Death Road et la Familia à La Paz: Les enfants sont de sortie!!!!

Après mes 2 nuits quasi blanches pendant Huayna Potosi puis la nuit à Loki Hostel pour regarder le match de footy (Nous sommes repartis à 7h du matin de Loki… Au moment de prendre le taxi, ni Luke ni moi ne nous rappelons le nom de l’hostel (Nous y sommes depuis ce matin…)… on passe 10 minutes à expliquer au chauffeur. On se rappellera le lendemain qu’on a un bracelet au poignet avec le nom de l’hôtel et l’adresse… quand on n’a pas de tête, on n’a pas de tête !), je suis légèrement fatiguée. Je vais donc dormir pendant 2 jours à quelques heures près… Mais je suis contente je n’ai pas de courbatures (ouais moi je sais monter à 6000 mètres sans avoir mal aux jambes le lendemain. J’ai pas de tête mais j’ai la classe !).

Bref, 2 jours plus tard, Elise s’en va. J’espère la recroiser plus tard.

Durant la finale, nous avons rencontré Esteban, un australien. Il est à l’Hostel Pirwa, bien moins cher que le notre. Du coup, on déménage là-bas après ma sieste de 48 heures. Et là… de supers grands lits hyper confortables et surtout… une couette !!!!!!!!! Je vais dormir avec une couette !!!!!!!!! La vie est faite de petits plaisirs insoupçonnés ^^. Quel bonheur après 9 mois de draps, sac de couchage et couvertures pourries !!

A Pirwa, j’y rencontre :

  • Esteban, un australien d’Adélaide qui tient le bar de l’hostel ;
  • Ben, un autre australien d’Adélaïde qui dort là gratos mais pourtant il n’y fait pas grand-chose ^^ et il fait guide pour la route de la mort ;
  • Philippe, un autrichien ;
  • Isa, une danoise qu’on appellera donc Danish (oui je vous ai déjà dit au bout d’un moment c’est plus simple de s’appeler par nos nationalités !)
  • Kurt, l’australien de la bande à Sucre qui était à Loki Hostel et qui vient nous rejoindre à Pirwa
  • César, un péruvien qui bosse à la réception
  • Et surtout Marion ! une française qui bosse là et qui vient d’Albi !!!!!!!!! Quand je lui dis que j’ai étudié là pendant 4 ans, on est toutes excitées d’échanger nos facebook pour voir les amis que nous allons avoir en commun (on a le même âge et Albi, ce n’est pas la plus grande ville de France..) et là … stupeur… aucun ami en commun ! On ne comprend toujours pas comment c’est possible !

Luke part le lendemain pour le Pérou. Moi je veux encore faire la route de la mort avant de partir ! (Maman ça va te plaire ça aussi…)

Très rapidement on devient tous très liés… On se surnomme donc… La Familia !

Et là, ça va être colonie de vacances ! On devait tous rester 2 ou 3 jours à La Paz, nous allons rester 2 semaines et faire des trucs de gamins pendant 2 semaines.

On va aller passer une journée au skate park (la vue sur La Paz y est magnifique) où César nous épatera avec ses figures. Des petits boliviens viennent lui emprunter sa planche pour faire des tours de skate park assis sur la planche. Pendant ce temps, je vais marcher dans le parc et trouve 2 énormes toboggans géants encastrés dans le sol !! Wahou !!!!!!!!!! En arrivant en bas, je vais annoncer ma trouvaille. Esteban et Kurt se lèvent d’un bond et on passe un bon moment à … faire du toboggan…

On va trouver une salle d’escalade qui sera finalement minuscule mais c’était marrant pour un après-midi.

On a un chien !!! C’est l’euphorie générale ! Dunkan, un français, voyage seul à pied avec son chien ! Il arrive de Buenos Aires. Son chien s’appelle Baïkal, est trop mignon et comme nous tous, Baïkal a eu droit à son petit bracelet !! Lorsqu’il arrive on est tous comme des gamins ! « On a un chien !! On a un chien !! » Il est super bien dressé. Lorsque je découvre qu’il écoute à chaque fois que je lui dis « assis ! Couché », j’avoue, je le fais non stop pendant 10 minutes (oui c’est pas sympa mais c’est tellement drôle !) Danish est jalouse, elle aussi elle veut jouer. Je lui apprends à dire Assis couché, mais le problème c’est qu’avec l’accent, Baïkal ne comprend pas ce qu’on lui demande…

On va s’organiser des soirées barbecues à l’hôtel. L’hostel a une terrasse en hauteur avec vue sur La Paz. De nuit, toutes les montagnes alentours sont illuminées avec toutes les habitations. Où il y a les falaises, il y a des « trous » sans habitations et donc sans lumières. Un soir nous y trouvons des formes : De gauche à droite, un requin, une tortue et les Etats-Unis…

Comme les élections présidentielles arrivent, il y a des pétards et feux d’artifice jours et nuits pendant 2 semaines. On se dit qu’il n’y a pas de raison, nous aussi on veut en profiter, on part donc acheter des feux d’artifice… et le soir, sur la terrasse, après le barbecue, c’est feux d’artifice ! On tire chacun notre tour. Il en reste à la fin qu’on tiendra tous ensemble.

Sauf que Baïkal a une peur bleue des feux d’artifice… Dans la rue, Dunkan a failli le perdre. Il a entendu des pétards et s’est carapaté. Dunkan a passé plus de 20 minutes à errer dans les rues en hurlant « Baïïïïïïkaaaaaaaaaaaaaaaal ». Lorsque nous sommes à l’hostel et qu’un feu d’artifice pète, Baïkal saute sur les genoux de Dunkan et se blottit contre lui, c’est vraiment adorable… Le soir où on fait péter les feux d’artifice, lorsque nous allons nous coucher, nous trouvons Baïkal sous le lit superposé d’Esteban et moi… On se dit qu’on ne va rien dire, comme ça il dormira près de nous. Mais Dunkan vient le chercher pour le mettre dehors ! Snif !

On va aller passer un matinée à la vallée de la Lune. Il faut prendre un collectivo. Le chauffeur accepte que Baïkal monte dedans ! Il se blottit sous le siège et c’est parti. 30 minutes plus tard, il est content de sortir se dégourdir les pattes ! Seulement voilà, il ne peut pas entrer dans la vallée de la lune. Il faut qu’on le laisse à l’entrée… Non !! Du coup, on lui trouve une corde de fortune (oui il n’est jamais en laisse, il suit toujours Dunkan à la trace !), on l’attache à un arbre à l’ombre et on sacrifie une de nos bouteilles pour lui faire un récipient avec de l’eau en attendant.

Avec Danish, on finit la vallée avant les autres. On décide de leur laisser un message avec des cailloux sur le banc pour leur dire qu’on est rentrée… au moment où on finit d’écrire qu’on est partie, Baïkal se rue sur le banc et balance tous les cailloux par terre… Bon tant pis, ce sera finalement plus simple d’attendre !

Il y a aussi un couple de français, Pierre et Glawdys qui voyagent depuis près de 2 ans déjà et Seb un autre français voyageur pour quelques mois. Dans le bus du retour, on liste ce qu’on a trop envie de manger en rentrant… très rapidement on se rend compte que tout ce qui nous manque à tous, c’est le fromage… donc on se met à lister tous les fromages qu’on a envie de remanger… En rentrant à La Paz , on file s’acheter des empanadas au fromage ^^.

On a trouvé une boîte avec des concerts live, TTKOS, où on va assez souvent les soirs après avoir commencé la soirée au bar de l’hôtel.

Esteban qui tient le bar fait habituellement dans les 300 bolivianos par soir au bar. Un soir, je lui demande pour tenir le bar pour une soirée… J’apprends à faire les cocktails et c’est parti… bilan de ma soirée ?? 1782 bolivianos… Voilà voilà… Je vais peut-être me reconvertir dans la vente ^^.

On décide d’aller faire tous ensemble la route de la mort. Comme Ben est guide pour la route de la mort, il décide de demander à son agence un van juste pour nous, de négocier un tarif de groupe et surtout… il demande à ne pas être payé ce jour-là pour que ce soit moins cher pour nous ! Résultat ?? La route de la mort coûte en général dans les 700 bolivianos. On va en payer 300 !!! Et on est nous tous. Le rêve ! Alors c’est parti !

La route de la mort, c’est quoi ? C’est une route d’environ 70 km à 1h de la Paz qui descend jusqu’à Coroico dans la jungle. Elle est réputée pour être la route la plus dangereuse du monde. 200 à 300 personnes y mourraient chaque année, soit un véhicule toutes les 2 semaines.

Aujourd’hui, la partie de la route la plus dangereuse est fermée aux véhicules, une autre route a été faite et la partie restante et la partie fermée peuvent se descendre à vélo… Ce n’est pas de la route, c’est de la caillasse. Moi je n’ai jamais fait de vélo de descente en montagne. Mais après Huayna Potosi, je vous avoue que j’ai tendance à me sentir un peu invincible…

Le van nous emmène à 4700 mètres d’altitude en faisant un arrêt à un petit shop dont Ben nous parle tous les jours depuis 10 jours… Il nous parle d’un jus au quinoa trop bon. Il va nous les acheter et revient avec un sachet par personne (oui ici les jus de fruits ne sont pas dans des verres mais dans des sacs plastiques et on te file une paille)…. Et ohlala la déception… on nous parle d’un jus, on se dit que ça va être frais, rafraîchissant… ben en gros c’est une soupe… Euh… On se moque tous de Ben et on finit tous par lui refiler…

En arrivant à 4700 mètres, Danish n’arrête pas de vomir, elle ne va passer une très bonne journée, mal d’altitude…

C’est parti on nous décharge nos vélos. La première partie est bitumée et est encore utilisée aujourd’hui donc en gros on descend entre les camions, voitures,… ça descend tout du long, on ne freine jamais. Je me rend compte à quelle vitesse nous allons quand je double un camion en descente… Et je le double vite… Ouahouh, quand même !

Ensuite, on s’arrête pour prendre le petit-déjeuner et on attaque la seconde partie où il n’y a pas de véhicules. Pendant le briefing, Ben nous explique qu’il faut rester attentif tout au long de la descente. Il y a eu 3 morts ces 2 derniers mois. La dernière étant une française… en train de faire un selfie en descendant… Oui ben pas de risque que je fasse un selfie en descendant à toute vitesse dans de la caillasse !

Dans la jungle, on passe sous des cascades à toute vitesse. C’est remplit de caillasse et de boue. Heureusement qu’on a notre casque intégrale, notre surpantalon et notre surveste… Mais malgré ça, la go pro est recouverte de boue et nous aussi ! Les paysages magnifiques défilent autour de nous. Heureusement qu’on fait des pauses pour profiter du paysage parce que sinon, c’est un peu compliqué voire impossible en roulant !

Esteban est le premier à chuter mais rien de grave. La plus belle chute du jour reviendra à Danish qui entre 2 vomissements va s’étaler dans une rivière… Bon, c’est une grosse rivière qui traverse la route. Plutôt un torrent d’ailleurs… elle va s’arrêter en plein milieu et tomber au ralenti… ^^

La chute la plus dangereuse revient à Ben et Kurt… Ben est tout content de pouvoir speeder. Et heureusement parce qu’il se retrouve avec un vélo sans frein (malin…). Il y a un saut à un moment. Sauf qu’au moment de sauter, il se rappelle qu’il faut freiner un petit peu avant de sauter et qu’il n’a plus de freins… ça ne rate pas, il s’étale, mais le soucis, c’est que Kurt est à moins d’un mètre de lui… et va donc lui tomber dessus… Plus de peur que de mal, surtout des égratignures et un vélo en mauvais état, mais ç aurait pu être plus grave !

Ben nous dit « Heureusement qu’il ne pleut pas sinon, ça devient glissant, c’est très dangereux »… bon ben 2 minutes plus tard, il se met à pleuvoir… ça c’est fait. Donc oui je confirme, ça glisse !

Bon au final, on descend en à peu près 3h. Inclutant les pauses. Ce qui est le plus rapide que Ben ait fait depuis qu’il y est guide !

Après la descente, le van nous amène à un hôtel à Coroïco où on peut se doucher…. Nous sommes couverts de boue et trempés jusqu’aux os !

Normalement après le déjeuner, le van nous ramène à La Paz mais on a demandé à rester une nuit à Coroïco, un village tout simplement magnifique ! La vue sur la jungle est magnifique. On peut voir la route de la mort au loin. Ah quand même ! Ca descend et c’est bien long !

On se trouve un hostel pour la nuit et un restaurant avec une terrasse qui a une vue magnifique sur toutes les montagnes. Et là, Esteban nous fait une surprise : Il a amené les jeux de cartes ! Eh oui, il faut savoir que tous les soirs, on joue aux cartes, on adore ça. On joue à shit head, un jeu australien. On rajoute des règles au fur et à mesure, donc c’est de plus en plus drôle. Mais du coup, quand des nouveaux arrivent, c’est de plus en plus long pour tout expliquer ! Du coup, on joue aux cartes jusqu’à la tombée de la nuit. Le coucher de soleil vu de la terrasse est magnifique.

Puis on se commande à manger. On va même se commander des crêpes. Et là, Esteban va me sortir la phrase de la journée : « Happiness is a pancake » (Le bonheur est une crêpe). C’est tellement vrai !

Le lendemain, on trouve un van pour nous ramener sur La Paz. Sauf que comme d’hab, il faut que le van soit plein partir… pour accélérer les choses, on sort tous aider la fille qui vend les tickets. Vous mettez 5 gringos dans la rue en train de crier « A la paz, A la paz, A la paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaz » et en 5 minutes le van est plein on peut partir… bon on a bien fait rire les passants aussi !

Avec Danish, on va entreprendre d’aller acheter un gâteau pour tout le monde. Il faut voir les gâteaux ici… Le plus petit peut nourrir 20 personnes… ce sont les bons gros gâteaux un peu à l’américaine. Mais on veut un gâteau ! Après avoir bavé devant tous les gâteaux, on arrive finalement à se mettre d’accord sur un gâteau aux noix… On a un bel emballage Dumbo, on porte le gâteau à tour de rôle, des vraies gamines ! Quand on rentre et qu’on annonce aux autres et surtout qu’on montre le gâteau, tout le monde est surexcité (on en est tous à plusieurs mois de nourriture dans la rue, un gâteau, c’est juste un truc de fou pour nous tous ! c’est comme un cadeau de noel presque !). Du coup, les garçons décident d’organiser le reste de la soirée, ils vont acheter de quoi faire un barbecue (oui je vous rappelle que 3 des 4 garçons sont australiens, le BBQ c’est un peu leur truc) et c’est parti pour une soirée royale !!!! Poulet, bœuf, poivrons, potirons,.. et surtout gâteau en dessert ! Et il est trop bon notre gâteau ! On a beau en filer à tout le monde à l’hostel, il en reste un bon quart. Evidemment, le dernier quart va déraper, Esteban va s’approcher d’un peu trop près du gâteau et…paf le gâteau (ou paf Esteban ça dépend comment on voit les choses).

On va aussi faire un autre truc de fou… on va aller au supermarché !!!! Ouais je sais ça vous paraît super inintéressant, mais pour nous c’était notre sortie du jour ! Prenez quelques backpackers en vadrouille depuis des mois qui achètent toujours ce dont ils ont besoin dans la rue ou au marché et vous vous retrouvez avec une bande de gamins dans les rayons ! On monte dans le caddy, on fait des courses de caddy, on s’émerveille devant tous ces produits qu’on peut acheter.On va s’acheter du roquefort (eheh),… On veut s’acheter une bouteille de vin, mais ce sont les élections. Vous ne comprenez pas le rapport ? Normal, on n’a pas ça en France. Ce sont les élections présidentielles… du coup,interdiction de vendre de l’alcool PARTOUT dans le pays. Bars, restaurants, supermarchés,.. Pour être sûrs que les gens soient sobres et aient toute leur tête au moment de voter ! Du coup, la plupart des bars et discothèques sont fermées ce week-end là ! Super ! Heureusement, on a fait le plein au bar à l’hostel. Et on va trouver une parade, comme on n’est pas sûr d’avoir le droit d’ouvrir le bar : On ne fait payer personne ces 2 jours là, on met tout sur la note de chacun. Donc officiellement, on n’a pas vendu d’alcool ces 2 jours-là. Mais bon en même temps, ce n’est pas comme si on pouvait voter, on n’est pas franchement du coin… Bref, donc au supermarché, les rayons alcools sont barricadés avec un petit panneau « Pour cause d’élections présidentielles » !

On fait aussi des soirées filles avec Frenchy et Danish. Souvent d’ailleurs ! On se trouve des petits restos sympas dans La Paz et on papote avant de rejoindre les garçons pour le reste de la soirée.

On se fait aussi ce qu’on appelle les lazy days. Ce genre de jour arrive généralement quand on décide de prendre le petit-déjeuner avant d’aller se coucher ( le petit-déjeuner est à 7h… et c’est une tuerie au passage. Le pain ressemble à de la vraie baguette alors moi je jubile tous les matins !). Donc on déjeune, on va se coucher et vers midi on se lève, on part tous ensemble au marché. Ah le marché ! On commence par le rayon jus de fruits et on se prend un bon jus de fruit frais (ils sont énormes et coûtent moins d’un euro ! vive la Bolivie !) et ensuite on se dirige vers notre sandwich lady ! La meilleure des meilleures ! Elle nous fait le meilleur sandwich au monde, on prend toujours le même et j’en rêve encore et je ne dois pas être la seule ! De l’avocat, poulet, tomate, oignon, mayonnaise. Pfou ! Rien que de vous en parler ça vient de me donner faim ! Ils étaient incroyables ces sandwichs ! Bref…

Après ça, on allait au stand DVD. Enfin DVD. CD gravés quoi. On se choisissait un ou 2 films. Et on rentrait dans la salle télé. La salle télé, elle devait faire 7m2, on avait mis un matelas dedans en plus des poufs et en s’entassant, ça passait ! Et c’est parti. On mettait les films et on se relayait pour aller acheter des snacks à la réception… Voilà voilà ! Donc vraiment, la colonie de vacances ! Mais ça a fait tellement de bien ! En plus l’hostel est assez petit, il n’y avait pas beaucoup de monde, donc on se sentait presqu’en coloc, c’était vraiment chouette !

J’ai encore oublié plein d’anecdotes, parce qu’en 10 jours il y en a eu un paquet… Comme le dernier soir tous ensemble où les garçons nous ont organisé une surprise, ils sont allés racheter des feux d’artifice et ils ont acheté des déguisements pour tout le monde pour qu’on passe une très bonne dernière soirée tous ensemble… Comme la journée qu’on est allé passé à El Alto car une fois par semaine il y a un de splus grands marchés d’amérique du sud (en y marchant toute la journée, on n’en a jamais vu le bout). Comme la fois où Kurt a acheté un arc et des flèches en plastique et qu’on a passé l’après-midi à viser des bouteilles en plastique avec les flèches… Comme les câlins qu’on se faisait le matin en sautant dans les lits les uns des autres… Comme Philippe qui a tenté Huayna Potosi durant ses 2 semaines mais n’est pas arrivé en haut et du coup au regard que tout le monde m’a jeté comme si j’étais d’un coup devenu une extraterrestre… Comme la fois où il n’y avait plus de cachça au bar donc esteban nous a evoyé les 3 filles en acheter dans la rue et où il s’est mis à grêler pile au moment où on est sortie et où il s’est arrêté de grêler pile au moment où on est rentré… Ou comme la fois où on s’est demandé quelle pouvait être le film le plus pourri qu’on pouvait regarder et qu’on s’est retrouvé à avoir fou rire sur fou rire devant Machete (je ne vous conseille pas ce film au passage), comme la fois où je leur ai fait découvrir Intouchables,… et j’en oublie encore sûrement plein…

Moi la dernière semaine, je suis obligée de me rendre au bureau de l’immigration pour prolonger mon visa. EH oui les 30 jours sont passés. Le type n’a même pas regardé mon passeport rien. Il a ouvert, mis le tampon, rendu le passeport. Passer un mois de plus en Bolivie, ça demande au moins 2 minutes de son temps…

J’abandonne donc le Pérou pour cette colonie de vacances et vais rejoindre directement mon cousin Damien, alias Da, alias Damdam dans la jungle colombienne. Au passage je me retrouve à acheter mon billet d’avion le plus cher du tour… En Asie je râlais quand je devais payer 50 euros pour un billet d’avion. Là j’ai dû débourser 750 euros. J’en ai pas dormi pendant une semaine ^^. Purée je vous jure la famille ça n’a pas de prix… ^^

Kurt est parti quelques jours avant tout le monde. Philippe est parti un jour avant moi. Puis moi. Puis le lendemain Isa, Ben et Esteban… Les au revoirs n’ont pas été faciles. Heureusement, on s’est tous donné rendez-vous dans 5 ans à Pirwa (au début c’était 10 mais on s’est dit que c’était un peu beaucoup !).

Me voilà donc en route pour la Colombie… Je quitte la Bolivie avec le cœur lourd. Punaise, qu’est ce que j’ai aimé ce pays…

Ju

2 réflexions au sujet de « Death Road et la Familia à La Paz: Les enfants sont de sortie!!!! »

  1. Al les, je me mets enfin à jour avec ton blog. Cool ta semaine : ça fait du bien de se caler quelques fois et je comprends tout à fait l’émerveillement que l’on peut avoir dans un supermarché…On l’a vécu…La suite, on veut la suite…

  2. Hé bien, moi aussi, je l’aime ce pays … je n’ai toujours pas compris comment tu faisais tous ces trucs à ces altitudes mais c’est chouette !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s