OT Jour 3 ou le jour le plus long….. long…. trop long!!!!!

Ouf, on se réveille et l’opossum noir n’a rien volé et malgré tout ce qu’on a pu lire dans le logbook, non il ne sait pas ouvrir les portes ! Après quelques biscuits et un bout de gâteau à la banane, on remballe tout, il faut faire vite, aujourd’hui c’est le jour le plus long. 17 km de rainforest. Il a neigé cette nuit mais ça n’a pas tenu. Ce matin… il pleut… En même temps, c’est la Tasmanie, c’était à prévoir !

On entame la journée par de grandes plaines. On ne traîne pas, mais on va quand même faire un petit détour pour aller voir un point de vue. Ça valait le coup, sauf que j’ai empalé un bout de ma chaussure sur une branche qui dépassait. Bon, c’est déchiré, mais c’est uniquement esthétique ^^. Plus j’avance et plus j’ai l’air d’une aventurière. Encore quelques mois et j’aurais plus l’air de rien je pense !!!

On croise un allemand qui va dans l’autre sens. En dehors de l’hiver, il faut réserver des mois à l’avance pour ce trek et il ne se fait que dans un sens : De cradle mountain au lac saint clair. Mais en hiver, il n’y a pas de réservation (pas de risque que ce soit complet avec les températures qu’il fait, faut être soit taré, soit aventurier ^^) et du coup le trek peut se faire dans les 2 sens. Il nous apprend qu’ils étaient plus d’une vingtaine dans la hutte la veille ! Du coup il n’en revient pas quand on lui dit que nous on était que 2 ! Et on ne devrait pas tarder à croiser 6 français ^^. Cool !!!

On quitte les plaines pour s’engouffrer dans la forêt tropicale. Et là, ça commence sérieusement à se compliquer… Alors pour le sentier, on va avoir droit à un peu de tout. Ça sera un ruisseau au début. Voire une rivière. Voilà voilà… pratique pour avancer. On essaie d’éviter de finir complètement trempés donc on se retrouve à sauter de pierre en pierre. Heureusement, les pierres ne sont pas glissantes, c’est déjà ça de gagné… On se demande souvent si on ne se trompe pas de « chemin » vu que c’est plus une rivière qu’un sentier.

Ensuite on va avoir le droit au sentier racines… aïe aïe aïe !!! Eh oui dans la forêt tropicale, le sol est couvert de racines… Certaines glissent…sinon ce ne serait pas drôle. Faut aussi faire attention Andrew se retrouve 2 fois les fesses par terre et moi je frôle une fois la catastrophe mais me rattrape à temps…

On va finir par croiser les français qui n’en peuvent plus… et sont couverts de boue. Bon ben ça promet !! On papote 5 minutes. 3 viennent d’Asie, 3 autres de Nouvelle-Zélande et vont en Asie ensuite. Mais on ne s’attarde pas la journée est longue. 17 km à un rythme d’escargot dans le froid sous la pluie sur des terrains improbables, c’est long !! Les racines vont durer un moment et comme si ce n’était pas suffisant, on va passer une bonne partie du temps en descente bien raide… on se tape 300 mètres de dénivelé négatif en à peu près un kilomètre. En sautant de racine en racine ça fait beaucoup.

On va faire une pause près d’une rivière où on trouvera 2 cailloux pas trop mouillés un peu abrités. On va juste boire le thé de la thermos, manger une barre de céréales et un œuf dur chacun et on repart. Il fait trop froid pour rester arrêté de toute façon…

On sort un tout petit bout de la forêt tropicale mais les réjouissances sont de courte durée… Le sentier est une rivière à nouveau. On est obligé de faire des détours pas possibles et ce qui devait arriver arriva.. Il y a des planches par moment sur le sentier. On peut sauter de planche en planche. Sauf que, attention grande découverte du jour : Le bois, ça flotte… Et plouf. Je me retrouve dans l’eau jusqu’au-dessus de la cheville… Grrrr… et Brrr !!!!! J’ai les pieds gelés, très désagréable aussi pour avancer… Je m’aperçois à temps qu’une sangsue est en train de progresser sur ma chaussure en quête d’un petit gueuleton. Heureusement, je la vire avant qu’elle ne trouve un bout de peau. Andrew va en trouver une aussi sur sa chaussure. On croise les doigts pour ne pas en avoir sur nous ce soir… Les sangsues et tiques sont choses courantes sur ce trek… Il faut vérifier tous les soirs en arrivant à la hutte…

A part les chaussures où je ne pouvais pas me trimbaler des vraies chaussures de randos montantes, je suis bien équipée pour la pluie : Sur pantalon de pluie et veste goretex, je suis parée. Mais à marcher toute la journée avec un sac de 20 kg, je transpire tellement que je suis au final trempée de la tête aux pieds… (un peu de boue aussi pour les pieds…)

Je pense au moment où je vais rédiger cet article… et je me dis « Peut-être que d’ici quelques jours et avec du recul, tu seras tentée de dire « les paysages étaient magnifiques, la rainforest c’est trop beau, tout est recouvert de mousse, du vert de partout, des racines, des lianes,… »… alors quand tu rédigeras ton article, rappelle-toi que p…. ce jour-là t’en as c…. » Si vous avez d’autres termes, je suis preneuse, mais franchement ça plus le sac plus les quasi 2 nuits blanches dans les pattes… ça fait beaucoup.

Comme si ce n’était pas assez, la journée s’achève sur 200 mètres de dénivelé positif sur une courte de distance. Dans de la boue. Bon ben…voilà voilà quoi !! Dans la rainforest à nouveau. J’essaie de faire des courtes pauses dans ma tête où je ne regarde pas trop mes pieds (dans la mesure du possible… mais c’est un peu compliqué, le moindre faux pas et je vais me retrouver encore couverte de sangsue ou les fesses par terre ou me tordre la cheville…) et où j’essaie de profiter de la forêt parce que c’est vraiment magnifique. Ça me rappelle beaucoup la végétation que j’avais vu en Nouvelle-Zélande. Des fougères, de la mousse, enfin tout ce qui est vert quoi.

Au bout d’un moment je commence à m’inquiéter. On a visiblement attaqué la montée. Sauf qu’avant la montée on devait croiser des plateformes pour camper en cas d’urgence et on n’a pas vue ses plateformes. En plus, même si c’est 17 km, ça commence à nous paraître vraiment long, on n’a croisé aucun panneau depuis des heures… et la nuit commence à tomber. Euh… Et si on s’était trompé de chemin ??? C’est une zone où plusieurs chemins se croisent, il y a à la fois Overland Track mais aussi d’autres sentiers qui sont uniquement sur 2 ou 3 jours…

Bon de toute façon, on n’a aucun moyen de savoir où on est (si vous croyez que les téléphones captent, vous vous trompez ^^), donc on avance et on verra…

Une bonne heure plus tard, on retrouve les planches qui font un sentier surélevé. On a l’impression de courir tellement c’est facile après toutes ces racines, cailloux, boue, rivière,… Et à la nuit tombée on arrive ENFIN à la hutte !!!!!!!

Et j’ai droit à une super récompense à l’arrivée ! Un petit « kangourou des bois » en train de manger tranquillement à côté de la hutte. Andrew va essayer de l’approcher mais il va partir en bondissant… Du coup, Andrew file à la hutte. Moi je décide de sortir l’appareil photo. Je m’approche. Il me regarde. Je le regarde. Il continue de manger en me regardant. Je continue de m’approcher. Encore un peu. Il s’éloigne un tout petit peu… J’attends. Puis je recommence à m’approcher. Il me regarde toujours en broutant ses herbes… Je suis assise à côté de lui. Je finis par tendre le bras…. Et le caresser… Il continue de brouter l’air de rien… !!!! Je suis en train de caresser un pademelon sauvage !!!! C’est trop mignon, vue les températures en Tasmanie, vous vous doutez qu’en plus de ça il est trop doux !!! Il finit par s’en aller, mais moi je suis super contente, j’ai eu ma récompense après cette journée beaucoup trop longue.

Je rentre dans la hutte et quand je raconte à Andrew il n’en croit pas ses oreilles !!! Il y a une dizaine d’autres personnes dans la hutte. On essaie de se trouver des lits (enfin des planches) stratégiques : Près d’une porte qui serait pas très loin du poêle de la salle principale…

On fait connaissance. Ce ne sont que des australiens !! La plupart sont là en week-end. La hutte Pelion sert à la fois pour l’overland track et pour les treks de 2 jours, c’est pour ça qu’il y a autant de monde. Cette hutte est immense, elle est divisée en 2 et donne sur une grande plaine et sur le Mont Pelion (3h aller-retour pour l’ascension alors autant vous dire que ce ne sera pas pour aujourd’hui !!!).

On s’installe. Je file vite enfiler des vêtements secs, j’ai les pieds noirs de boue, j’enlève comme je peux mais bon, pour la douche il faudra encore attendre 4 jours ! Je mets mes vêtements à sécher contre le poêle. Ce qui est bien c’est que c’est pour tout le monde pareil, il y a donc de bonnes odeurs autour du poêle !!! Entre les chaussettes, les tee-shirts et les chaussures, c’est un régal !!!

Une heure plus tard, on voit revenir… Lochlan !! Il a fait 2 étapes en une la veille et du coup aujourd’hui il en a profité pour monter au Mont Pelion. Il a eu droit à pas mal de boue aussi… et au moment d’enlever son tee-shir… il découvre une sangsue sur son torse…hummm !!! Il l’enlève, met un tee-shirt, passe devant moi…. « Euh… Lochlan… tu as aussi une sangsue dans le cou !!!! » Ben du coup il faut bien quelqu’un pour lui enlever… Je prends un mouchoir et je lui enlève, je désinfecte et je lui mets un pansement… Ce qui est génial quand t’enlèves la sangsue c’est que ça continue de saigner pendant un moment…. Je suis bien contente de ne pas en avoir eu jusque-là !!!

On est un peu déçu par le logbook ce soir car c’est un tout neuf, il n’y a presque pas d’histoires… Et tout le monde est unanime : Cette étape est de loin la plus dure, la plus longue, tout le monde est crevé !! La preuve en est des histoires racontées ! Tout tourne autour des nombreux champignons rencontrés sur le trajet… Tout est parti d’une fille qui est partie dans une grande tirade philosophique sur sa journée… elle est partie loin… très loin….trop loin… du coup, quelqu’un a ajouté un commentaire « ouais moi j’ai hésité à manger les champignons au bord du chemin… quand je vois le résultat sur certains, je me dis que j’aurais peut-être dû en prendre… » Donc tous les suivants enchaînent sur les champignons. Il y en a même un qui donne sa recette pour survivre à cette journée : 2 champignons, 4 rouges et 3 jaunes serait la recette idéale ^^. Bon ça part un peu dans tous les sens, on sent que tout le monde commence à être fatigué à ce stade !!!

On analyse la carte pour le trajet du lendemain. 9 km c’est de la gnognotte après la journée d’aujourd’hui. En revanche, c’est la moitié de la journée dénivelé positif, l’autre moitié en descente… grrr… pas de plat du tout. Et il y a un side track : Le mont Ossa. Le plus haut sommet de Tasmanie. C’est un détour de 3h30… Andrew est super motivé. Moi un peu moins j’avoue ^^. Après aujourd’hui, j’ai un peu mal partout, j’ai froid et ça va déjà être montée descente toute la journée, je ne suis pas sûre de vouloir ajouter une ascension qui se finit en escalade sur la fin avec de la neige en haut… Mais bon si le ciel est dégagé, ça vaudrait le coup… On verra bien le lendemain ! Je file me coucher tôt. Comme d’hab, je somnole mais sans plus. Le problème des grandes huttes c’est que c’est impossible à chauffer donc… j’ai froid. Et en plus dans le logbook, on découvre que 2 filles sont mortes d’hypothermie sur ce trek il y a 2 semaines… Ah ben c’est rassurant tout ça !!!!!!!

Courage, plus que 4 jours ^^.

Ju

7 réflexions au sujet de « OT Jour 3 ou le jour le plus long….. long…. trop long!!!!! »

  1. Ah sacrée Julie…j ai froid pour toi. Pourquoi te mettre dans une telle galère alors qu ici tu passerais ton temps à buller au soleil ! Mais l aventure c est l aventure…je suis fière de toi, tu es tenace grr grrr et accepte toutes les situations les plus scabreuses avec optimisme et rien ne te fais reculer. Bon.. crois moi, ine reconversion : tu seras acceptée dans l escadron d’elites de l armée française …

  2. Whaouh,ça c’est de l’aventure. C’est plus Ju l’aventurière, mais Ju la plus grande sportive. Je dois t’avouer que tu m’impressionnes!Bravo! Bon courage pour la suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s