Ma vie de surfeuse à Byron Bay

Byron Bay, tout le monde descend !! Ahah, me voilà de retour dans le présent. Je descends de ma machine à remonter le temps et je file dans le mini-bus du Byron Beach Resort. La bonne nouvelle, c’est que comme Chris a eu le job de manager à l’hôtel et comme le job vient avec un appart, je suis logée hihi ! Après toutes ses plongées, ça ne fera pas de mal. Et ça fait du bien de temps en temps de ne pas se retrouver en dortoir au milieu de dizaine de personnes où il y a toujours un ronfleur fou, un qui débarque au milieu de la nuit, un qui a des insomnies, un qui doit se lever tôt pour prendre l’avion, un qui a oublié de couper le réveil, un qui rentre saoul et ne se rend pas compte qu’il hurle… bref… les aléas de la vie de voyageur quoi. Donc ça fait du bien !

Les 2 semaines passent beaucoup trop vite ! Quand il y a des vagues on va surfer. Et je deviens plutôt douée (Vraiment douée si j’écoute Chris, mais bon c’est peut-être juste pour me flatter, je me méfie !). Doug nous rejoint pendant ses congés et hop la joyeuse tribu part surfer !

Enfin pour être honnête, j’ai vécu une vraie vie de surfeuse pendant deux semaines : On se réveille, on traverse la route pour aller voir s’il y a des vagues. S’il y a des vagues, on choppe un thé et un croissant au café d’à côté, on enfile les combis en finissant d’avaler le croissant (et encore, ça c’est quand ils me laissent le temps de manger mon croissant. Souvent, je n’ai le temps d’en manger que la moitié, après messieurs se plaignent qu’ils doivent m’attendre…pffuuu !) et hop on traverse la rue la planche sous le bras et on saute à l’eau. Ça c’est quand il y a des vagues en face. Ce qui va arriver très rarement.

Donc deuxième scénario : Il n’y a pas de vagues en face de l’appart. Dans les cas-là, on remonte à l’appart et on regarde la webcam au niveau de la passe, un autre endroit pour surfer à Byron à 4 km de l’appart. Bien souvent, il y a des vagues à cet endroit-là. Quand je suis là, un peu moins…. On m’accuse de tuer les vagues comme ça avait fait pareil en ma présence à Noosa… Je n’y peux rien moi, je ne sais pas comment on fait pour ne pas tuer les vagues ! Bref… bien souvent, il y en a, donc on part planches sous le bras et on longe la plage pendant 4 km. Alors ça c’est ma version. Si vous écoutez la version des garçons, ils vous diront qu’ils ont bien souvent dû porter ma planche… Je dirai que ce n’est pas si souvent que ça… et pour ma défense, je dirai aussi qu’ils m’ont refilé la longboard et mon bras n’est pas assez long pour porter la planche correctement… alors c’est sûr que quand je porte leur malibu, tout de suite ça marche beaucoup mieux (sans compter que c’est carrément plus léger aussi…) alors oui, ok, certes, peut-être que des fois ils ont dû porter UN PEU ma planche ^^.

C’est là que j’aurais les meilleures sessions de surf ! A la fin, je me régale. Comme je suis une tueuse de vagues, souvent elles seront un peu faibles et il faudra me pousser un peu sur les vagues, sinon c’est impossible à prendre… même pour eux c’est compliqué. Mais bon, y’a toujours une bonne âme pour me pousser eheh. Mais quand les vagues correctes reviennent, ça y est, je prends des vagues seules comme une grande ! Je rame, je monte sur la planche en un temps et demi ^^(Oui quand tu débutes, tu te mets d’abord à genoux puis debout. Quand t’es un pro tu fais coucher-debout directement. Moi je suis un peu à l’entre-deux. Je me mets debout directement mais en posant encore un tout petit peu un genou à terre…). Maintenant, je mets ma planche face à la vague et je la suis… Après Chris me montre comment me positionner sur la planche. Si je commence à manquer de vitesse, il faut se déplacer vers l’avant de la planche.. et hop ça repart. Mais pas trop, sinon ça plante à l’avant et là tu valses et c’est pas super cool (en plus d’avoir l’air ridicule, ça fait un peu mal, tu bois un peu d’eau.. bref à éviter). Inversement, si tu sens que la planche ne va pas tarder à planter tu te recules sur la planche…. Donc voilà j’essaie et ça marche plutôt bien ^^. Les dernières sessions je prends des vagues pendant 20-30 secondes et je prends un plaisir incroyable !!!! Quand je saute de la planche à la fin : « YOUHOUHHHHHHHHHHHH » !!! Je suis toute contente, je resaute sur la planche et rame à nouveau vers le large avec un sourire qui fait trois fois le tour de ma tête et qui amuse beaucoup Chris et Doug ^^. Quand il y a des vagues, vers 10h-11h on est à l’eau… et on en ressort pour regarder le coucher du soleil en mangeant un fish and chips.

Troisième scénario : Pas de vagues…. Grrr !!! MAIS… il y a du vent ! Ahah. Alors là on sort la voile de kitesurf. Bon sauf que Chris doit racheter une planche. Alors ça y est, je sais manier la voile correctement… il me reste une planche pour pouvoir essayer pour de vrai. Ce sera pour le Brésil ahah.

Quatrième scénario : Pas de vagues. Pas de vent. Ahhhhhhhhhh. Ça se complique mais on ne s’avoue pas vaincu ! J’ai donc appris… à faire du paddle skateboard. C’est comme le paddle (La planche de surf sur laquelle on se tient debout et on a une rame et on rame pour se déplacer), mais sur un skateboard. Donc je suis sur un skate et j’avance à l’aide d’un stick. J’avoue que je me suis bien amusée avec ce truc là !!!

Et comme la situation pas de vagues pas de vent perdure, Chris décide d’acheter… un van ^^. Comme ça on peut faire des road trips ! Donc on part en mettant dans le van les planches de surf, les skateboards et les combis. C’est parti. On commence par monter au sud de la Goldcoast. La goldcoast c’est un peu Miami, bling bling,… tout ce que je n’aime pas trop : Des buildings en bord de plage… Beurk. Sauf que le sud sud c’est un peu différent. On va à une des plages les plus réputées au monde pour ses vagues. Ahah, en bonne tueuse de vague, quand on arrive, c’est un très joli lac qui nous attend. On me regarde un peu avec un air de désespoir « Si même ici t’as réussi à tuer les vagues… » mais euh ! Enrevanche, il y a une baleine à 10 mètres du rivage ! On reste un moment à la regarder s’éloigner, puis on file vers une des forêts Gondwana un peu plus dans les terres à la limite du Queensland/New south wales. On va marcher, voir les cascades et le mieux sera l’arrêt à Natural Bridge. Un pont naturel en pierre avec une chute d’eau, cet endroit est magnifique. C’est interdit de quitter le sentier, mais quand il n’y a personne ils vont s’y baigner. Evidemment, on arrive en même temps qu’un bus donc pas de baignade cette fois-ci. On va croiser des touristes américains et je manque d’exploser de rire quand j’entends un d’entre eux demander au guide si le pont est naturel ou si c’est du plastique et on a fait un faux pour faire joli… Au milieu d’un parc national donc… Mouais. Je vous laisse imaginer la tête du guide… On va aussi à un point de vue qui s’appelle très modestement « le meilleur point de vue de tous », c’est son vrai nom… C’est vrai que c’est chouette. Mais quand même, pas très modeste tout ça !

En rentrant, on s’arrête à Nimbin, un village peuplé de hippies. Le cannabis bien qu’illégal en Australie est complètement toléré ici, donc on se fait arrêter tous les 5 mètres pour nous proposer d’en vendre. On peut aussi trouver toute sorte de pierres qui vous promettent monts et merveilles. Donc si je mets celle-là dans ma poche, je n’aurais jamais plus besoin de lunettes, celle-là je vais être beaucoup plus forte, celle-là je ne serai plus triste. Perso, j’ai un budget à respecter et mon sac est assez lourd, je ne vais pas le remplir de cailloux, mais si vous voulez essayer, vous me direz le résultat ^^.

On reprend ensuite la route de Byron, on s’arrête regarder le coucher du soleil dans un champ (on arrivera trop tard au bord de l’eau…) et on rentre.

Le lendemain, on reprend le van, les planches et les skates. On trouve un endroit où surfer, mais c’est une open beach… je ne fais pas long dans l’eau. Dans les baies, les vagues déroulent correctement, c’est propre. Là, ça part dans tous les sens, il faut gérer en plus le courant… et essayer de ne pas penser que peut-être un requin va surgir d’on ne sait où. Ça fait un peu trop à gérer pour moi, je prends une vague et avec tout le courant, je suis épuisée je ressors attendre sur le sable… Ensuite on va trouver une piste cyclable qui longe l’océan ! parfait ! On range les planches, on sort les skates et youhouh c’est parti ! Je deviens douée mais y’a quand même besoin de m’attendre un peu…. Mais je m’éclate !

Quand Chris bosse, Doug et moi on fait la rencontre de 2 français et on va passer nos soirées avec eux. Et narguer Chris aussi… Un peu… Bon on est quand même cool, dans la salle principale de l’hôtel (où il y a cuisine, cheminée, piano, canapés, c’est super grand) où on passe nos soirées avec les français, on n’arrête pas de lui faire coucou à la caméra pour qu’il nous voit depuis la réception… Pas de bol, il ne regarde jamais à ce moment-là on s’épuise pour rien !

Donc voilà en gros c’est surf, skate, kite. J’ai aussi 3 chats à nourrir : les 3 chats de l’hôtel, normalement Chris doit les nourrir le soir alors je m’en charge avec grand plaisir ahah. Ginger, Socksy et un gris que chacun nomme un peu comme il veut. Ginger vient tout le temps dans l’appart et Socksy demande tout le temps des câlins. Et comme il fait un peu froid (c’est l’hiver, des fois ça peut descendre jusqu’à 20°C, peut-être 15°C la nuit, une horreur), il y a un tuyau qui part de la laverie pour extraire l’air chaud… Socksy a élu domicile à la sortie du tuyau pour se réchauffer ^^.

Et il faut aussi que je vous parle des oiseaux ! Y’a 2 oiseaux, tous les soirs, il se mette sur le câble électrique en face de l’appart, face à l’océan collé l’un contre l’autre, la tête de l’un sur l’épaule de l’autre.. et ils dorment là tous les soirs blottis l’un contre l’autre !!!!! Tous les soirs au coucher du soleil, ils sont là. Ce sont les 2 seuls oiseaux à l’horizon, on n’en a jamais vu d’autres. Que c’est 2 là. Si c’est pas trop mignon !!!!!!!!!!!!!

Bon, vous vous doutez que je n’ai pas pu m’empêcher de plonger pendant 2 semaines… et vous avez raison. 2 semaines, c’est bien trop long. Donc oui je suis allée plonger ahah… c’est le prochain article (je suis obligée de dédier un article à ces plongées, tellement c’était bien ^^.

Ju

7 réflexions au sujet de « Ma vie de surfeuse à Byron Bay »

  1. Pour ce qui me concerne je viens de faire la route des vins. Enfin une petite partie de Strasbourg a Riquewihr avec Jean Marie Savarit , ciel chargé…les vignes…et tous ces villages alsaciens… Un autre style mais magnificooooo, Bises…..

  2. Ha ha ha ! j’ai mal lu le titre de l’article : j’ai cru lire « ma vie sulfureuse à Byron » … non, non ! je ne suis pas déçue ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s