Baguette et baleine à Tahiti!

On se lève tôt si on considère le décalage horaire, 8h du matin. J’ai entendu les vagues toute la nuit, j’ai qu’une envie c’est de les voir !

Hop, je descends dans le jardin. Pfouah !! Ah c’est pas mal du tout. En bas du jardin, 3 marches. EN bas des 3 marches… le lagon. Au loin la barrière des vagues avec le grand bleu derrière…

Je vais dans la cuisine (plein air donc face au lagon) : Des baguettes bien fraîches pour le ptit-déj. Oh de la vraie baguette. Pas le truc qui y ressemble mais n’a jamais le même goût. Non de la baguette française dorée en Polynésie. Ah !! Miam miam… euh minute papillon… je mets quoi dedans ? et mince, faut que je démarre la journée par des courses. Il y a bien 10 bonnes minutes à pied, c’est parti, je ne perds pas une minute, j’ai hâte de déguster de la bonne baguette bien fraîche.

Le supermarché est…étrange. La plupart des rayons sont vides. Je ne risque pas d’y passer des heures vu l’absence de choix ! Hop, jus de fruit, bananes et confiture locale à la mangue et c’est parti.

Au milieu du petit-déj, j’entends Ralph qui m’appelle depuis l’autre bout du jardin : « Julie, viens voir, vite ! Des baleines ! » eh oui depuis le jardin on voit les baleines passer matin et soir. Une baguette fraîche et une baleine, moi je dis que la journée commence bien ! Il m’explique que quand il n’y a pas de vagues, il prend les kayaks et emmène les personnes qui restent à la pension nager avec la baleine. Evidemment, aujourd’hui, il y a des vagues ! Grrr !

Du coup, qui dit vague dit…surf. Je demande à Ralph où je pourrais emprunter une planche et où je pourrais surfer… Alors sur Tahiti, louer une planche coûte quasiment plus cher que de prendre un cours.. bon du coup, je lui demande s’il a pas un ami qui peut me filer un cours. Ce serait mon premier cours de surf hihi.

Il n’arrive pas à le joindre une première fois. Une deuxième fois. Une troisième fois… Bref, on attend un moment, puis on finit par abandonner. Tant pis. Et qu’est ce que je fais quand je ne surfe pas ? Je plonge^^. Mais j’ai un avion demain matin à la première heure.

Donc avec Simon, on prend les kayaks, palmes, masque, tuba et hop, c’est parti. On met tout ça à l’eau et on file ramer un peu sur le lagon. Ralph nous conseille de ne pas essayer de passer la barrière des vagues… Si vous entendiez et voyiez les vagues…. Je peux vous dire que ça ne me serait jamais venu à l’idée (surtout qu’elles s’écrasent contre le corail…)

On rame et on découvre Tahiti par la même occasion (arrivés de nuit…). Pour ceux qui ont regardé Lost, ça ressemble carrément à ça (pour les autres, ne regardez pas, c’est la pire fin du monde) : De la montagne recouverte de végétation bien verte qui tombe dans la mer… Bon j’ai pas arrêté d’entendre que Tahiti, c’est tout pourri à côté des autres îles de Polynésie Française… Ca doit vraiment être impressionnant alors les autres îles !

On croise plusieurs plages. L’eau est tellement transparente qu’il n’y a pas besoin de mettre la tête sous l’eau ^^. On finit quand même par sauter des kayaks. Avec une eau à 29-30°C, on ne va pas se priver de ce petit plaisir ! Hop, palmes, masques, tubas, tête sous l’eau ! J’ai l’impression d’être dans une piscine ! Je me dis que le sable est trop blanc pour être vrai et que l’eau est trop transparente pour ne pas être chlorée ! Il y a d’énormes patates de corail un peu partout avec plein de petits poissons qui grouillent autour.

On remonte de temps en temps à la surface pour surveiller que nos kayaks ne se mettent pas à dériver (On ne peut pas franchement les attacher… donc ils dérivent au milieu du lagon^^). Je ne saurai dire combien de temps on est restée, moi une fois qu’on me met sous l’eau, je ne bouge plus !

La scène pour remonter dans les kayaks était tordante (on est loin d’avoir pied…). Hop, on rame à nouveau jusqu’à la pension. Pour retourner sur la plage, il y a un petit courant. Moi je trouve ça rigolo et je le passe du premier coup. Simon, c’est autre chose ^^. Il se retrouve pris à 2 reprises dans le courant et du coup éjecté de la plage. Je lui montre par où passer et il est tout impressionné… Mouais. C’est pourtant pas dur, t’évites juste de te mettre à contre courant ! Bref, on est rentré parce que Simon doit partir sur Papeete, il n’a rien réservé du tout, donc il veut trouver une agence de voyage.

Moi, je décide de rester à la pension. J’ai 2 choses importantes à faire : La première, appeler Norman… Vous le connaissez maintenant ! « Normaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !? Alors voilà, je dois repartir le 13, mais Teahupoo commence le 15, tu comprends, je ne peux pas repartir 2 jours avant Teahupoo, tu peux me mettre sur l’avion suivant ? ». « C’est bon, tu as le billet mis à jour dans ta boîte mail ». Le rêve ^^. Youhouhouhouh je vais à Teahupoo ! Qui c’est qui va voir Kelly ??? Eheheh. Pour ceux qui ne se seraient jamais intéressés au surf et pour celles qui sont aveugles, Kelly, c’est Kelly Slater. La légende du surf. Il surfe comme un Dieu et…. Il n’est pas trop moche (on va dire ça comme ça…). Ça fait 2 raisons de se réjouir d’aller à Teahupoo ! Je vais prévenir Ralph. « Je vais voir Kelly ». Et là il me dit que je vais voir tous les grands champions et il me sort une liste de noms… Euh. Va falloir que je regarde ça d’un peu plus près, parce que pour l’instant à part Kellyyyyyyyyyyyy, je suis un peu novice dans le domaine !

La deuxième chose importante… mouahahah, aller faire la sieste à la plage ^^. (Pour envoyer les insultes, faites vous plaisir dans les champs commentaires. Mais gardez-en un peu pour la semaine prochaine… vous comprendrez bientôt). Je marche donc au moins 50 mètres jusqu’à la plage et m’endors. Je me fais réveiller 10 minutes plus tard par… un chiot en train de me renifler la main. Il est tout petit, il est tout choux, il est tout fou, je le caresse deux secondes… sa propriétaire vient le rechercher et BIM ! oh ben non ! 2 minutes plus tard, il s’échappe à nouveau. Il trouve un chien qui fait au moins 4 fois sa taille… et saute toutes les 2 secondes pour essayer de lui choper les oreilles. Le chien reste debout à le regarder de haut en se demandant « Mais qu’est-ce tu fais mon ptit bonhomme ? » Moi je suis morte de rire, mais la propriétaire n’a vraiment pas d’humour. Et REBIM. Et cette fois, maison, privé de plage. Puisque je suis du coup privée de distraction… je vais me baigner.

Je rentre un peu avant la tombée de la nuit et retrouve Simon. Il s’est pris un super circuit de 4 îles… moitié prix. Eh oui. En France, on a la carte 12-25 pour le train. Comme ici, il n’y a pas de train, ils font pareil pour l’avion. Si j’avais su, je serai venue plus tôt ! Moitié prix ! J’avoue je suis un peu jalouse ^^.

Pour ce soir, on décide d’aller essayer les roulottes de Papeete, apparemment il y en a plein sur la place principale en bord de mer. On décide d’y aller… en stop. Eh oui. Nouveauté. En fait, on demande à Ralph s’il y a des bus sur l’île. Oui. Mais on ne sait pas quand elles vont passer et si elles vont passer un jour, tout simplement parce que si le chauffeur a décidé qu’il n’avait pas envie de se lever pour aller bosser, eh bien il ne se lève pas ^^. Et l’arrêt de bus le plus proche il est où ?? Il n’y a pas d’arrêt de bus (en même temps il n’y a qu’une route qui fait le tour de l’île…). Il suffit de se mettre au bord de la route et d’agiter les bras quand on voit un bus pour qu’il s’arrête. Bon, après concertation, on décide de se mettre au bord de la route, de faire du stop en attendant qu’un bus arrive… ça marche plutôt bien puisque la première voiture qui passe s’arrête. Ce sont des monégasques en vacances en Polynésie pour 3 semaines. Ils me conseillent fortement Bora-Bora… Je suis en train de réfléchir, comme maintenant j’ai une semaine de plus !

Ils nous déposent sur la place. Effectivement, c’est plein de roulottes le soir. La roulotte, c’est le bon moyen pour ne pas se ruiner sur l’île. C’est bon marché et c’est excellent. En plus c’est super sympa, il y a toujours beaucoup de monde, bonne ambiance,.. On commence par faire le tour des roulottes avant de se décider. Les bras m’en tombent : plus d’une roulotte sur 2 sont des crêpes ! Je ne vais quand même pas manger des crêpes, j’en fais à tous les gens que je croise. Je veux du local. Et il n’y a rien de plus local que du poisson cru au lait de coco… Et… c’est excellent !!!!!!!!

Pour rentrer… rebelote. On a à peine le temps de se mettre sur le bord de la route qu’une voiture est déjà arrêtée. En Polynésie, ça fonctionne au kilomètre pour dire où on habite. On ne dit pas « On va à telle rue », mais « on va à tel kilomètre ». Comme je vous l’ai dit il n’y a qu’une route. Donc le kilomètre 0 est le centre de Papeete et après ça incrémente. Notre pension est au PK18. Elle habite bien avant mais nous propose de nous avancer… On papote, elle est très sympa. Quand soudain « Voilà vous y êtes » Mais euh…. Vous n’habitez pas là. « Je n’allais quand même pas vous laisser au bord de la route, là au moins je sais que vous êtes bien arrivés et je peux repartir tranquille » !

 

Demain : Départ pour Rangiroa ! Ma deuxième île, j’ai hâte !!!

Ju

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Baguette et baleine à Tahiti! »

  1. BON ; sur la page suivante , la première partie du commentaire s’est effacée ????
    je disais que tu avais des collègues sympathiques ……. mais aussi que tu étais bélier et non poisson …….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s