aller au resto, c’est tellement plus cool de manger dans la rue sur un tabouret miniature ;
  • Tu arrêtes de te demander si ce que tu vas manger va te rendre malade… Tu ne vas pas arrêter de manger pendant 5 mois, ma foi on verra bien !
  • Tu ne te demandes pas s’il y a de l’eau chaude dans la douche. Tu sais qu’il n’y en a pas. Et t’es contente quand t’as une douche… c’est mieux qu’une bassine avec une tasse…
  • Avant de regarder s’il y a une chasse d’eau aux toilettes, tu commences d’abord par chercher la bassine avec un récipient pour balancer de l’eau… s’il n’y en a pas tu commences à chercher la chasse d’eau…vous seriez surpris du temps qu’il faut parfois pour trouver une chasse d’eau… ou pour comprendre comment une douche fonctionne…
  • Quand il n’y a pas de corbeille aux toilettes, ce n’est pas normal… qu’est ce que je vais faire de mon PQ ??
  • Quand t’es sur un trottoir, tu sais que tu ne peux pas regarder ailleurs que tes pieds, beaucoup trop dangereux…entre les trous, les bosses, les crevasses, les fossés ^^
  • Quand t’épates les touristes en traversant la route tranquillement sans paniquer sans ralentir ni se poser de questions alors qu’il y a des dizaines de scooter en train de foncer droit sur toi…
  • Quand tu te déplaces, tu ne sais pas quand tu vas partir, quand tu vas arriver, combien de temps le trajet va prendre, où tu vas arriver, si tu vas arriver,…
  • Quand tu sais que la logique n’a pas de logique et que ce que tu penses être logique est en fait illogique ici…
  • Quand ton ego devient complètement démesuré à force qu’on demande à te prendre en photo en permanence dans la rue, sur la plage,… et qu’on te remercie comme si t’étais une star qui venait de signer un autographe… ou qu’on te dise en permanence « Tu es tellement belle… est ce que je peux t’emprunter tes yeux ?? »
  • Quand tu ne te demandes pas ce que tu vas manger. Ce sera nouille ou riz. Ou riz ou nouilles. Mais attention t’auras le choix pour chacun entre poulet, porc et bœuf ^^.
  • Quand tu prononces ou entends Same same but different 10 fois par jour…
  • Quand tu bois des cocos au lieu de boire de l’eau, parce que des fois c’est moins cher et qu’il n’y a pas d’eau minérale, juste de l’eau purifiée, donc tu sais que la coco est le meilleur moyen de t’amener tes minéraux…
  • Quand ça te paraît inconcevable de dépenser plus d’un euro pour un repas
  • Quand ça te paraît inconcevable de payer plus de 2 ou 3 euros par nuit… ou alors tu sais que tu te fais prendre pour un pigeon…
  • Quand à chaque fois que tu veux acheter un truc, tu sais que ça va te prendre 10 minutes parce qu’il va falloir que tu fasses diminuer le prix par 10…
  • Quand tu sais que le scooter est le véhicule familial (même pour les familles nombreuses), que conduire un scooter à plus de 14 ans c’est avoir la classe et conduire un scooter à moins de 14 ans… ben c’est normal il est où le problème ? tant que les pieds touchent par terre…
  • Quand tu ne te demandes pas ce que tu vas pouvoir prendre comme dessert parce que ça n’existe pas de toute façon…
  • Quand tu commandes une crêpe, tu ne sais jamais à quoi ça va ressembler : Galette ? Crêpe ? Pancake ??
  • Quand à chaque fois que tu croises le regard de quelqu’un son visage s’illumine avec un grand sourire…
  • Quand tu n’as rien porté autre qu’un débardeur short et paire de tong depuis 5 mois…
  • Quand tu trouves que ça caille quand la température descend sous 30°C…
  • Quand nuage ou froid ne veut plus rien dire pour toi
  • Quand tu arrêtes d’espérer que le lendemain ta connexion internet sera meilleure…
  • Quand t’es contente d’avoir 3 gouttes de pluie parce que ça fait 4 mois que t’en as pas vu et que quand il fait 38°C, c’est agréable
  • Quand te retrouver sur une île de sable blanc, cocotier, hamac,… ben c’est la routine ^^
  • Quand tu te goinfres de mangue fraîche, coco et bananes en permanence

Je m’apprête à un choc culture avec l’Australie. Un choc climatique aussi,

Bye Bye l’Asie… Je sais que j’y retournerai très vite… ❤

Ju

Bye Bye Asia…

J’ai une semaine de retard sur le blog, il me reste mon périple à Bali à vous raconter… mais là je fais un saut en avant et je referai un bond en arrière juste après… Je suis à l’aéroport à Denpasar, je vais embarquer pour l’Australie…

Je quitte l’Asie après presque 5 mois de vadrouille. Dur d’expliquer ce que je ressens. Une page de mon voyage se tourne. Une autre s’apprête à s’ouvrir.

Ces 5 derniers mois ont été incroyables! J’ai vu un ballet et me suis paumée en plein milieu de la nuit à Saint Pétersbourg. Je me suis retrouvée au milieu d’un show devant 5000 personnes le soir du nouvel an à Moscou. J’ai vu la Russie et la Mongolie défiler pendant une semaine sous mes yeux dans le Transsibérien. J’ai survécu à -37°C au Lac Baikal. Je suis rentrée dans le village olympique à Pékin par un bout de grillage manquant durant la nuit. J’ai failli me faire scammer 3 fois en moins de 2 heures à Shanghai. J’ai passé ma première nuit de SDF à Hong Kong. J’ai passé 48h en mode Rendez vous en terre inconnue près de Sapa. J’ai tourné dans un film français à Bac Ha. J’ai fêté mes 30 ans à 28 ans pendant le Tet à Hanoi. J’ai fait un road trip à moto d’Hue à Hoi An. J’ai fait de la luge dans les dunes de Mui Ne. J’ai rencontré mes 2 montpelliéraines adorées à Ho Chi Minh. Je me suis retrouvée sur une barque à Can Tho à regarder une locale me faire des bijoux en bambou en ramant avec ses pieds sur le Mekong. J’ai failli perdre la boule à essayer de quitter le Vietnam. J’ai découvert le paradis à Koh Rong. Je suis allée au cirque, j’ai appris à cuisiner cambodgien et j’ai pris le bamboo train à Battambang. J’ai découvert au mois de mars qu’on n’était plus en janvier… J’ai passé une journée sur un petit bateau à traverser les villages de pêcheur. J’ai visité les temples d’Angkor. J’ai fait du bénévolat à Siem Reap en cuisinant pour les familles locales, notamment les enfants. J’ai bouleversé tous mes plans pour me rendre à Bangkok. J’ai passé le mois le plus drôle de ma vie avec ma débile préférée (vous savez tous de qui je parle ahah, tu me manques trop ma poulette !). J’ai donné son bain à un éléphant. 4 fois ^^. J’ai crapahuté 2 jours à Pai. J’ai passé ma nuit d’anniversaire dans le bus le plus pourri du monde à essayer d’arrêter de rire parce que mes abdos n’en pouvaient plus. J’ai fêté mon anniversaire à kosan road à Bangkok avec des locales complètement déjantées. On a chamboulé tous nos plans et laissé le destin décidé de notre pays suivant : On finit en Malaisie à la place du Laos ! Je me suis retrouvée dans la jungle au milieu d’un orage. J’ai passé mon open-water à Perhentian Islands et me suis découvert une passion incroyable pour les bubulles et tout ce qui fait des bubulles. J’ai bullé à Kuala Lumpur à écouter Léa me raconter ses histoires incroyables de « En fait j’avais un calamar attaché à un autre calamar qui lui se trouvait dans ma gorge… » et à la regarder faire la rainette tronquée… Je passe l’épisode où on s’est dit au revoir parce que ça c’était pas cool du tout. Je me suis retrouvée à Borneo à plonger sur une île sous surveillance militaire à cause des enlèvements récurrents… à plonger 3 fois par jour à chercher des limaces que je trouve trop cool. J’ai plongé à Sipadan, le rêve de bon nombre de plongeurs, au milieu des requins, bans de barracudas, tortues,…J’ai passé une semaine en pleine vie locale à Manille, à me baigner dans une rivière en portant les enfants philippins qui ne savaient pas nager, à danser avec eux sur le toit sous la pluie,… J’ai aussi dansé sous l’eau avec mon divemaster devant un Harlequin juvenile sweetlips qui dansait aussi. Je me suis fait faire une manucure sous l’eau par des crevettes. A plonger dans un avion avec une sirène à Cebu. A me lever au lever du soleil pour aller voir si peut-être y’avait pas un hippocampe en train d’accoucher… A rester perplexe devant le Marina sands bay, l’hôtel à 3 tours avec un joli chapeau bateau… A surfer à Kuta. A plonger seule avec le divemaster l’US liberty wreck, rien que pour nous, un autre top 10 des plongées au monde au lever du soleil pendant une heure et demi…

J’ai sûrement rencontré plus de monde en 5 mois qu’en 28 ans. J’ai appris plus en 5 mois qu’en…. Pfu je ne sais même pas combien de temps. Pas toujours des trucs super utiles… ça ne me sert à rien de savoir qu’en fait les plaques Pont-à-Mousson ne sont pas vendues dans tous les pays du monde, de connaître tous les taux de change d’Asie par rapport à l’euro et au dollar. De savoir dire bonjour, au revoir, merci dans plein de langues ou de savoir déchiffrer le russe. De connaître le prix de la coco et des Oreo dans chaque pays d’Asie. Ça ne me sert à rien mais peut être qu’un jour ça me permettra de crâner à la machine à café ^^ « Tu savais que le temps de gestation d’un hippocampe c’est 2 à 3 semaines et que c’est le male qui porte les œufs ? »

Je sais aussi qu’on n’est jamais seule quand on voyage seule. J’ai partagé un bout de vie avec :

  • Victoria, Kate et Alex à Saint Pétersbourg ;
  • Natacha, Olga, Roman, Maria à Moscou ;
  • Anna et toute sa famille à Irkutsk ;
  • Leo à Pékin ;
  • Mathilde et sa coloc à Shanghai ;
  • Jacky, Agnès et son père, la famille de Red Lao qui nous a hébergé et tous les guides à Sapa ;
  • Désirée, César et toute l’équipe de tournage à Bac Ha ;
  • Mon chauffeur préféré Martin, Monique et Bernard dans tout le Vietnam du Nord ;
  • Morgane, Anne-So et Lucile À Hanoi ;
  • Svilen à Hue, Hoi An et Dalat ;
  • Carla, Kylie, Jack et Ellen à Mui Ne ;
  • Lise-Hélène à Ho Chi Minh… et surtout mes 2 montpelliéraines Ju et Mimi !
  • Andrew, Kaisa , Isaac, Elena et l’australien de la plage de 7km à Koh Rong ;
  • Ma débile préférée, Léa à Battambang et pour toute la Thaïlande et la Malaisie !
  • Denis et Emma ; Denise et Dan et toute l’association, Sabine, Cristina, Elena et la fofolle Américaine Helena à Siem Reap ;
  • Neung, Gary et Andrew à Bangkok la première fois et les 2 fofolles thaïlandaises à mon anniversaire la deuxième fois ;
  • Ju, Lesly et tous les mahouts à Chiang Mai ;
  • Tout le staff de l’hôtel à Penang avec Léa (Ah le cuisinier espagnol !! On s’en souviendra de ses tapas !!!!!)
  • Avec Léa, notre anglais tout perdu et surtout Gab notre instructrice à Perhentian Islands
  • Béné, Pamela, Britt, Alex, Scuba Jeff et son staff à Mabul Island
  • Elena, Allen, Desiree, Ella, Felicity, Stefen, Tom et Jurgen my king my god et Noelle à Manille
  • Derek à Cebu
  • Ruddy, Jeremy, Kristina, Lito et Fred à Bohol
  • Dan, Thomas, Nelly, Marketa et Ollie à Bali

Et le tour n’est pas fini…

Je suis aussi tombée amoureuse en permanence ces 5 derniers mois : Les sourires et la gentillesse des locaux, les rencontres improbables, les paysages, la plongée, la culture et nourriture locale… L’Asie en général. Je me suis levée chaque matin en n’ayant pas la moindre idée de ce que j’allais faire et de ce qui allait m’arriver pendant la journée. Et j’ai rarement été déçue !

Bye Bye Asia… Welcome Back to Australia ^^

Ju

Dernier jour aux temples et … changement de destination: Surprise!!

Journée très tranquille. Repos. Films… Eh oui ce genre de choses arrive. Parfois, il faut se reposer !!!! Voilà, c’est fait eheh.

En fin de journée, je retrouve Denis et Emma. Denis était avec moi à l’EMAC. C’était il y a 6 ans. Ah ça ne nous rajeunit pas tout ça ! C’est aussi pour ça que les voyages sont top ! Impossible de réussir à se croiser les 6 dernières années, mais à l’autre bout du monde, tout est possible !

Nous nous retrouvons donc pour une première soirée. Je les emmène dans le resto tip top pour les backpackers : Popcorn gratuit à l’apéro, happy hour, riz offert et salade de fruits gratuite à la fin du repas ! On a 6 ans à rattraper plus tous les projets de voyage pour les prochains mois, ça en fait des choses. Mais finalement, c’est un peu comme si on ne s’était pas vu depuis 15 jours.

Le lendemain, nous prenons un tuk-tuk pour partir ensemble faire le grand tour des temples. Départ à 8h. Avec ma folle d’américaine trop drôle dans ma chambre, je me suis bien sûr endormie à pas d’heure. Le réveil est un peu difficile. Quand je retrouve Denis et Emma, ils se sont couchés bien tard la veille, donc on en est finalement tous au même point !

Notre chauffeur s’appelle So ( je ne sais pas comment ça s’écrit, mais ça se dit comme ça) et il est vraiment extra. Avant chaque temple il nous donnera des explications et nous dira quoi voir exactement. Il n’y a vraiment pas besoin de guide quand on voyage, on se débrouille très bien sur place !

Comme j’ai déjà fait Bayon et Angkor Wat et qu’ils prévoient de faire ces 2 temples à fond en vélo le lendemain, nous aurons terminé la boucle en début d’après-midi !

Du coup, nous filons au centre ville. On se trouve un resto sympa et on y passe toute l’après-midi^^.

En début de soirée, je les quitte : Je les retrouverai au sud de la Thaïlande et probablement également à Bali ^^.

Suite à cette dernière excellente journée, je réalise que je n’ai plus beaucoup de temps au Cambodge. Et puis, je ne sais pas, j’ai envie d’un peu de folie : Faire le tour du monde n’est plus assez fou. Ça devient facile tout ça, je suis à peu près un itinéraire. Et puis je ne sais pas. Sabine, Elena et Christina sont parties. Ju et Mymy partent à Bangkok retrouver leurs amis. Je découvre que ceux que j’ai rencontré à Koh Rong, Andrew l’australien et Kaisa la finlandaise sont à Bangkok. Puis je discute avec Léa sur facebook.

 

Avant de continuer, il faut quand même que je vous raconte Facebook. Quand on voyage, c’est vraiment le top : Tu prends les noms et après tu te suis, si tu te recroises tu te retrouves, sinon tu te racontes tes journées,… Et donc on prend des nouvelles des uns et des autres régulièrement. Ça donne lieu à des discussions complètement improbables. Tu te croirais un peu dans un monde parallèle parfois. Ju et Mymy qui tombent sur une école loin de tout où les enfants n’ont rien d’autre que des tables et des chaises. Pas de cahier, pas de stylos, pas de livres,… Kaisa qui me raconte son trek à dos d’éléphants. Andrew qui me raconte qu’aujourd’hui il a tapé un hippopotame sur le museau. Martin qui repart finalement au Vietnam.

Enfin voilà, c’est assez drôle de suivre les bouts de chemin de chacun.

Ce soir, je discute aussi avec Léa que j’avais rencontrée à Battambang et avec qui le courant était super bien passé. Elle avait des soucis au ventre depuis un certain temps. Comme ça s’est aggravé, elle a décidé de prendre le premier avion pour Bangkok. L’hôpital  de Bangkok est le plus réputé en Asie du Sud-Est. C’est recommandé partout : S’il arrive quelque chose de grave, c’est là qu’il faut se rendre.
Sauf qu’ici, c’est pas tout à fait comme chez nous…on lui file un rendez-vous avec un spécialiste le lendemain. Quand elle arrive on lui file une blouse et elle se retrouve sous anesthésie générale une heure plus tard… Bref, elle attend ses résultats et après elle n’a pas trop de plan pour le moment. Du coup, je me dis qu’à sa place, je n’aimerais pas être seule. Je me dis aussi que ça pourrait être cool de voyager ensemble. On discute de se faire une petite virée dans le nord de la Thaïlande. Je vais voir les prix des billets. Pour 60 euros, je peux y être le lendemain. Bon ben… Allez. Je chamboule tout et je la rejoins là-bas ahah.

Eh oui, my worldtour, my rules. C’est ça la liberté ^^.

Ju

Superbe expérience à Touch a life

Aujourd’hui, rien à voir avec les temples ! J’accompagne Daniel et Denise que j’ai rencontré à l’hôtel. Denise travaille ici et tous les 2 font du bénévolat dans diverses associations caritatives dans le coin. Je les accompagne aujourd’hui à « Touch a life ». C’est une association qui cuisine des repas pour les familles locales défavorisées.

A 7h, nous prenons un tuk-tuk, direction la maison de Mavis. Mavis est celle qui tient l’association et nous cuisinons directement sur sa terrasse. Elle m’accueille et m’explique ce que je vais devoir faire. Dans un premier temps, ce sont des tiges qui ressemblent à des roses, donc pleines de piquants, mais recouvertes de longues feuilles. Il faut récolter toutes ces feuilles qui serviront ensuite à agrémenter des omelettes. Je m’installe, j’ai ma petite bassine, mon tas de tiges pleines de piquants et c’est parti. Je fais connaissance avec les autres bénévoles. Aujourd’hui, il y a 2 cambodgiennes en plus de Mavis, Jerry (Un malaysien parti depuis 4 ans qui est devenu un peu le cuisinier de l’association), Justin (Un singapourien parti depuis 3 ans), 2 écossaises, une italienne qui est apparemment la reine de l’omelette et bien sûr les 2 anglais.

J’ai du mal à comprendre comment on peut passer 3 ans à faire du volontariat… y’a bien un moment où il faut gagner de l’argent non ? enfin je sais pas, enfin je crois…

Bref, je m’occupe de mes feuilles pendant 2 bonnes heures. Personne ne connaît le nom en anglais. Vous ne saurez donc jamais ce que c’est, mais ça pique !

Puis tout y passe. Je coupe, découpe et recoupe : Tofu, oignons (Pas mes préférés à couper…), carottes, concombres et surtout… ananas !

Ah l’ananas. Toute une histoire. Vous, vous coupez sûrement l’ananas comme moi je coupe l’ananas. T’enlèves les 2 bouts avec n’importe quel couteau qui te tombe sous la main, tu coupes en 4 et après ça fait des tranches et hop c’est parti. Ouais… ça c’est le monde où tu peux te permettre de perdre de la chaire. Ou le monde où t’as envie de faire simple. Ou le monde où t’as autre chose à faire dans la journée, je ne sais pas… Ici, c’est same same but different, comme d’hab…

Donc ici, tu retires les 2 bouts. Et jusque là, tout se passe bien, t’as l’impression de maîtriser la situation.. Mais ensuite, tout se complique. Il te faut un super couteau de compet à la top chef. Avec ton couteau ikéa à bout rond, tu n’iras jamais nulle part et ne sera jamais un maître dans l’art de couper l’ananas. Il te faut le truc affuté comme Dexter. Bref, ce ne sont pas des rigolos les asiatiques quand il s’agit d’ananas. Tu prends ce couteau et tu râpes l’écorce. Tu râpes. Tu râpes encore. Jusqu’à enlever toute la partie brune et une bonne partie de la partie verte. Une fois que tu as fini de râper (je ne te cache pas que cette étape est déjà un peu longue et déconcertante pour moi… je peux pas juste couper en 4 ???), il te reste les piquants ou les yeux, appelez-ça comme vous voulez… Et là, Jerry me montre comment ça marche : Un coup à droite et un coup à gauche du piquant et bam, ça enlève le piquant. Je fais une première tentative, mais ça ne va pas. J’appuie sur l’ananas. C’est pas ça. Je ne dois pas l’écraser. C’est juste « Tac-Tac » (explications  de Jerry ^^) et hop c’est bon… Une fois que tu as fini tu as une jolie hélice autour de ton ananas (Si tu fais les choses correctement).

Donc en gros, le jour où tu veux couper correctement ton ananas, il faut poser une journée de congé. Ou adopter un cambodgien…

Bon, évidemment, Jerry va m’aider parce que si je dois m’occuper seule des ananas, ils auront pourri et les enfants seront morts de faim avant que j’ai achevé le premier…

Une fois que tout est coupé, Jerry s’occupe du curry vert. Justin du sweet and sour. L’italienne des omelettes. Et moi je vais mettre la table. 2 piles de 50 assiettes plus tard, nous sommes prêts. La machine est bien rôdée : Chacun à son poste. Moi je suis au poste omelettes.

Les premières à arriver sont les balayeuses de la ville. Puis, ce sera principalement les enfants qui sortent de l’école. C’est incroyable : Les parents ne sont pas là, ils sont très jeunes et pourtant… En arrivant, ils commencent par aller se laver les mains et les pieds dans les bassines à disposition. Puis ils viennent nous dire bonjour chacun à notre tour. Ils vont prendre une assiette, se servent en riz, puis nous leur donnons des vitamines, une part d’omelette (ça c’est moi^^), du sweet and sour et un bol de curry vert. A chaque fois que nous leur mettons quelque chose dans leur assiette, nous avons le droit à un merci avec les yeux qui pétillent et un sourire qui fait trois fois le tour de leur tête. Rien que pour ces sourires ça valait le coup de se lever tôt et de s’arracher les doigts sur ces tiges piquantes que je ne sais pas qu’est ce que c’est et que je ne saurais sûrement jamais…). Rien que pour ces sourires ça valait le coup de se lever tôt ce matin. Rien que pour ces sourires ça valait le coup de partir faire le tour du monde !

Ensuite, ils vont sagement s’asseoir, manger tranquillement. Puis ils viennent chercher des feuilles et des crayons et nous font des dessins….

Au moment de partir, nous avons tous droit à un merci et à un au revoir…

Une fois que tout le monde est venu manger, nous nous installons et mangeons à notre tour. C’est excellent. Je suis trop fière, dis donc les légumes sont super bien coupés. Les ananas je ne vous en parle même pas ^^.

Le soir, j’irais manger avec ces bénévoles et avec d’autres qui sont également installés sur Siem Reap.
Il y a un australien qui est venu monter son association ici : Il récupère des vélos, les remet en état si nécessaire puis les prête aux enfants des villges alentours pour qu’ils puissent se rendre à l’école….

Je rencontre également un couple de français et je vais faire de la grande Julie :

–          Et donc vous êtes arrivés quand au Cambodge ?

–          Début janvier

–          Ah donc ça ne fait qu’un mois que vous êtes là ?

–          Euh…. Non on est mi-mars là….

–          Ah…

Mouais…. Déjà que je ne savais jamais quand était le week-end ou la semaine. Maintenant, j’ai tellement lâché prise que je ne sais même plus quel mois on est ^^.

Excellente journée et superbe expérience aujourd’hui !!!!

Ju

(pour voir le site de l’association, c’est par )

Deuxième jour à Angkor sur des vélos pas comme les autres…

Deuxième jour au temple avec un autre moyen de locomotion cette fois ! Fini le tuk-tuk (du moins pour aujourd’hui), nous louons des vélos.  Pour un dollar, nous avons un magnifique vélo, une bouteille d’eau, un cadenas et une carte pour la journée. Mon vélo est beau comme une harley davidson. Il ne me manque plus que les pompons et le manteau de cuir et la ressemblance serait troublante… Oui j’ai les poignets au niveau des oreilles. Bien sûr, il n’y a que le mien qui est comme ça. Evidemment. Sinon, ce n’est pas drôle. Je me tape un bon fou rire les 10 premières minutes, c’est vraiment étrange ce vélo !

Petit groupe de filles à vélo : Sabine, Elena, Ju, Mymy et moi. Ça a des airs de colonie de vacances !

Une fois arrivées sur le site d’Angkor, nous nous séparons en 2 groupes : Mymy et Ju partent de leur côté se promener dans les alentours et feront les temples le lendemain. Nous filons visiter Angkor Wat et il y a du boulot : C’est le plus grand temple d’Angkor ! Angkor Wat, c’est le temple que vous pouvez voir sur le drapeau du Cambodge. C’est aussi le seul monument à apparaître sur un drapeau national, donc c’est qu’il a vachement la classe ! Angkor Wat, c’est aussi le temple le mieux conservé d’Angkor, probablement parce qu’il n’a jamais été complètement abandonné et aussi parce que les douves qui l’entoure aurait empêché la jungle de s’y implanter (Pas comme Ta Prohm… Mais au final Ta Prohm il a quand même aussi trop la classe…)

Elena a toujours son guide qui est incroyablement détaillé.

On commence par les galeries extérieures. 800 mètres de galeries, les plus grandes au monde selon son guide. C’est reparti pour un « où est Charly » version géante. Les bas-reliefs représentent principalement des batailles, des légendes,… Vishnou et Shiva n’ont plus de secret pour moi !

Cette partie de trouver Charly est quand même un peu longue, les galeries étant gigantesques. Après la 3ème, on n’en peut plus. On accélère un peu, puis nous attaquons l’intérieur du temple. Nous allons voir les 2 bibliothèques. Le guide d’Elena est assez drôle car l’auteur est assez cache dans ses propos : « La galerie là, ne vous y attardez pas ça sert à rien y’a rien à voir ; Les 2 bibliothèques on ne sait pas à quoi elles servent »,…

Ensuite, il est temps d’aller admirer la vue depuis le haut du temple. Afin d’y accéder, il faut avoir épaules et jambes couvertes. C’est parti, on sort pantalons et foulard et nous attaquons l’ascension des escaliers. Ils sont raides les escaliers. Ils sont en plein cagnard aussi… Alors non seulement, il fait 40°C à l’ombre, en plus on est au milieu de la journée, mais en plus faut être couvert de la tête au pied. Les escaliers étaient raides pour représenter la difficulté d’atteindre le royaume des dieux. Ben on l’aura bien sentie la difficulté. Elle nous aura bien fait perdre 2 litres d’eau en 2 minutes d’ascension ! Mais ça en vaut la peine, la vue est magnifique !! Entre les couleurs des pierres du temple, la terre rouge, la jungle environnante verte et bien sûr le ciel qui est bleu (Y’a d’autres couleurs pour un ciel ?? Non parce que ça fait déjà 2 mois et demi sans pluie, je vais commencer à m’y faire…). Dans ce sanctuaire central, on trouve également bon nombre de buddhas.

Nous passons un bon moment à admirer la vue. De là-haut, on se rend bien compte de l’harmonie et de la beauté de ce temple ! On shoote, on shoote, on shoote… mais l’air de rien on commence à avoir faim. Et il fait chaud. Très chaud. Trop chaud pour rester debout à crapahuter dans des pierres. Nous décidons donc de redescendre, d’aller nous trouver quelques fruits et d’aller nous installer dans l’herbe pour pique-niquer et faire la sieste en attendant que la chaleur passe (je vous ai dit que la vie était compliquée ?).

Après quelques emplettes (Bananes, coco et milk fruit, un fruit que je découvre ici pour la première fois), nous nous installons près des douves et dégustons nos fruits avec la vue sur Angkor Wat. C’est le week-end, donc de nombreux locaux sont là. Les enfants viennent échanger quelques mots d’anglais avec nous. Puis, c’est l’heure de la sieste. Je ne vous cache pas que c’est pas trop mal de se réveiller à l’ombre avec la vue sur Angkor…

Il est 15h. Il fait un tout petit peu moins chaud, nous décidons de retourner faire un tour à Bayon que nous avons beaucoup aimé ( et qui est tellement grand qu’il mérite bien une deuxième visite…). Puis, on reprend nos montures et on part se balader autour du Bayon. Nous nous arrêtons nous promener sur la terrasse des éléphants, un autre de nos coups de cœur de ce site. Et on continue d’errer sur le site avec nos vélos qui ont trop la classe jusqu’à ce que ce soit l’heure de rentrer : Sabine a son bus à 19h, quand faut y aller faut y aller !

En rentrant sur Siem Reap, il est déjà l’heure de dire au revoir à Elena et Sabine. Je les reverrai en Europe. D’ailleurs pour Sabine, le rendez-vous est déjà fixé, on se retrouvera à Genève pour aller boire un verre avec Léa, rencontrée à Battambang !

Dans mon dortoir, tout le monde est parti. Je me retrouve seule avec une nouvelle arrivante : Monique, une américaine originaire des Bermudes. Elle est complètement folle^^. Au bout de 2 minutes, alors que je ne sais même pas encore comment elle s’appelle, elle me sort « I like to eat, i like to drink and i like to fuck… a lot » (non je ne vous le traduirai pas ahah). OK, enchantée, moi c’est Julie ^^. Elle va quand même me faire beaucoup rire et du coup on papote jusqu’à pas d’heure, ce qui fait qu’une fois de plus, je dors à peine. Mes nuits ressemblent plus à des siestes. Tant pis, je dormirai plus tard !

A demain !

Ju

Premier jour à Angkor en tuk-tuk!

Me voilà donc à Siem Reap !

Sabine a pris une chambre à mon hôtel, Elena est à au moins 20 mètres, Ju et Mymy à au moins 30 mètres. Bref, nous sommes toutes dans la même rue, c’est bien pratique ! Dans ma chambre, je rencontre Christina, une canadienne et nous décidons de prendre un tuk-tuk le lendemain à 4 (Sabine, Elena, Christina et moi) pour une journée à Angkor. Elles ont déjà fait une journée le grand tour. Nous décidons de partir à 5h15 pour voir le lever du soleil sur Angkor Wat, puis nous improviserons.

 

A 4h45, inutile de vous dire que les paupières ont du mal à se motiver… A 5h15, on se retrouve toutes les 4 en bas, Rami, notre conducteur de tuk-tuk nous attend. C’est parti ! Tuk-tuk de nuit,  c’est pas mal aussi. Dur dur d’émerger, nous regardons les arbres défiler. Nous arrivons au guichet, qui ressemble plus à un péage d’autoroute qu’à un guichet. L’avantage c’est qu’à cette heure-ci il n’y a pas foule : Pass pour 3 jours : 40$ (ahouch !) et une photo plus tard, c’est dans la poche. Le billet est précieux (bon déjà parce qu’il vaut 40$, dans un pays comme le Cambodge c’est une vraie fortune), il faut le présenter chaque matin pour le faire poinçonner, mais il faut aussi le montrer avant l’accès à chaque temple et…. Pour aller aux toilettes ^^. Il est valable une semaine, donc ça permet de faire des breaks, parce que c’est quand même épuisant !

Billet en poche, le tuk-tuk fonce droit sur Angkor Wat. Le temps de fixer un point de rendez-vous avec Rami et c’est parti. L’arrivée est magique. Il fait encore nuit mais on peut deviner les formes d’Angkor Wat. Ce qui est moins magique c’est la foule^^. Je ne suis pas habituée à voir autant de touristes… Du coup, facile de savoir d’où c’est chouette pour voir le lever du soleil… il suffit de suivre la foule. Près du lac à gauche du temple… Il n’y a plus qu’à attendre.

On attend… 6h. Rien. 6h15. Toujours rien. 6h30… euh le soleil a décidé de ne pas se lever aujourd’hui ou ça se passe comment ? 6h40. On s’impatiente. Beaucoup. On demande à une fille à côté. Elle pense peut être avoir entendu que c’était 6h50. OK, mais alors pourquoi nous avoir fait venir à 5h30 ?6h45. Nous sommes dans les starting blocks. 6h50. Rien. Bon elle a dit 6h50, ça peut aussi bien être 6h53 par exemple. Soyons patientes. Mais bon quand même, là il fait bien jour, quelle lumière on va bien pouvoir voir pour un lever de soleil ?? 6h55. Mouais. Ca sent la faille. Trop de nuages. Bon, on lui donne jusqu’à 7h et après on va faire autre chose, on ne va pas attendre toute la journée que le soleil se lève alors qu’il fait déjà jour…

7h. OK. Bon ben on va aller visiter Angkor Wat, faire un premier tour, car nous avons donné rendez-vous à 7h30 à Rami. On survole, il y a vraiment beaucoup à voir donc nous reviendrons le lendemain pour le faire en détail.

Hop, on retrouve notre conducteur et son tuk-tuk et nous décidons d’aller au temple des femmes, le plus éloigné. Nous avons un tuk-tuk pour la journée, c’est le moment où jamais…

Bon, on savait que c’était loin. On ne pensait juste pas que c’était si loin. En plus, un tuk-tuk n’est pas forcément le véhicule le plus confortable du monde. En plus sur des routes cambodgiennes. On ne risque pas de s’endormir.

Nous sommes un petit peu déçues en arrivant : Il y a déjà un bus de japonais. A cette heure-ci, à l’opposé de tous les autres temples, nous espérions être un peu seules. Raté !

Le temple vaut le coup cependant. Il y a énormément de sculptures, toutes les pierres sont taillées, c’est très joli. En plus, la lumière est vraiment magnifique à cette heure-là pour les photos. Son vrai nom est Banteay Srei, ce qui signifie la citadelle des femmes. Il a été construit au Xème siècle et ce qui fait tout son charme, c’est le fait que les décorations sont extrêmement bien conservées. En plus, il est construit en gré rose, avec la lumière, c’est magnifique. OK je l’ai déjà dit.  Mais vraiment c’est chouette ^^. Donc ça vaut la peine d’insister !

J’entends une dame parler français à un cambodgien. Elle tient un guide dans sa main : « Les sculptures des singes (gardien du temple) ne sont pas les vraies, ce sont des copies. Les vraies sont conservées dans un musée. Tu ne m’as pas dit ça. Il va falloir que tu étudies si tu veux devenir un bon guide. Ce n’est pas normal que ce soit moi qui t’apprennes des choses ». Ahlala, incroyable ces français, toujours en train de se plaindre !

Après une bonne heure, nous retrouvons Rami (en achetant une coco au passage. Je deviens accro !) et c’est reparti pour le même trajet en sens inverse.

Cette fois, direction Ta Prohm. Celui que j’attends avec le plus d’impatience. On peut l’apercevoir notamment dans Tomb Raider, c’est un temple qui a fusionné en quelques sortes avec les racines. C’est un temple bouddhiste du 12ème siècle. Nous restons 10 bonnes minutes avant d’entrer, la vue sur le temple est magnifique. Un arbre surgit du milieu, un autre est à l’entrée. Partout dans le temple les racines s’entrelacent avec les pierres du temple. Dommage que je le vois dès mon premier jour, ce sera dur de faire mieux !

Puis, direction le dernier temple pour cette première journée : Bayon. Un autre incontournable. Je démarre fort ! Bayon, c’est un temple bouddhiste du 13ème siècle. Il est constitué de 54 tours visages. Des tours visages, ce sont des tours où les visages du roi sont sculptés sur chaque face de la tour. Ça en fait des têtes de roi…Comme ça le roi pouvait regarder dans toutes les directions. Futé.

Elena a un guide incroyablement détaillé, notamment sur les bas-reliefs. Nous écoutons donc ses explications à chaque fois que nous arrivons à un nouvel endroit. Mais ça finit par partir en fou rire…  Pour chaque nouvelle galerie, elle nous dit ce que nous allons voir et donc ce que nous devons chercher : Une bataille navale, un tigre,… Sauf que le guide d’Elena est en allemand. Donc elle doit nous faire comprendre ce que le guide veut dire… Sauf qu’Elena ne connaît pas tous les mots en anglais, que moi je ne connais pas tous les mots en allemand, que Christina ne parle qu’anglais,… bref, la communication est compliquée et donc tordante… A un moment, Elena nous dit que nous devons chercher un animal. Elle essaie de nous expliquer de quel animal il s’agit. Avec Sabine, nous pensons à un faon. Sauf que vous savez dire un faon en anglais ou en allemand vous ?? Du coup, Sabine se retrouve à mimer un faon pour expliquer ce que nous cherchons à Christina. Mais vous savez mimer un faon vous ? Non ? Ben Sabine non plus ^^. Bon si vous voulez mon avis, ça ressemblait plus à un kangourou… On essaie de lui faire comprendre Bambi…Elle ne comprend pas. « Mais si tu sais, le dessin animé où y’a un lapin qui s’appelle Pan-pan ? Ah ça ne doit pas être pan-pan en anglais. C’est un lapin qui tape du pied. Non ? Tu ne vois pas ? » Oui on part loin…

Les visites se transforment rapidement en « Où est Charlie » en version géante. « La première qui trouve le tigre, on lui achète une glace ».

A notre retour, le pauvre Rami est exténué… debout depuis 5h du matin et en plus on lui fait faire des temples supplémentaires. Heureusement, grâce à nos parties de Où est Charlie, il a le temps de faire des bonnes siestes dans le tuk-tuk. A chaque fois, nous venons le réveiller… « Rami, on est de retour ! Cette fois c’est bon on peut rentrer… »

Avant de sortir d’Angkor Wat, nous croisons une dame au bord de la route avec des bambous… Christina se met à hurler, elle demande à Rami de s’arrêter : « Bamboo sticky rice !! » Elle a l’air tellement surexcitée qu’on se dit que ça doit être bon. Elena se laisse tenter et en achète un également. Grave erreur ^^. On épluche le bambou et à l’intérieur il y a du riz collant. Excellent sur les marchés, notamment celui à la banane. Mais celui-là n’est vraiment pas bon. Nous en mangeons une bouchée. Même une bouchée, c’est compliqué…

Puis au lieu de rentrer, nous demandons à Rami de nous arrêter à l’hôtel de la Paix où il y a les meilleures glaces de la ville. Après une journée en plein cagnard avec des températures dépassant les 40°C, ça nous fera du bien ! Une boule citron, une boule mangue : 2 délices ! Miam, miam !

Sauf que comme nous ne nous arrêtons pas à l’hôtel, M.Why not, celui qui tient l’hôtel n’est pas là, et le petit Rami en profite : C’est 40$. Ouhla. Normalement, c’est dans les 20$, que se passe-t-il ? Bon les filles paient je paie aussi. Mais en rentrant, je vais voir M.Why not… effectivement, Rami ne nous a pas fait payer le bon prix. Il nous rembourse la différence. Ah ^^.

Au moment de marcher pour rentrer à l’hôtel, Christina ne se sent pas très bien. Effectivement, quelques minutes plus tard, elle se retrouve à naviguer entre le lit et les toilettes… une bactérie probablement. C’est quand même bizarre à cha     que fois ces histoires de bactérie. Tu passes la journée toutes ensembles, tu manges la même chose et le soir une seule personne est malade.

Le soir, Ju et Mymy me proposent de sortir manger, mais avec le réveil très matinal, je suis plutôt fatiguée, je décline, je les verrai demain pour une journée à vélo dans les temples.

Puis, Sabine et Elena me proposent également de sortir manger. Mais idem. Toujours pas faim.

Je laisse donc tout le monde partir, pour me rendre compte une heure plus tard que j’ai super faim. Génial. Bien joué. Bel échec.

Bon, je vais pédaler demain toute la journée, faut que je mange. Tant pis, je décide de descendre et de trouver un truc à me mettre sous la dent… Je tourne un peu en rond. Eh oui, le Cambodge, ce n’est pas le Vietnam ou la Thaïlande : il y a très peu de street food et le peu qu’il y a ne fait vraiment pas envie. Je prends un amok fish à emporter et je rentre à l’hôtel (en sirotant une coco en attendant mon plat… mon budget coco sera bientôt supérieur à mon budget loisir si ça continue ! Mais y’a à boire et à manger et c’est rafraîchissant et c’est trop bon, même Madonna elle l’a dit !). En arrivant en bas de l’hôtel, il y a une petite soirée improvisée sur la terrasse avec les chauffeurs de tuk-tuk, quelques touristes et un couple anglais qui travaille ici : Daniel et Denise. Ils me proposent de me joindre à eux pour mon repas : Une bière gratuite. Ca me fera une boisson et de la compagnie, règle de base : toujours dire oui, je m’installe avec eux. Il y a un autre couple d’anglais qui fait un tour du monde. Ils ont commencé dans l’autre sens et sont à deux mois de la fin. Alors, on en pense quoi à 2 mois de la fin ? « Meilleure décision jamais prise, absolument pas envie de rentrer, on pense déjà au 2ème tour ». Mince. Moi j’avais lu qu’à partir de 10 mois t’étais pressée de rentrer et de retrouver une routine et une vie « normale ». Ma foi, je verrai bien…

Daniel me propose de me joindre à eux deux jours plus tard : Ils sont volontaires dans une association, Touch a life. Ils font à manger toute la matinée puis à midi servent la nourriture aux locaux. Quelle est la règle de base déjà ? OK je viens !

En attendant, je vais me coucher, je retrouve Christina, transparente, qui n’en peut plus de se lever toutes les 5 minutes pour aller vomir… Pourvu que je ne choppe pas ce genre de truc… :S

Allez dodo, demain deuxième jour dans les temples, à vélo cette fois !!!

Ju

Vidéo: Bateau de Battambang à Siem Reap

Bonjour à tous,

Parfois une vidéo vaut mieux qu’un long discours, alors en gros, lever à 5h45, check-out de mon super backpacker (Pour les backpackers, je vous conseille Here be dragons à Battambang, 3$ la nuit en dortoir, restaurant, bar et super terrasse sur le toit! Hamacs,…), à 6h je prends mon tuk-tuk qui m’emmène… euh je pensais à un ponton avec un gros bateau. Mais non, ce sera à un endroit paumé sur une berge avec une sorte d’échelle pour descendre et un mini-bateau qui sera bien sûr surchargé…

Pendant le trajet, je rencontre:

-Olivier, un français qui voyage pour 2 mois. En gros il fait en 2 mois ce que je fais en 4,5 mois… autant dire qu’il est speed…

– Sabine, une française qui habite…Genève (Encore!! 🙂 ) on sympathise tout de suite, à l’arrivée je l’emmène gratos sur mon tuk-tuk. Eh oui pour une fois j’ai réservé pour profiter du pick-up gratuit… si je peux en faire profiter les autres! Elle est maintenant dans mon hôtel et est pour 2 semaines en vacances au Cambodge;

– Elena, une allemande qu’a rencontré Sabine dans le bus pour Battambang, elles voyagent ensemble depuis. Bien sûr, je l’embarque aussi dans mon tuk-tuk ^^

Nous avons mis 9h en bateau. En saison humide, il faut compter 4 heures. D’ici fin de semaine, il faudra 10 à 12h et à priori à partir de la semaine prochaine ils vont devoir arrêter car ils ne pourront plus passer.

Il y a plus de locaux que de touristes à bord, c’est très dépaysant comme trajet.

Allez, je me tais, je vous laisse savourer…

A demain,

Ju