La bande à Sucre: Carnaval et fous rires à gogo!

Au beau milieu de la nuit, je me retrouve donc à Sucre.

J’ai bien lu les conseils pour la Bolivie : Eviter les bus (il y a une semaine, un bus s’est crashé en Bolivie, tous les touristes sont décédés… super), ne pas prendre de taxi, surtout de nuit et surtout ne pas partager avec des locaux, pleins de touristes ont eu des problèmes : Les autres sont en fait des copains du chauffeur et tu te fais dépouiller… ou alors le taxi se fait arrêter par un faux flic qui te demande ton passeport et se carapate avec,…

Je suis donc tous ces conseils à la lettre et après un bus de nuit, je partage donc un taxi avec 3 locaux au beau milieu de la nuit (Maman vient de prendre 30 ans de plus ^^). J’arrive saine et sauve à l’hôtel après avoir échangé quelques phrases avec les locaux. Ca commence à m’agacer de ne pas pouvoir parler plus espagnol…

Alors à l’hostel Gringo (Nico cette info était pour toi ^^), on est accueilli par l’owner qui est un allemand déjanté ! Je demande un dortoir 8 lits et finis dans un 4 lits… allez comprendre. Mais bon à 5h du mat, je n’ai pas franchement l’énergie de discuter, je file me coucher direct !

Au réveil, je retrouve Elise qui a entendu parler d’une rando sympa, les 7 cascades. On file manger au marché central : Au rez-de-chaussée, le rayon jus de fruits frais, salades de fruits,… viandes, légumes, gâteaux,… et à l’étage, on peut manger des repas typiques à des prix incroyables (un peu moins d’un euro un repas trop bon ^^). Je prends des albondigas, des boulettes de viande avec des pâtes et des pommes de terre (eh oui, jamais moins de 2 féculents dans les assiettes… un peu dur au début ! Les légumes me manquent ^^). C’est excellent.

Après ça, il faut trouver le collectivo (mini-bus) qui permet d’aller aux 7 cascades… Alors là ça devient drôle, c’est qu’en Bolivie, il y a des collectivos qui vont partout, ils portent une lettre, sauf qu’il n’est indiqué nulle part à quoi correspondent les lettres, où ils vont, où sont les arrêts… mais les locaux eux le savent. Donc c’est simple, il suffit de dire aux locaux où tu veux aller et ils t’indiquent la lettre du collectivo et où le prendre. Donc nous on attend le collectivo Q en face du marché… Comme d’hab, je ne comprends pas comment tout ça marche… mais ça marche…

On se retrouve entassées au milieu des locaux et hop c’est parti pour 40 minutes de mini-bus ! On indique au conducteur qu’on va aux 7 cascades et soudain il nous dit « C’est là » en nous arrêtant au milieu de nulle part. Il nous dit de prendre la route de terre à droite et on devrait y arriver… OK… On marche un moment. Croise une habitation. Une vieille dame nous confirme que c’est « par là-bas »…

On marche 30 minutes… soudain, un camion arrive (enfin il tracte uniquement une énorme remorque où il y a ses enfants). On lui fait signer de s’arrêter. On lui demande si les 7 cascades, c’est par-là. Il nous fait oui et nous fait signe de monter à l’arrière, c’est sur son chemin ! Niquel, on se charge avec les enfants dans la remorque et c’est parti ! 10 minutes plus tard, il nous arrête et nous montre un autre chemin… C’est au bout du chemin et si on veut il repart vers 16h, si on est là il veut bien nous remmener !

C’est parti, on part sur un petit sentier. Ça monte donc forcément avec l’altitude, on est vite essoufflées ! En arrivant en haut, on aperçoit une première cascade… Mouais, il n’y a quasiment pas d’eau…

On continue. En montant on arrive à la deuxième… jolie mais pas de quoi se baigner…. On continue de monter… euh on croise des sacs poubelles sur le chemin… et là on entend des voix… Ah… on continue de monter et on aperçoit un groupe de jeunes gringos en train de se baigner dans une cascade qui a l’air top. Ils nous montrent par où passer pour les rejoindre. Sur le chemin on croise d’autres sacs poubelles… et en fait, ce sont les gringos qui sont venus ici ramasser les déchets et ils récupèreront les sacs sur le chemin du retour. Elise retrouve une française qu’elle a rencontré plus tôt dans son voyage.

On file se baigner, on n’a pas beaucoup de temps avant de devoir faire demi-tour ! L’eau est très froide mais on finit par y arriver !

On ramasse les déchets restant pour filer un coup de main. Ils s’en vont avec les sacs. Nous on retourne se baigner un peu avant de devoir repartir ! On cavale, on n’a pas envie de se taper la route de terre pendant plus d’une heure à pied !

On arrive 10 bonnes minutes avant qu’ils ne repartent. On remonte à l’arrière. On pense qu’il va nous ramener en haut de la route de terre mais en fait non… ils nous ramènent carrément à Sucre ! C’est la première fois que j’arrive en ville à l’arrière d’un camion !

Il nous pose au bord de la route, on ne sait pas trop où nous sommes, donc comme d’hab, on demande aux locaux. Il faut aller se mettre de l’autre côté de la route et prendre le collectivo J…OK… Les 3 premiers sont trop plein et ne s’arrêtent pas… le 4ème sera le bon, on se retrouve debout au milieu de l’allée… c’est parti !

On repasse par le marché avant de rentrer à l’hôtel, on s’achète des légumes ! Ahhhhhhhhhh des légumes !!! Avocats, tomates, concombres,… Je savoure !!! Les avocats sont énormes et ont tellement de goût comparés à chez nous ! Un délice ! On les achète à une fille assise dans la rue qui nous fait déguster les différents types d’avocats qu’elle a : On sent clairement la différence à chaque fois !

Au moment de rentrer, on entend de la musique… on va voir…. OH génial un défilé !

Mais euh… c’est blindé de monde ! Les rues sont coupées ! Et ça défile sans arrêt ! D’abord les femmes qui passent en dansant des danses traditionnelles. Puis la fanfare… Puis les hommes… et ça recommence… Ensuite il y a des danses de couples,… d’autres fanfares. Ca ne s’arrête jamais. On demande à un flic ce qu’il se passe. « Ben c’est pour l’entrée dans la ville de la vierge ! Mais là ce ne sont que des répétitions ! La vraie fête, c’est le week-end prochain. Là ils s’entraînent… » Ah ouais quand même !!!!

On observe un looooooooong moment. Puis on rentre à l’hôtel se faire à manger. Le lendemain, dimanche, c’est une journée piétonne à Sucre on va en profiter pour vadrouiller partout, après une salade de fruits géante comme petit-déjeuner au marché (C’est salade de fruits, yaourts, céréales, d’autres fruits). Il y a des stands un peu partout dans la ville. On arrive dans un parc où il y a tous des stands de la fac de médecine. Chaque stand est une maladie. Il y a des explications et après des jeux pour voir si on a bien compris. Si on répond correctement, on gagne un snack, un chocolat, une sucette, une boisson,… Alors on fait le tour des stands, comme ça plus besoin de s’acheter de déjeuner ! Je deviens dans la foulée incollable sur toutes les maladies locales. Par contre, au stand paludisme, ils nous soutiennent qu’il y a un vaccin contre le palu qu’on peut faire gratuitement à l’hôpital… Je ne sais pas en quelle année de médecine ils étaient mais je n’ai jamais entendu parler de vaccins contre le palu… Sinon on ne se ferait pas suer tous à se trimballer avec de la malarone qui coûte une fortune…

On retourne sur la place principale où on assiste à un discours… on se rapproche… eh mais je le connais lui, je l’ai vu en photo à la douane. C’est le président Moralles ! Evooooooooo ! C’est la période électorale en plus… Donc voilà, je pourrais dire que j’ai assisté à un discours du président bolivien (ça ne m’est jamais arrivé en France jusque-là…)

Après ça on rentre à l’hôtel se faire à manger et vers 20h, on retourne à la place principale voir des concerts et il y a encore et toujours les défilés, les fanfares… on reste là toute la soirée !

Elise part le lendemain pour Santa Cruz. Moi j’ai bien envie de rester là !! Eh oui, la ville est vraiment sympa, les cours d’espagnol sont pas chers et les festivités vont durer toute la semaine !

C’est parti, je pars le lendemain à l’école d’espagnol avec un anglais, Ali et un australien, Luke qui sont au même hôtel que moi. On prend chacun 4 demi-journées de cours avec un prof particulier chacun (oui on en aura pour au moins 10 euros la demi-journée… J’adore la Bolivie ^^). On remplit un test ( Avec Ali on se moque de Luke qui n’a rien rempli du tout… ) et on file acheter nos affaires pour la rentrée. On va à la petite boutique du coin et on demande un stylo et un cahier. Elle revient avec 3 cahiers différents. Luke a maintenant un joli cahier rose à paillettes avec des stickers à l’intérieur en forme de cœur, avec des têtes de filles, des sacs à main,… il est ravi. Les cahiers d’Ali et moi sont bien moins ridicules. Donc Luke va se venger en nous collant des stickers partout…

Dans la bande il y a aussi Chris, un autre anglais qui prend des cours d’espagnol dans une autre école ; Kurt, un australien qui va à la même école de Chris et Mike un autre anglais. Voilà donc la bande à Sucre!

Alors je vous résume la semaine : En gros, c’est l’entrée de la vierge dans la ville, la fête est en fait une sorte de carnaval. Mais le carnaval est très important en Bolivie, comme partout en Amérique du sud. Donc au moment du carnaval, les festivités sont à Oruro (et pour eux ce carnaval est largement mieux que celui de Rio, ils ne comprennent pas pourquoi tous les gringos vont à Rio, parce qu’à Rio, « ce n’est que de la samba alors qu’ici on a de tout « ), connu mondialement également. Du coup, dans le reste du pays ils le font à des dates différentes. Donc pour eux, l’entrée de la vierge dans la ville, c’est leur carnaval, c’est LA fête de l’année à Sucre… On décide donc tous de rester jusqu’au week-end suivant. Les danseurs répètent depuis des mois des heures chaque semaine pour être prêt, on ne rigole pas avec ça !

Donc voilà, tous les après-midis, on va à notre cours d’espagnol et tous les soirs on sort profiter des festivités. On rentre au petit matin, on dort un peu, on se lève, on va manger une salade de fruits au marché et on part en cours !

Alors les cours. Mon prof Vincente est extra. Les cours sont divisés en 2 parties : Les 2 premières heures, on fait conjugaison, grammaire, vocabulaire,… et les 2 heures suivantes, ce sont plus des activités. Mais rapidement, on se rend tous compte que nos profs nous font un peu du rentre dedans… Il y a des parois fines comme du carton entre les différentes salles de cours. Donc quand mon prof sort la guitare durant les 2 dernières heures le premier jour, j’entends Ali et Luke mourir de rire dans les salles à côté. Dur pour moi de rester sérieuse quand mon prof me demande « Tu veux une chanson romantique ou une chanson traditionnelle ? ».. Je réponds « Une chanson traditionnelle »…Sa réponse… ? « Ce sera donc une chanson traditionnelle romantique »… et Mer-credi ! Il joue bien et chante bien mais bon il est à fond, il bouge les épaules, ferme les yeux… et moi je dois le regarder et essayer de comprendre les paroles en restant sérieuse pendant que les 2 autres sont pliés en 2 à côté…

On rentre à l’hôtel et Ali me dit « C’est moi ou ton prof t’as joué des chansons de lover à la guitare pendant 2 heures ? » Non non, t’as pas rêvé… « Oh j’étais mort de rire, je n’arrivais plus à m’arrêter… » oui je sais… et le lendemain, mon prof m’a dit qu’il irait me faire la lecture dans le parc…. Aïe aïe aïe ! Ali a sa prof qui lui fait du rentre dedans également. Pour Luke, c’est un peu plus compliqué… sa prof ne parle pas un mot d’anglais et lui ne parle pas un mot d’espagnol… la compréhension est un peu difficile du coup… Il n’arrête pas de nous poser des questions. « Ce mot là c’est quoi ?… ah j’avais pas deviné ça… Mais je ne comprends rien, je ne vais jamais progresser ! » On l’aide pour ses devoirs (parce que oui on a des devoirs !). Pour moi j’en perds un peu mon latin au bout d’un moment. Internet ne marche pas et il n’y a plus de français, donc je passe une semaine à ne parler qu’exclusivement anglais et espagnol !

Après, on se fait à manger et on file à l’hôtel Berlin dans une rue à côté où il y a un bar, une petite cours, des DJs et après on file sur la place principale regarder les défilés.

Le lendemain, mon prof m’emmène donc me faire la lecture dans le parc.. Bon c’est sympa j’apprends plein de choses sur les coutumes et fêtes boliviennes. Il m’achète du pop-corn. Quand je raconte mon après-midi aux autres bien sûr ils sont morts de rire.

Le soir, rebelote, on file à Berlin puis voir les défilés.

Le lendemain, pour les 2 dernières heures, les profs nous emmènent tous dans un couvent où on peut accéder au toit et la vue et le coucher du soleil sur toute la ville sont magnifiques !! Evidemment, mon prof me prend tout le temps en photo et se débrouille pour qu’on se retrouve seuls au moment du coucher du soleil. Au moins, mon espagnol progresse vite !

Le soir, c’est reparti à nouveau !

Le lendemain, c’est mon dernier cours d’espagnol (il n’y a pas classe le week-end, il faut bien qu’on se repose !). Pour l’occasion mon prof ressort la guitare, puis il m’emmène voir les défilés : Le vendredi, ce sont les enfants qui défilent, c’est extra ! Et c’est super intéressant, il m’explique chaque danse, chaque costume, le type de musique,… Le cours est censé finir à 18h. A 20h, on y est toujours. Je me dis que les autres doivent s’impatienter donc je finis par lui dire qu’il faut vraiment que je parte. Il insiste pour me raccompagner et me demande mon facebook,… et est triste au moment où je pars… Moi aussi, il est cool mais bon… ^^

Je rejoins les autres qui m’attendaient et ça repart ! Il y a des feux d’artifice tout le temps. Ce n’est pas comme en Europe ou t’as un gros feu d’artifice qui dure 30 minutes ou plus. Non. C’est tout le temps. Et partout. Ça pète dans tous les sens. Durant les soirées, on finit toujours par se perdre les uns les autres (C’est noir de monde partout !!). Ce soir-là, on rencontre 2 autres australiens et on finit à 4 (Luke, les 2 australiens et moi). On va voir les défilés. Il est 2 ou 3h du matin. C’est complètement différent à cette heure-là. Les flics qui s’assurent que tout le monde restent bien sur le côté ne sont plus là. Donc tout le monde danse dans le défilé… C’est extra ! Nous voilà donc à danser avec les locaux… Pendant près d’une heure. Et soudain un truc incroyable se produit… celui qui joue du tuba fonce droit sur Luke. Prend son tuba et le met autour du cou de Luke… Luke se retrouve donc dans la fanfare pendant 50 mètres à essayer de jouer du tuba… vous voyez le bruit d’un tuba ? Je vous laisse imaginer quand quelqu’un en sait pas en jouer… il y a des bruits qui sortent mais rien de bien harmonieux… et ce n’est pas non plus l’instrument le plus discret ! Nous sommes donc… morts de rire… Au bout de 50 mètres, il redonne le tuba et on n’en revient pas !!!

Le lendemain, on passe la journée à se raconter nos soirées respectives et les autres n’en reviennent pas d’avoir raté Luke au milieu de la fanfare en train de jouer du tuba ! Ali découvre sa soirée en même temps que nous… Un peu à la façon « Hangover » pour ceux qui ont vu le film. Plus il en découvre plus il a la honte. Mais bon je ne peux pas tout raconter non plus ! Bref, c’est fou rire sur fou rire toute la journée. Le soir, on y retourne. A chaque fois on rencontre des locaux et on passe la soirée avec eux. Des fois on va dans une sorte de boîte locale où ce ne sont que des locaux en train de danser les danses traditionnelles, c’est rigolo. Et à nouveau, vers 2 ou 3h, on va à la place principale, c’est toujours là où c’est le plus sympa vu qu’on peut aller danser dans le défilé ! Luke regarde tous les jours de tuba avec espoir que le miracle se produise à nouveau… mais non… à chaque joueur de tuba il fait des sourires, des signes,… mais rien n’y fait ! Il essaie d’utiliser ses cours d’espagnol, il essaie toujours de parler espagnol et en bons potes supers sympas, on se tient toujours à côté de lui, pliés en 2 à le regarder essayer de se faire comprendre… Soudain, vers 3h, dans le défilé, parfois il y a des fanfares, mais parfois ce sont des camions avec des énormes enceintes qui jouent la musique pour les danseurs. Et à l’arrière d’un des camions on retrouve… nos 2 australiens !! En nous voyant, ils descendent du camion : « Mais qu’est ce que vous faisiez sur le camion ?? » « Ca fait depuis qu’il est 20h qu’on est monté dessus, personne ne nous a rien dit, donc depuis 20h on défile, on distribue de l’eau aux danseurs,… » ^^.

Les danseurs défilent pendant 14h !! Donc oui il leur faut de l’eau !

Dimanche, ça reprend à nouveau et lundi, nous partons tous dans des directions différentes : Ali et Mike partent vers Tupiza au Sud. Chris part directement à La Paz. Kurt part à Santa Cruz et Luke et moi partons pour La Paz mais on veut s’arrêter une journée à Cochabamba (j’adore le nom ^^) pour voir le plus grand Christ au monde (eh ouais plus grand que celui de Rio !).

Bon on va se faire arnaquer sur le bus. On nous vend un ticket pour un bus super, trop confortable,… on se retrouve dans un bus de nuit où on ne peut pas baisser les sièges, où il fait plus de 40 °C en partant et moins de 0°C en arrivant… Donc on n’a pas dormi de la nuit après une semaine sans dormir…

On arrive, on nous dit de ne pas sortir du terminal, que c’est trop dangereux de nuit… on attend 7h et on sort…en fait il n’y a rien de dangereux dans cette ville… on va tourner 2h en rond avant de trouver un hostel. Bref, après tout ça, on file dans le dortoir se coucher et on se réveille à 16h…. on n’a rien mangé depuis la veille, on tient à peine debout et on est tous les 2 en train de tomber malade à cause du super bus… On file manger et à peu de chose près on retourne se coucher direct.

Le lendemain on monte les marches pour monter au Christ qui surplombe la ville… que des marches pour monter une montagne à cette altitude, c’est du sport !!! Mais la vue est magnifique !

On prend des photos et le lendemain on repart pour La Paz, dans un bus de jour tip top… ce qui ne sert à rien vu que c’est un bus de jour !

On rejoint donc Chris à La Paz, moi je retrouve aussi Elise.

Mais ça, c’est encore une autre histoire !!

Sucre restera la semaine de ma vie où j’ai de loin le plus ri !!!!

Ju

3 réflexions au sujet de « La bande à Sucre: Carnaval et fous rires à gogo! »

  1. Cool, ça avance…Cool que tu aies pris des cours d’espagnol. Nous, on ne parle pas souvent, mais on progresse quand même. On est souvent avec des français mais on commence à rencontrer des locaux. Et sinon, j’avais beaucoup entendu parlé de Sucre…Quelle chance de tomber en plein carnaval. Globalement, tu tombes au bon endroit, au bon moment à chaque fois…A croire que tu l’aies fait exprès. Bravo et vivement la suite…

  2. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu l’occasion de te lire en duo avec Brigitte, c’est notre petit récré et notre petit rayon de soleil (dixit Brigitte ) ……. on aimerait en avoir plus souvent et on regrette de ne plus pouvoir avoir des histoires avec des images , mais on comprend que cela n’est pas facile surtout dans ces pays ……………………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s