D’une île de l’ouest à une île de l’est

Hello!
Après 2 jours à Penang, on décide d’entamer  notre tour de Malaisie! La prochaine étape: Perhentian Islands.

On se réveille à 5h45 (aïe aïe aïe!!!!!!!!!!!! on n’a pas idée de mettre des van à des heures pareilles), pour un départ prévu entre 6h et 6h30… Ca va il est presque ponctuel. On est 3 à partir de notre super backpacker (House of Journey, je le redis, parce que c’était vraiment top). On embarque dans le van, on passe chercher 3 autres personnes et c’est parti.

Après notre bus pour Bangkok, ce mini-van où nous avons 3 places pour 2 pour nos jambes, des sièges confortables et de la place pour nos jambes est un vrai Hilton sur roues pour nous!

En revanche, on a toujours beaucoup de chance avec nos conducteurs… En plus c’est de la route sinueuse tout du long. Parfait. Nous on dort, pas de soucis. La fille derrière est un peu secouée à l’arrivée.

Il nous fait un petit freinage dérapage d’urgence quand Léa demande à aller aux toilettes, il a bien fait crissé les pneus…

Mais globalement, tout se passe bien. On a du mal à se plaindre. On traverse de la jungle tout du long pour aller rejoindre des îles. Même en bonne française, je ne trouve rien à redire.

Nous arrivons vers midi à l’embarcadère, nous avons une bonne heure et demi devant nous. On récupère nos tickets pour le bateau. On nous remet également un plan des îles avec les hôtels et les prix. Il y a 2 îles. Une heure avant de prendre le bateau, il est temps de se renseigner sur où nous allons aller… Bon,.. je ne vous cache pas que la grille avec les prix aura décidé pour nous. Nous allons à Pulau Perhentian Kecil. Sa copine d’en face, c’est Pulau Perhentian Besar et c’est plein de resort avec des chambres minimum 10 fois plus chères que sur l’autre. C’est bon, nous savons où nous allons! Kecil, nous voilà!

Alors, à l’embarcadère, les bateaux s’enchaînent (des petits bateaux à 10 personnes max), mais vous vous doutez bien que ce n’est jamais pour nous. Non… nous on embarque dans le bateau qui arrive une fois que tous les autres bateaux sont partis. Parfait. Surtout qu’en mangeant, la fille du resto nous dit que des gens qui viennent de revenir de Kecil ont dit que tout était complet sur l’île… Super. On regarde vite fait sur Trip Advisor. Comme d’hab, nous nous délectons des commentaires des français… Ils se plaignent tout le temps et ont des arguments de taille: « Scandaleux pas de douche chaude ». Ben par 40°C sur terre et 32°C dans l’eau, faudra m’expliquer l’intérêt de la douche chaude. « Problème de sécurité, on était obligé de fermer la porte en quittant le bungalow »… OK et tu fais comment toi ailleurs quand tu pars de chez toi? Tu mets un panneau « Entrez, c’est ouvert, mais soyez sympa ne volez rien? » Bref… Passons…

On embarque avec Liam, l’anglais qui vient du même backpacker que nous. C’est parti. Nous sommes avec des pseudo-aventuriers, c’est très rigolo. A première vue, tout y est. Bon ok, c’est surtout le backpack qui fait le style. Après 2-3 échanges, c’est nettement moins aventurier, une bonne dose de stress,… Le pompom sur le clafouti sera quand même le moment où le bateau va partir… Lui décide de mettre son petit chapeau. Je regarde Léa : « Moi je ne lui donne pas 5 secondes à son chapeau »… Bingo! J’ai gagné! Le bateau a démarré… 2 secondes plus tard, le chapeau était à l’eau. Nous ne sommes pas sur une barque mon petit bonhomme, c’est une embarcation à moteur… Bref… passons…

En arrivant sur l’île, il y a un bateau qui vient nous chercher pour nous faire débarquer… ben du bateau… Tout un concept. On met nos backpacks dans le bateau. A la première vague: Bam, les backpacks sont sous l’eau. Ravie. Je suis ravie. Mais comme depuis que je voyage, rien ne me contrarie… Je fais « Oh nooooooooooon » en explosant de rire. Y’a juste toutes mes affaires qui sont trempées dans un pays à 98% d’humidité. ça va être pratique pour faire sécher un sac de couchage dans ces conditions…

Alors fait amusant quand nous débarquons du bateau qui nous a permis de débarquer de l’autre bateau… Tous ceux du bateau décident de nous suivre. Nous devons donc avoir de vraies allures d’aventurières ou de filles qui se débrouillent trop bien pour trouver des hébergements. Allez savoir… Nous nous déplaçons donc avec nos moutons.

Premier hôtel: Complet. Evidemment. On s’échappe rapidement pour semer la moitié du peloton (oui quand on débarque à 10 en demandant un logement, ce n’est pas gagné)… Arrêt suivant: Complet.

Bon, plutôt que de rester là où le bateau arrive on va à l’autre bout de la plage. Notez qu’il ne faut que 5 minutes pour aller au bout de la plage. Merci également de noter qu’avec un backpack mouillé et par conséquent encore plus lourd que d’habitude et dans du sable mou par 35°C, ces 5 minutes sont exténuantes…

Evidemment…en arrivant… c’est…?? complet bien sûr.

On croise des filles qui nous parle d’un endroit où il resterait des bungalows. Nous ne sommes plus qu’avec Liam, l’anglais. La chaleur a eu raison des autres.

Nous faisons demi-tour et devant le lieu en question, Symphony, nous tombons sur un espagnol qui cherche un colocataire. Liam en profite. Ils prennent un bungalow, nous prenons le suivant.

Autant vous dire que nous sommes RA-VIES. J’insiste. ENCHANTEES. OK, ce n’est que 30 RM (un peu moins de 4 euros par personne. Hors de prix comparé au reste de l’Asie, mais très bon marché comparé au reste de l’île…). OK… OK c’est un bungalow face à la mer. Certes. Mais quand même. La moustiquaire est en lambeau, le matelas noir de chez noir, recouvert de traces de pas, de crottes d’animaux,… On tient à peine debout dedans. Et je vous passe la description des toilettes et douches. Les portes des toilettes ne ferment pas. OK, pas de verrou. Mais c’est surtout que même quand tu tires la porte, on te voit toujours, car on ne peut pas la fermer entièrement. Il y a aussi des trous dans les portes pour qu’on puisse te regarder sous la douche. C’est convivial donc. C’est vraiment très très glauque. On se dit que pour une nuit, ça fera l’affaire… Le type explose de rire quand je demande s’il y a le Wifi… Moi aussi je me sens bête d’avoir posé la question, y’a pas de prise et pas d’électricité et tout tombe un peu en lambeaux. Mais je ne sais pas. Une lueur d’espoir dans un moment de détresse ^^.

On file faire un tour sur la plage, puis sur l’autre plage de l’île, Coral beach… Nous ne cachons pas notre déception. Des bateaux tout du long de la plage, du monde,.. C’est sûr que moi, après Koh Rong, j’ai des standards trop élevés. Mais quand même. Nous sommes déçues et décidons de quitter l’île dès le lendemain.

Comme d’hab, nous sommes incapables de tenir nos décisions…

On regarde le coucher de soleil. Je poste une photo sur un site qui permet de rester en contact avec le monde extérieur pour prévenir que « C’est bon nous sommes toujours en vie et bien arrivées ». En voyant les réactions à la photo postée, on se dit que OK peut être c’est pas si mal. OK peut être qu’on commence à être UN PEU trop exigeante…

En retournant sur notre plage une fois qu’il fait nuit, l’ambiance est très sympa. Des feux et torches un peu partout. Des nattes posées sur la plage pour s’asseoir avec des buches en guise de table. Bon OK, cet endroit n’est pas si mal. Nous avons repéré un restaurant (c’est un bien grand mot) qui passe un film ce soir. On décide d’aller manger là. C’est 12 years of slave, le film où on te met Brad Pitt en tête d’affiche alors qu’il apparaît 10 minutes à la fin. Très bon film, mais bon un truc sur l’esclavage un peu poignant alors que nous étions en mode « je suis une aventurière de l’extrême qui dort dans des trucs qui ressemblent à rien où je vais me faire attaquer par des rats au milieu de la nuit mais j’aime trop ma vie quand même »… ça nous assomme un peu.

Alors que nous allions commander, nous tombons sur une page dans le menu « PADI et chambre package ». Hum. C’est vrai qu’ici, le soir c’est vraiment top. C’est aussi l’endroit le moins cher au monde pour passer son PADI. Donc si la journée on est sous l’eau et le soir sur l’île… ça peut devenir très intéressant comme endroit… J’essaie de motiver Léa, un peu moins emballée que moi. On va y réfléchir…

Après le film, on file faire un tour sur la plage. L’eau est brûlante. On n’a pas envie de rentrer dans notre bungalow… On envisage un peu tout: Dormir sur la plage, ne pas dormir du tout et prendre le premier bateau le lendemain,… Mais au bout d’un moment on a quand même sommeil (je vous rappelle qu’on s’est levée à 5h45 et que ça c’est pas normal du tout)… OK, on retourne dans notre bungalow. On peut se faire coucou en allant aux toilettes. On ne peut pas faire ça partout, c’est sûr.

En rentrant dans le bungalow, vraiment c’est pas possible… La porte ne ferme qu’à condition de ne pas marcher sur certaines planches par terre. Et les animaux à 4 pattes et plus sont bien plus nombreux que nous. Bon on va voir le malais qui tient cet endroit et je lui demande s’il a une autre chambre, sous prétexte que vraiment la moustiquaire c’est pas possible (oui je fais la française pour une fois, mais on demande gentiment avec le sourire, ça passe toujours). Il me répond qu’il veut bien me changer ma moustiquaire. Oups. Je lui réponds qu’il est quand même minuit, je n’ai pas envie de le déranger. OK, il a une autre chambre, mais c’est un lit double. Léa est ravie: « J’aurais moins peur si on est à 2 sous la même moustiquaire ». Oui à 2 on est forcément plus fortes face à un cafard ou un rat. Mais je pense que seule on pourrait gagner aussi. Enfin ce n’est que mon avis ^^.

Hop, on remballe tout ce qui était à sécher, je fais sortir les cafards et autres trucs non identifiés de mon sac et on change de chambre. La moustiquaire est niquel. Jusqu’au moment où Léa rentre dessous… trébuche (comme d’hab^^)… et la déchire sur une bonne trentaine de centimètres. Bien. Bon. OK. Il est presqu’une heure du matin. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Un paréo bien étalé et hop y’a plus de trou.

On met les boules quies pour ne pas entendre tous nos colocataires (Léa aura quand même entendu une grosse bête qui a fiat bouger le toit)…

Au réveil, on embarque nos affaires, on remercie le gentil monsieur et on file au resto de la veille.

Celui de l’accueil nous demande si on vient pour le PADI. On répond qu’on réfléchit. On commence par petit-déjeuner. Ne jamais prendre de décision à jeun. C’est très important^^. Pendant le petit-déj, Léa me fait remarquer « C’est quand même bizarre pour un centre de plongée qu’il n’y ait personne ».. »Ben peut être qu’ils sont partis plonger » « Ah ouais ».

Suite à cette discussion très intéressante, je propose d’aller sur notre site favori Trip advisor pour voir si c’est un centre sérieux. Que des commentaires excellents. Bon allez… Léa est convaincue. On se lance.  On prend le package qui inclut le logement et on file au centre de plongées remplir les premiers papiers… « Est ce que vous êtes enceintes, est ce que vous avez des problèmes cardiaques,… » ça va, le premier questionnaire est facile. Sauf que nous sommes d’une lenteur incroyable… 2 petites nuits après plusieurs mauvaises nuits enchaînées. Nous sommes à notre propre rythme. Un rythme dans un monde parallèle. Dans notre monde à nous, on est super efficace, on va vite. Dans le monde réel, des escargots auront fait 3 fois le tour du monde avant que nous ayons fini de remplir nos noms et prénoms…

Après ça, on nous file un gros livre et on nous dit qu’on va commencer la théorie… Léa ne comprend pas trop, elle elle demandait juste à aller voir des poissons 🙂 On nous intègre à un groupe de 3. 2 danoises et un malais. Leur enthousiasme débordant nous éblouit. On nous met dans une salle où il fait chaud, sans lumière naturelle et on nous dit de regarder le film et de répondre aux questions. Ouhla. On commence par lire les questions. A chaque fois qu’on arrive à la fin d’une phrase, on a eu le temps d’oublier le début. Les premières minutes de film sont laborieuses. On a du mal à suivre. Nous on voudrait aller dormir dans un hamac et se rafraîchir un peu. On se dit qu’on s’est peut être un peu emballée sur ce coup là. Peut être qu’on aurait pu commencer par se reposer une journée avant de se lancer dans un truc pareil.

Puis finalement après quelques minutes, on finit par se réveiller et c’est vraiment pas très compliqué une fois que t’écoutes la vidéo… fallait juste ouvrir les oreilles et sortir 2 ou 3 neurones abattus par la chaleur. On essaie de rigoler mais les 3 autres n’ont pas envie de rigoler. Bon tant pis. Après chaque chapitre, ils veulent qu’on compare nos réponses… belle perte de temps. C’est interminable pour faire 3 pauvres chapitres.

En sortant de la salle, comme on s’y attendait, une instructrice repasse au travers des questions. ça commence à faire beaucoup trop de fois qu’on relie les mêmes questions…

Bref, demain, il paraît qu’on va voir les poissons! Ah!!

En attendant, on va se baigner en regardant le coucher du soleil et faire les débiles dans les vagues. On adore ça faire les débiles dans les vagues.

On regarde le dernier woody allen en mangeant des crevettes au barbec (en fait c’est film tous les soirs) et on rejoint notre chambre. Y’a une moustiquaire, un tuyau pour la douche et des toilettes avec une chasse fonctionnelle une fois toutes les demi-heures quand on ne nous coupe pas l’eau, une prise qui marche éventuellement de temps en temps, un ventilateur qui ne tourne pas. Bref, c’est vraiment le grand luxe! Nous sommes contentes!

A demain!

Ju

3 réflexions au sujet de « D’une île de l’ouest à une île de l’est »

  1. ici , il y a bcp de soleil, clématite , tulipes , pensées , boutons de pivoine, le jardin s’éveille un peu prématurément, l…………….. les oiseaux chantent …. que c’est calme et paisible …….
    petit café avec marielle ………..
    BISES ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s