OW: 3ème jour, 2 plongées!

Aujourd’hui, on a un programme chargé!!! Plongée le matin. Revue des chapitres 4 et 5 à midi. Plongée l’aprèm. Exam théorique après la plongée… Pfiou!

 

Tout commence à 7h30… Réveil, on commande le petit-déj directement au centre de plongée et Gab nous brieffe en attendant notre pancake. Clairement, ce matin , on ne va pas aller plonger pour voir des poissons mais pour s’entraîner… Elle nous explique tous les exercices que nous allons devoir faire, les différents signes qu’elle nous fera sous l’eau selon les exercices,…

Un banana pancake plus tard, on prépare le matériel, puis c’est le moment de remettre ma combi 4 étoiles, de charger sa bouteille d’air un peu trop lourde sur le dos, sa ceinture avec les poids pour que la plongée ne se transforme pas en snorkelling,…

9h, nous sommes dans le bateau et retournons au même endroit que la veille, pas très loin de la plage. Hop, on nous largue là: On met les palmes et saute à l’eau pendant que Gab nous balance tout le matériel dans l’eau. Elle nous explique comment mettre son BCD avec sa bouteille directement dans l’eau, on crache dans notre masque et on file sous l’eau.

Cette fois, on enlève complètement le masque sous l’eau, puis on doit rester une minute à respirer tranquillement sous l’eau. J’ai toujours mon nez qui fait des siennes à vouloir respirer avant ma bouche, va vraiment falloir qu’il se calme celui-là, je vais finir par m’énerver! On remet le masque (tout ça sous l’eau, évidemment). Ensuite, on change de régulateur principal au régulateur secondaire de notre buddy (Léa me laisse respirer ^^) et on apprend à se déplacer ensemble en respirant à partir de la même bouteille. Après, on retourne à la surface, pour avoir l’open water il faut apprendre en surface à passer du tuba au régulateur plusieurs fois d’affilé. Comme nous le dit Gab, ça ne vous servira jamais à rien, ce test ne sert à rien, mais c’est dit qu’il faut le faire alors on le fait vite pour retourner sous l’eau. Hop, aussitôt dit aussitôt fait: Tuba – régulateur – tuba – régulateur. Bam, exercice suivant. On retourne sous l’eau.

Un autre exercice pour valider son PADI c’est le CESA. Au cas où tu n’ais plus d’air, il faut pouvoir retourner à la surface de manière pas trop catastrophique pour les poumons. Comme ce n’est pas un exercice terrible pour les poumons, il vaut mieux ne le faire qu’une fois. Alors avant de le faire à la verticale en partant de 9 mètres, on s’entraîne à l’horizontale pour être sûre qu’on y arrivera du premier coup. On doit prendre 3 grandes inspirations et ensuite nager tranquillement 9 mètres en faisant « aaaaaaah » pour être sûre de ne pas oublier d’expirer pour que nos poumons n’explosent pas à la surface ^^ (moi une fois qu’on me l’explique comme ça, je n’oublie plus de faire aaaah). Hop, validé à l’horizontale. Ensuite, il faut enlever son masque et nager quelques mètres sans puis le remettre en place.

Voilà donc on enchaîne les exercices puis on rentre… Heureusement, il y a quand même un bébé requin qui est venu voir comment on s’en sortait. Un tout petit bébé requin 🙂

On rentre, on file commander un petit casse-croûte avant de repasser à la théorie. On mange en corrigeant le questionnaire remplit la veille. On apprend à utiliser une table qui te permet de déterminer combien de temps rester à la surface entre 2 plongées, combien de temps au maximum tu peux rester au fond de l’eau selon la profondeur à laquelle tu descends,… Léa est exténuée « moi je voulais juste voir des poissons et je me retrouve sur les bancs de l’école » ^^

Pour la théorie, nous sommes à nouveau avec les 3 super rigolos. Gab essaie de faire des blagues, de rendre ce moment théorique un peu moins barbant, mais Léa et moi sommes les seules à nous marrer…

A un moment, Gab nous montre un octopus fait avec un ballon et d’autres matériaux accroché dans le centre de plongée. Elle nous dit fièrement « C’est moi qui ai fait cet octopus ». Une rigolote réplique « Et pourquoi t’as fait un truc comme ça? » avec un regarde « Pfu non mais t’as vraiment rien d’autre à faire » ^^. Gab a adoré… En nous expliquant le fonctionnement de la table, à une question elle s’emmêle les pinceaux, en rigolant elle nous dit « Vous devez vraiment avoir l’impression que je ne sais pas de quoi je parle » et l’autre de répondre « oui on dirait bien »…. A la fin de la partie théorique Gab vient nous voir « Je suis tellement contente de vous avoir les filles et de ne pas avoir ce groupe là »! Les 3 sont avec une française et une québécoise qui ont assez hâte que ça se termine… Quand tu plonges t’es censée passer un bon moment, là c’est loin d’être une partie de rigolade!

Nous ça va en revanche, on s’amuse bien, on profite!

Hop, dès la théorie terminée, on retourne préparer notre matériel. En remettant la combi, on se rend compte qu’on a bien bronzé ce matin dans l’eau (Oui à seulement 2 mètres on bronze bien…). Je me retrouve donc avec un souvenir de ma combi gravé sur les cuisses (un bronzage cycliste. Heureusement je n’ai plus la marque des tongs à force de me promener pieds nus sur l’île… )

C’est reparti! On grimpe dans le bateau et cette fois nous allons à Shark Point. Après quelques minutes de bateau, on nous largue en mer. Hop on s’assoit sur notre BCD, on accroche tout ça, on crache dans le masque. Cette fois nous descendons en suivant une corde. Nous ne descendons « qu’à » 12 mètres, mais la sensation de descendre vers on ne sait où en s’accrochant à un truc est complètement différente par rapport à la veille où nous avons suivi le sable et ne nous sommes pas rendues compte que nous étions descendues!

Pour égaliser les pressions, chacun doit trouver son truc qui fonctionne. Dommage pour moi, me boucher le nez tout en soufflant, ça ne marche pas. Je suis obligée de déglutir pour pouvoir égaliser correctement. Au bout d’un moment et à force de respirer de l’air bien sec, ce n’est pas aussi rapide que de souffler par le nez, mais ma foi, le principal c’est que ça marche.

En arrivant au fond, on s’agenouille dans le sable et c’est parti pour quelques exercices. Nous ne sommes pas trop rassurées avant de faire les exercices. C’est psychologique. Quand tu fais l’exercice à 2 mètres de profondeur, tu sais qu’au moindre problème, tu as juste à remonter à la surface… Quand t’es à 12 mètres, si t’as un problème… t’as vraiment un problème 😀 et ça… ça fait toute la différence.

Enfin en fait, on pense à ça avant de descendre et avant de faire l’exercice. Mais une fois qu’on fait l’exercice, ça passe tout seul et on est tellement concentrée dans notre truc qu’on oublie le reste.

On refait remplir le masque à moitié puis complètement et le vider. Puis perdre son régulateur et le récupérer. Puis on règle notre « buoyancy », c’est l’air que nous mettons dans notre BCD pour rester à peu près à la même hauteur durant la plongée. Enfin, on apprend à « flotter » dans l’eau (ouais ce n’est pas facile à expliquer ^^). Si on a bien réglé notre buoyancy, on s’assoit en se tenant les palmes et on se retrouve en lévitation à quelques dizaines de centimètres du sable, c’est assez rigolo.. et zeeeeeeeeeen.

Bon, assez rigolé, maintenant faut aller voir les poissons.

Ce qui m’épate toujours le plus, c’est de me retrouver au milieu de nuages de poissons. Gab nous cherche des trucs particuliers, mais moi je commence toujours par m’extasier: Je me retourne et je regarde par en-dessous ces nuages de poissons évoluer avec à l’arrière, au loin, la surface et les quelques rayons de soleil. C’est vraiment magnifique!

Ensuite, on se suit. Je garde toujours un oeil sur mon buddy au cas où. Mais en plongée, ce n’est pas toujours simple de se trouver. Quelqu’un te suit dans la rue, tu n’as qu’à tourner la tête pour le voir. Là il peut être derrière mais avec le masque et comme il faut tout faire lentement en plongée pour ne pas utiliser trop d’air ni trop se fatiguer, ça prend du temps de se tourner. Mais une fois tournée… le buddy n’est pas forcément là. Il peut-être en-dessous… il peut-être au-dessus… Ce qui fait que des fois on a le temps de stresser avant de se trouver!

Plus on passe du temps dans l’eau et plus on découvre de nouvelles sensations.

C’est incroyable. Pour descendre, il suffit d’expirer… Tu veux remonter un peu, tu prends une inspiration…  Tu peux faire l’ascenseur avec ta propre respiration, c’est assez excellent ^^. Enfin moi ça m’éclate en tout cas. Tiens, j’ai envie de descendre d’un mètre pour aller voir ce poisson d’un peu plus près. Facile, « Pfuuuuuuuuuuuuuuuu » et hop j’y suis. Oups un corail faut que je passe au-dessus (bon ok là je ne sais pas faire le bruit de l’inspiration donc…) j’inspire et hop je passe au-dessus. J’adore. 🙂

Alors évidemment on voit des nemos partout. Après je ne connais que les noms en anglais ^^ je retrouve pas mal de poissons que j’avais vu en Australie: Angelfish, parrotfsh, triggerfish, batfish,…

Une heure plus tard, il est temps de remonter à la surface. A 5 mètres de la surface, on s’arrête 3 minutes pour le palier. Pour nous occuper, Gab nous apprend à faire des ronds de bubulles. Alors pour faire ça, on récupère les bulles qui s’échappent du régulateur avec la main. Une fois que les bulles arrivent devant nous, on colle les mains devant nous et on les ouvre d’un coup sec et paf, ça fait un collier de bulles qui se déplace sous l’eau. On est comme des gamines avec nos bubulles, les 3 minutes passent en 2 secondes.

On remonte dans le bateau et on part récupérer l’autre groupe… qui viennent de voir des tortues et des requins!!!! Arg on est dégoûtée. Gab nous renvoie à l’eau. Pour avoir le PADI, il faut montrer qu’on peut nager 200 mètres puis rester 10 minutes à la surface sans combi sans couler.

Elle nous montre un bateau, on doit faire l’aller-retour. Puis on récupère notre masque (quitte à flotter 10 minutes autant en profiter pour voir des trucs) et on file là où les autres ont trouvé les requins et tortues. Evidemment, ils ne sont plus là. Tant pis, on est bien à flotter au milieu de nulle part dans des eaux turquoises à 32 °C. Heureusement, à cet endroit là, il n’y a pas de méduses. Où nous étions ce matin, il y a pleins de petites méduses, donc avant de descendre on n’arrête pas de se faire piquer. Mais ça va, ce ne sont pas des piqûres trop douloureuses. En plus je suis une aventurière, même un requin blanc ne me ferait pas peur (mouais..). Les 10 minutes s’écoulent un peu trop vite, Gab nous demande déjà de remonter dans le bateau. On y retrouve les 3 autres qui font des têtes d’enterrement. J’hésite entre demander « qui est mort » et « c’était bien la plongée ». J’opte pour la deuxième. C’était bien oui… toujours dit avec autant d’enthousiasme….

On retourne au centre. On nettoie et range le matériel et c’est l’heure de l’examen théorique. On a 50 questions. Je demande à combien d’erreurs on a le droit. Gab me répond très sérieusement une seule. Euh..? Léa explose de rire. Oui… c’est Gab… évidemment que ce n’est pas une seule. Mais on ne saura pas combien non plus!

50 réponses plus tard, on corrige: On a 2 fautes. Oui les mêmes fautes… ^^ vous en déduirez ce que vous voulez. Gab nous dit que jusqu’à la semaine dernière elle pensait qu’on avait droit à 7 fautes. Mais elle a eu un groupe de chinois. Ils ont tous eu 7, 9, 11 fautes! Là elle a paniqué: Tout le monde l’avait toujours eu et elle se retrouve avec un groupe entier qui échoue. C’est là qu’on lui dit « Mais non c’est 12 ». Donc tout le groupe l’a eu. Mais quand même pour réussir à aller jusqu’à 11 fautes il y a du niveau!!!

Donc à priori maintenant, plus rien ne peut se mettre en-travers de notre open water et nous… A moins que…

Comme tous les soirs, on file à la plage. On retrouve Liam, l’anglais. Il nous fait trop rire, on dirait un petit oiseau tombé du nid. Après 8 mois de voyage, toujours tout timide. Il se pose à côté de nous, il ne dérange pas trop, il reste là ^^.

On file prendre notre bain quotidien face au coucher de soleil. En plus cette fois, il commence à  y avoir des petites vagues… et comme un rien nous éclate on y passe un bon moment.

Quand il commence à faire vraiment nuit, c’est qu’il nous reste juste le temps de nous doucher avant le début de la projection du film. On récupère notre sac, on file se doucher avec nos copains gerko, cafards, moustiques et autres. Et on redescend commander à manger en regardant une comédie.

A la fin du film, on discute avec Yann, un français qui fait l’advanced open water au même centre de plongées que nous. Il semblerait que je continue de ne rencontrer que des gens qui viennent de là où je viens!

Après Sabine et Léa de Genève, je rencontre donc Yann qui a fait un bout de sa vie à Nancy, l’autre bout à Metz. Donc quand il me demande d’où moi je viens, je peux répondre « Pile entre les 2! » Son meilleur ami habite Pagny-sur -Moselle! Non mais vous vous rendez-compte qu’à l’autre bout du monde on ait été capable de parler de Pagny-sur-Moselle? ^^

C’est pas tout ça, mais la journée a été longue…. celle de demain doit être à peu près similaire, il est temps d’aller se coucher!

A demain!
Ju

5 réflexions au sujet de « OW: 3ème jour, 2 plongées! »

  1. Sympa encore comme journée. J’imagine bien la tête de ceux qui ne sont pas rigolos. Franchement,je ne les comprends pas. Ils sont fous. Ils sont à l’autre bout du monde et ils font la gueule.Pffff.

  2. Fatigant le vie d’aventurière ! … j’ai hâte de voir les photos ! enfin, si tu as eu le temps d’en prendre 😀

  3. 🐙Bon encore un autre jour d entraînement et tu seras prête pour aller en Australie par les fonds marins… 🐬🐳🐟🐠🐬C est cool le tour du monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s