Bora: Une histoire incroyable dans une famille formidable! (Ou inversement)

Le lendemain, 6h, comme d’hab je fais du stop pour aller à l’aéroport ! Comme d’hab, la première voiture me récupère et c’est parti ! Hihi ! Je vais à Bora-bora !!! Vous savez comme la pub de lessive !

La vue en arrivant au-dessus de l’île est à tomber…. Mais je ne suis pas au bout de mes peines aujourd’hui ! On atterrit… il faut vous imaginer l’accent local au moment où on nous annonce « Vous êtes arrivés à Bora-bora (en roulant bien les r, j’adore l’accent local !), la température extérieure est de 35°C » mouahahah ! Bora-bora me voilà !!!! Youhou !

Je descends de l’avion : On est en fait sur un motu (un îlot)… sur ce motu il n’y a que l’aéroport… nous sommes d’ores et déjà entourés d’eau turquoise à la descente de l’avion. Eh oui, quand t’atterris à Bora-bora, c’est déjà du rêve ! Bon, je vous passe tous les jets privés garés à l’aéroport. Dont un est extrêmement sobre : Intégralement doré… Comme si ce n’était pas assez d’avoir un jet privé il a en plus fallu qu’il le dore… Ahah !

Bon pour récupérer son sac, comme d’hab pas de tapis roulant (un tapis roulant serait plus grand que l’aéroport de toute façon…), tous les sacs sont posés sur une grande étagère. Et tous les bateaux attendent juste en face… Je découvre d’ailleurs la vue… ah ouais. Ah quand même… C’est largement au-dessus de mes attentes !Ah ouais ouais ouais !!! Youhouhouhouh !!! Alors ben y’a de l’eau turquoise à perte de vue. Juste en face de l’aéroport un tout petit îlot avec juste 2 palmiers dessus. Et derrière… L’île principale. Une montagne verdoyante qui tombe à pic dans l’eau. Et tout ça entouré de motus un peu partout… Ouahou. Ca me rappelle les décors de Lost.

C’est parti, je monte sur le bateau qui va sur l’île principale (non pas celui qui va au Hilton…), ces bateaux sont gratuits, et hop 15 minutes de navigation à travers ce décor paradisiaque !! Je suis la seule à prendre des photos, tous les autres sont rentrés à l’intérieur…

On arrive, je fonce à l’office du tourisme : A la pension Noni, ils m’ont dit de les appeler et qu’ils viendraient me chercher. J’explique à la dame de l’office quand quelqu’un derrière moi dit :  « Tu vas chez Gloria ? Ben je te dépose c’est ma voisine ». Lui, c’est Gérard, il tient la pension à côté de celle de Gloria et il est venu chercher quelqu’un au bateau. Hop, je monte à l’arrière du pick-up et c’est parti !Il me conseille des compagnies pour des tours sympas et me dit que Gloria, elle est chouette ^^.

Quand j’arrive, Gloria est là, je découvre une petite mamie avec un grand sourire. Gérard lui dit : « Elle était perdue alors je te l’ai ramenée ». « Oh mais non, je lui avais dit de m’appeler. Hein je te l’avais dit. Mais pourquoi t’as pas appelé je serai venue te chercher ! » Ahah.

Elle me montre ma chambre : Ouahou grand luxe : J’ai une double pour moi toute seule avec salle de bain et cuisine ! Eh oui, les dortoirs à Bora, ça n’existe pas vraiment !

Je m’installe, puis je lui demande si elle a un vélo pour que je parte faire le tour de l’île. « Oui, il y a un vélo là, tu peux le prendre. Mais ramène-le parce que je ne sais pas à qui il est »… Ah… Bon je vais commencer par aller à Top dive qui est juste à côté pour planifier ma dernière plongée (Dernière ? vous y croyez ? ah je ne me crois pas moi-même). On m’avait parlé de Zaza qui est super sympa à l’accueil. Pas de bol, aujourd’hui, elle n’est pas là. C’est une autre… et je peux vous dire que si je n’avais pas eu mon pass de 10 avec Top dive, je serai allée ailleurs. Exécrable. « Plonger demain ? ah mais moi je sais pas, il faut que je demande, j’en sais rien, t’as qu’à repasser plus tard »… C’est pourtant pas très compliqué. Enfin bref. Ok je repasserai plus tard. Je file au supermarché (ouais je ne vais pas aller au resto à Bora…), celui-là est bien plus rempli qu’à Tahiti : Je m’achète juste de quoi me faire 2 ou 3 sandwichs et une salade, comme les petit-déjs sont compris chez Mamie Gloria.

Je rentre, je me prépare un petit gueuleton en regardant les brochures prises à l’aéroport. On m’a conseillé le tour de l’île en jet ski et j’ai vu qu’il y a du saut en parachute. Quel plus bel endroit au monde que Bora pour un saut en parachute ? Je vais voir les sites internet… je déchante vite. Que ce soit jet ski ou saut en parachute, c’est 600 euros pour une demi journée. Alors les enfants, changement de plan, je ne ferai ni jet ski ni saut en parachute…

Bon je me dis que je vais monter en haut de la montagne pour avoir une super vue…

Gloria vient me voir pour me demander si je veux manger avec toute la famille ce soir. Oui. Ce n’est pas de refus !! Je lui demande où je peux aller me promener pour la fin d’aprèm « Ouhlala, tu fais attention hein ! Y’a une dame elle s’est fait attaquer par des chiens à la figure, ils ont dû l’emmener à l’hôpital à Tahiti ! Si tu veux aller te promener, tu me dis hein, je te donne un bâton » ! Hihi, elle me fait tellement rire ^^.

Bon de toute façon je suis malade et il commence à pleuvoir, je file faire une sieste. A mon réveil, je retourne à Top Dive. La fille n’est pas plus aimable, heureusement les instructeurs sont rentrés. Ils sont super sympas. Je leur dis que je veux absolument faire la station de nettoyage des raies mantas. Donc pas de soucis, on la fera demain. En revanche, quand le bateau part, c’est pour 2 plongées… QUOI ? vous êtes en train de me dire que je suis OBLIGEE de plonger une fois de plus ? Mince alors ^^. Me voilà bien embêtée,… Laissez-moi réfléchir… ?? C’est d’accord ! Youhou. Donc 2 plongées demain matin. Eh ouais je vais plonger à Bora ahah !

En rentrant, je fais connaissance avec mes voisins de chambrée : un couple d’australien (ah ils me poursuivent ces australiens !!!) qui est venu de Nouvelle-Zélande… en bateau ! Encore !? Ils ont navigué vers Tahiti. Lui a navigué avec son frère. La copine de son frère est là pour une semaine donc ils leur ont laissé le bateau pour la semaine et eux se font une escale à Bora…. Avant de récupérer le bateau en fin de semaine pour ensuite naviguer en Polynésie pendant un mois, puis monter aux îles Cook et aux îles Tonga. Ohlala. Ils me font rêver tous avec leurs histoires de bateaux. Ils me donnent un site anglophone où les gens recherchent des équipiers, expérimentés ou non. Je vais y faire un tour… ah oui, effectivement ils recherchent du monde en Polynésie… Aïe aïe aïe, dur de se retenir !

Gloria vient nous chercher pour le repas : Comme ils sont en couple, ils ont leur petite table pour eux deux. Moi je suis au milieu de toute la famille ^^. J’adore !! Je rencontre le Papy pêcheur, un fils pêcheur et sa femme, 2 petits-enfants d’une autre fille et même… les arrières petits-enfants.

La belle-fille m’explique qu’en fait Gloria n’est pas polynésienne et que le Papy…. À moitié. Enfin pas complètement. Enfin c’est une histoire intéressante.

Une histoire intéressante ? J’adore, raconte !

Alors pendant la seconde guerre mondiale, suite à Pearl Harbor, les américains ont décidé de venir protéger la Polynésie, au cas où. Bon ici, ils pensent que c’était quand même plus pour prendre du bon temps. Donc les Gis sont venus dans les îles. A force de rester là, ils ont rencontrés les vahinés qui leur ont bien plu. De fil en aiguille, je vous passe les détails, mais bon nombre d’entre elles sont tombées enceintes de Gis. Le problème, c’est que comme en métropole, à l’époque il fallait être mariée… sauf que tous ces américains avaient des familles aux Etats-Unis (eh ben c’est du propre tout ça !). Du coup… les familles cachaient les femmes enceintes jusqu’à ce qu’ils leur trouvent un mari. Ils se mariaient vite fait. Mais le mari était bien sûr au courant (Quand le bébé sort avec des yeux bleus alors que tous les polynésiens ont les yeux bruns…). De là est né le papy qui avait donc un papa non officiel américain et des parents officiels polynésiens.

Le GI est rentré auprès de sa famille aux Etats-Unis, 3 garçons, une fille. Plusieurs dizaines d’années plus tard, sur son lit de mort, il a annoncé à ses enfants qu’il savait qu’il avait un enfant à Bora-bora. Sans savoir son nom, ni même si c’était un garçon ou une fille. Sans savoir comment le retrouver…

Sa fille a décidé d’aller en vacances en Polynésie. Lors de son passage à Bora-Bora, elle est allée à la mairie, expliquer qu’elle avait un demi-frère ou sœur ici, sans savoir de qui il s’agissait. Bien sûr, tout le monde se connaît à Bora et en voyant la sœur la secrétaire lui a dit direct :  « C’est un demi-frère et je sais exactement de qui il s’agit ». Ils sont des dizaines et des dizaines dans ce cas sur l’île mais apparemment la sœur ressemblait beaucoup au Papy… Elle lui donne l’adresse de chez Gloria où elle se rend… et en voyant son frère qui avait désormais l’âge de son père lorsqu’il est décédé, elle est tombée dans les pommes… Les 3 fils, aucun ne ressemble à leur père. Pourtant, lui, le fils caché, lui ressemble comme 2 gouttes d’eau, à tel point qu’elle a eu l’impression d’avoir son père en face d’elle !

Les retrouvailles ont donc bien eu lieu, tout s’est bien passé. En rentrant aux Etats-Unis, la fratrie a payé un billet d’avion pour que le Papy puisse venir faire la connaissance du reste de la famille. Il y est allé et depuis ils restent en contact régulièrement et continuent de se voir.

Si ça ce n’est pas une histoire digne d’un film…

Je fais ensuite la connaissance du petit-fils et lui demande des conseils pour mon séjour à Bora et surtout pour crapahuter dans la montagne. Apparemment, il faut obligatoirement une excursion et être avec un guide : ce n’est pas indiqué, les chemins ne sont quasiment pas tracés,… Bien sûr c’est 150 euros. Mouais ben moi je ne paie pas 150 euros pour marcher ! Ohlala !!

On passe une bonne partie de la soirée à discuter. A la fois avec eux et avec les australiens qui continuent de me faire rêver avec leurs histoires de bateau !

Puis je file me coucher. Demain, debout 6h ! Je vais buller à Bora !!

Nana !

Ju

2 réflexions au sujet de « Bora: Une histoire incroyable dans une famille formidable! (Ou inversement) »

  1. j’adore l’histoire du papy ! … mais c’est dommage que la montagne ne soit pas mise en valeur … ils pourraient au moins baliser les sentiers !

  2. Je connaissais l’histoire du papy mais c’est plaisant de la relire. En effet, on se croirait dans un film : c’est poignant!
    Bora-Bora, ça fait rêver quand même…mais on est quand même encore un peu loin même si on s’est rapprochés!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s