Mon cadeau d’anniversaire? Le bus le plus pourri de Thaïlande toute une nuit rien que pour moi! C’est cadeauuuuuuu!!!!!

Je vous avais laissé à Pai… donc petit retour en arrière pour moi^^

 

Nous retournons dans notre bungalow en se disant qu’on va avoir une bonne nuit de sommeil : Le lendemain nous passerons la nuit dans le bus, puis ce sera mon anniversaire… donc il faut être en forme. Et on vient de faire 2 jours de trek avec quasiment une nuit blanche au milieu. Donc il y a du sommeil à rattraper !

C’était sans compter sur les voisins thaïs de notre bungalow… Ils ont décidé de jouer de la musique (enfin prendre un truc qui fait le même bruit quand tu tapes sur une casserole avec une bonne grosse spatule…) depuis le milieu de l’après-midi… jusqu’à 2h du matin. Voilà voilà… ce fût très agréable, nous avons beaucoup aimé ce petit concert improvisé rien que pour nous. Avec les boules quies, on entendait toujours autant. Parfait donc. Nous avons beaucoup apprécié notre bonne nuit de repos.

Ah j’ai oublié de préciser qu’à partir de 5h30 ils ont recommencé…

On se lève à 10h pour avoir le temps de se préparer, remballer nos affaires et profiter du petit-déjeuner gratuit. On n’est pas super en forme.

Après le petit-déj, il nous reste du temps. On décide de planifier un peu notre séjour dans notre destination mystère et de partir des Twin Hut (qu’on vous conseille si vous allez à Paï) à 13h.

A 13h, on a notre petit parcours, on a un hôtel pour Bangkok le 31 et pour notre première nuit à notre destination mystère. Notez que nous sommes super efficaces sur le coup-là. Je pourrais même m’enflammer un petit peu et dire que nous devenons des pros de la planification et que nous n’avons jamais été aussi bien organisées… Normalement, on ne sait pas où on va, où on dort,…. Mais ça c’est l’effet post-journée pourrie. Tu te dis que peut être si tu planifies tout en avance t’auras moins de merdes qui vont te tomber sur le coin de la figure. Le reste de la journée va nous prouver que nous avions tort.

On trouve le courage en pleine chaleur de début d’aprèm de mettre notre gros sac sur le dos et de faire les 5 minutes à pied qui nous séparent du centre-ville (Par 40°C, tout geste est un effort… surtout à 13h en plein soleil avec 15 kg à porter. Ici, toutes les conditions sont réunies pour que ce soit compliqué).

Nous retournons au restaurant que nous avions trouvé après notre trek : On commande des pâtes avec de la ratatouille (enfin un plat pour 2). Bon, en fait, même la ratatouille est épicée ici. Donc déjà qu’on transpirait en arrivant. Mais après avoir mangé le plat épicé en plus, c’est un vrai bonheur….

14h : On remet nos sacs sur le dos. Nous avons rendez-vous à 14h15 pour le bus de 14h30. On arrive à 14h 10, nous sommes les dernières, le bus partira à 14h14. L’organisation des transports est incroyable en Thaïlande. D’ailleurs, le reste du trajet va nous le démontrer…On s’en serait bien passé.

Avant que le bus ne parte, nous prenons un médicament contre le mal des transports. Première fois en 3 mois de voyage. Mais vue l’expérience du trajet Chiang Mai- Paï, on se dit que dans l’autre sens ça doit être same same sans forcément être different. Mais une fois que nous avons pris le médicament, nous voyons qu’une femme prend le volant… Ahah, désolée Messieurs, mais nous nous regardons de suite en se disant « T’as vue c’est une femme qui conduit ! on est sauvée !!! Elle ne va pas conduire comme une barbare ELLE ! » On aurait donc pu économiser un médicament.

Effectivement, elle conduit doucement, tranquillement,… On va même arriver avec une heure de retard, mais au moins on a pu apprécier le trajet ^^.

Nous avons une heure d’attente à Chiang Maï. On en profite pour se prendre un Pad Thaï à emporter (Hum la nourriture thaï va me manquer pendant ces 2 semaines d’éloignement ! Que c’est bon le Pad Thaï… et je ne vous parle pas du mango sticky rice !!) et moi une coco pour patienter !

18h30 : Un tuk-tuk pick-up vient nous chercher : On charge les backpacks sur le toit et c’est parti… Il nous emmène derrière une station-service… c’est très louche, il n’y a personne là-bas derrière. Sauf un bus tout pourri. Genre le plus pourri des bus de Thaïlande.

 

Alors que je vous explique, il y a 3 catégories de bus en Thaïlande :

  • 2ème catégorie : C’est ce qu’on a pris pour faire Sukhothai-Chiang Mai, vous vous rappellez où on sautait dans tous les sens avec la pendule Winny l’ourson ? Mais c’est pas cher donc pour les trajets de jour ça fait largement l’affaire, c’est bien plus rigolo !
  • 1ère catégorie : Ce qu’on a pris pour faire Bangkok-Sukhothai. C’est déjà la méga-classe, on vous réveille quand même à une heure du matin pour vous filer une bouteille de lait. Y’a du niveau.
  • VIP : On en a vu plusieurs passer. Même si pour la journée, ça n’a aucun intérêt, pour la nuit ça prend tout son sens. Il y en a même avec quasiment des lits doubles. Ça permet de ne pas arriver exténuée à destination et donc de ne pas perdre une journée… Avec Léa on est toutes contentes, on n’a jamais eu de bus avec les lits doubles, on se dit que ça pourrait être trop cool, qu’on passerait une super nuit,… bref on s’enflamme un peu.

 

Donc là, on nous a promis un bus VIP et nous avons un bus tout pourri. Déception. Cris. Larmes. Pfu.

On reste bloquée devant le bus en faisant « non mais…. Non mais… ?? » Mais non, ce n’est pas une blague.

Le temps qu’on retrouve nos esprits : « Vite monte dans le bus réserver des bonnes places pendant que je fais charger les sacs ». Mais trop tard. Les places où on peut étendre les jambes sont prises. C’est le drame. C’est encore pire à l’intérieur qu’à l’extérieur. Là on ne part plus à l’aventure, on part en stage de survie ^^ (Je plaisante à peine ! Je ne plaisante jamais !)

Une fois assise, même si le siège de devant n’est pas baissé, on n’arrive pas à mettre nos jambes… Oui même en position assise, on ne passe pas… La clim ne marche pas. Donc dormir par plus de 30°C c’est un peu compliqué. Il fait plus chaud dans le bus que dehors… On est contentes de pouvoir se rafraîchir quand le bus s’arrête. Bref, c’est mort on ne dormira pas… Vivement 5h le lendemain que nous arrivions à Bangkok… Enfin, ça c’est ce qui était prévu…

Le bus part. La ventilation fait un bruit monstrueux alors qu’elle ne sert à rien. Parfait. Bon je décide de lire. J’ai le roman parfait pour cette situation. Le nouveau Musso. OK, oui je sais, ce n’est pas de la grande littérature blablabla, c’est un roman de gare, blablabla. Eh bien ça aura été un très bon roman de bus pourri. Un peu déçue par la fin un peu bâclée à la va vite, mais sinon ça m’a permis de faire passer 3 heures, donc c’est vraiment parfait !! Si vous aussi vous comptez prendre un bus pourri, je vous le recommande fortement !

Avec Léa on se fixe des objectifs pour ne pas trop s’ennuyer : A 7h30 on mange le paquet de chips. Mais on attend 8h30 pour manger, parce qu’une fois qu’on aura mangé notre pad thaï, on n’aura plus rien à faire de la nuit, donc autant attendre un peu….

Ah… après 30 minutes nous avons un premier arrêt… Bon…

Ah… pendant l’arrêt ils sortent les arrosoirs pour refroidir les pneus et le moteur…

Ah…. À chaque montée ça sent le chaud dans le bus…

Ah… après chaque montée, nous devons faire un arrêt pour laisser refroidir le bus…

Du coup, on s’arrête toutes les heures et on roule à 10km/h dès que ça commence à monter… Bien bien… On ne compte plus les bus qui nous doublent. Même les plus pourris vont deux fois plus vite que nous. On enchaîne les fous rires, mais c’est nerveux…

Le plus gros fou rire va être lorsque je vais réaliser…  « Génial, je vais passer mes 29 ans dans ce bus »… Mouais…

23h, j’ai fini mon livre. Fini mon pad thaï. J’essaie de fermer les yeux. Plus pour me reposer que pour dormir.

Soudain… « paf…papam…papam…papam » euh. Pourquoi tous les sièges se mettent à trembler ?? Tout le monde se réveille (enfin ceux qui arrivaient à dormir). On saute dans tous les sens. Mais le chauffeur continue comme si tout était normal…euh… Pas besoin d’être garagiste pour comprendre qu’on a crevé ou un truc du style…

On passe au niveau supérieur dans les tremblements. Le chauffeur comprend enfin que ce n’est pas en faisant comme si rien ne s’était passé que ça va s’arranger… Il se range gentiment au bord de la route et ils descendent (ils sont 3 : un chauffeur et 2 qui doivent être là pour gérer en temps de crise et charger/décharger les sacs. Pas nous. Les vrais sacs. Ce soir ils vont avoir du boulot). Bon ils sont tous les 3 dépités devant le pneu…. Ils décident donc de remonter…et de repartir.

On continue de rouler comme si de rien n’était. Enfin presque. On ne peut même pas poser la tête sur le siège tellement ça tremble.

23h40, on tourne… une aire d’autoroute ? Mieux : Un garage. Tout le monde descend. Le garagiste sort, pour lui tout est normal. Une crevaison à 23h45, la routine. Pendant qu’il enlève la roue, les autres en profitent pour ressortir les arrosoirs et refroidir la bête. Je crois qu’il faudrait voir notre tête au moment où il enlève la roue et où nous la découvrons… Elle est déchiquetée. On n’en peut plus. On craque. On explose de rire, c’est nerveux. En plus, le garagiste, notre héros, a décidé de travailler torse-nu : Bidoche et moitié des fesses à l’air. Il envoie du lourd. Alors qu’on se demande où il va trouver la roue, nous voyons un scooter débarquer qui tire une brouette avec une roue dedans.10150026_10152120311759302_691531708_n 967642_10152120311764302_161137113_n

 

OK, on est mortes de rire. Mais quand même, on est super impressionnée. En France, le bus serait resté sur le bas-côté, il aurait fallu attendre la dépanneuse 3 heures plus tard, on nous aurait trouvé des hôtels pour la nuit, on nous aurait distribué des petits papiers avec l’adresse où envoyer notre réclamation pour peut-être un jour être remboursé,… Ici ? Ben tu continues de rouler avec ton pneu crevé et ton bus rempli à ras bord jusqu’au prochain garage en plein milieu de la nuit où ta roue te sera livrée 5 minutes plus tard dans une belle brouette tractée par un scooter.

23h59 : On a une nouvelle roue de compet. OK, la boîte de vitesse a toujours un problème (oui, à chaque fois qu’il passe une vitesse, il réveille tout le bus) et il faut toujours arrêter le bus pour arroser moteur et pneus. MAIS… on n’est plus crevé ! Le bus repart. Il est minuit. Léa entonne un « Joyeux anniversaire » et finit par un « Je suis ravie de partager ce beau moment avec toi. Vraiment »…^^ Plaisir partagé !

Les minutes se suivent, se ressemblent et ne passent pas bien vite. A 2h on s’arrête sur une aire. On voit 2 bus VIP. On songe très sérieusement à abandonner toutes nos affaires et monter clandestinement dans ces bus. Même dans la soute à bagage on serait mieux.

On achète 2 barres de chocolat pour mon anniversaire (Y’a pas de gateau d’anniversaire dans les 7 eleven…) que nous mangeons dépitées assises sur un bout de trottoir face à notre bus qui se fait refroidir.

4h30. Le bus s’arrête… Ils sortent la caisse à outils. Oh lala qu’est ce qui se passe encore ? Nous ne le saurons jamais. Mais nous avons passé…. 2h ! Oui 2h ! et ça tape, ça tape, ça tape… le bus fait un tour sur lui-même… ça ne va toujours pas. Ils recommencent… Il est 6h30 quand nous quittons l’aire. Nous devrions être arrivées depuis 1h30 déjà.

Au final, nous allons arriver à Bangkok à 10h30. 5h30 de retard. Belle perf. Mais nous sommes en vie. Belle perf également^^.

On remet les sacs sur le dos, on s’oriente… OK c’est par là. En 2 minutes nous trouvons l’hôtel. Belle perf de notre part également. Nous demandons quand les chambres seront prêtes. Normalement 14h. Désespoir. Je crois qu’il a pitié de nous. « Je vais voir si on peut préparer vos lits pour 11h ». Je crois que c’est le plus beau cadeau d’anniversaire qu’il pouvait me faire^^.

En attendant, nous prenons notre petit-déjeuner. Puis nous filons dans nos lits ! On ressortira uniquement pour amener les affaires à laver.

19h : Bon, c’est pas tout ça, mais c’est quand même mon anniversaire. Nous avons loué à cet hôtel exprès car il se trouve à côté de Kaosan Road, la rue où se retrouvent locaux et touristes pour faire la fête. Mais bon… on n’en mène pas bien large. Vu comme on est fatiguée, on va sortir manger et boire un verre. Si on tient jusqu’à 22h, ce sera déjà bien…. Sauf que comme d’hab, rien ne se passe comme prévu mais tout se passe bien. Nous trouvons un restaurant : Cocktails, cocos et nourriture thaï.

Après, je lui propose d’aller boire un dernier verre avant de rentrer se coucher. Un bar où j’étais déjà allée lors de mon premier passage à Bangkok. C’est parti. On s’assoit à côté de 2 filles thaïs. On sympathise tout de suite. Le courant passe super bien. Elle sont complètement dingues, mais elles nous font bien rire. Quelques minutes plus tard, elles nous virent nos tabourets pour qu’on danse avec elles (Oui dans Kaosan Road, il y a de grandes terrasses devant les bars avec de la musique à l’extérieur également, donc ça danse un peu partout)… Bon ben vu qu’on n’a plus de tabourets,…

10173391_10152122215704302_1111609125_n 10151507_10152122215714302_411866105_n 10169082_10152122215174302_1688211435_n

10156920_10152122215164302_338718959_n

Bref. Pour faire simple, nous nous sommes couchées à 4h passé.

Demain nous avons notre avion… Pour où ??

Alors, une fois que nous avons tiré nos petits papiers, il nous restait Cambodge, Australie et Malaisie.

On commence à regarder plus en détails. En Australie, il n’y a que Perth. Tout le reste est trop cher. Du coup, nous décidons de remplacer l’Australie par un autre papier : Les Philippines.

Après discussion, on se dit que quitte à faire un coup de folie, autant aller dans un pays où ne nous sommes pas encore allées. Nous supprimons donc le Cambodge.

Alors, Philippines ou Malaisie ? Réponse dans le prochain article 🙂

Ju

 

 

11 réflexions au sujet de « Mon cadeau d’anniversaire? Le bus le plus pourri de Thaïlande toute une nuit rien que pour moi! C’est cadeauuuuuuu!!!!! »

  1. J ai aussi pratiqué en bus pourri ce trajet il y a quelques années j en garde un très mauvais souvenir. Par contre j ai fait le trajet début avril de cette année dans l’autre sens , en bus de la compagnie nationale, avec aucun touriste, c était super, vraiment VIP, mais c est plus cher.

  2. MALAISIE,mais j’arrive un peu tard…je crois que j’ai du voir le titre d’un article plus récent. J’adore tes voyages en bus,ça fait rêver,lol!!!!

  3. AAhhh la bouffe thai… épicée ou Pèt (pour pas épicé en thai c’est May Pèt enfin cherche pas c’est épicé quand même… :-)) ça me manque c’est trop bon… je cuisine thai à la maison du coup, il me manque quand même les noix de coco fraiches à boire sur la plage… mmmhhh! Et les 7eleven… un magasin tous les 200 mètres!! c’est un sacré pays la thailande!! ah trop envie d’y retourner… de gros bisous à vous!! quelque soit l’endroit où vous êtes!! 😉

  4. le cambodge , tu en viens , c un peu bête de repartir en arrière lorsque l’on fait le tour du monde, c comme redoubler une classe pour rien , les philippines , c un bon choix …..c mon dernier mot …..PAS BESOIN DE JOCKER , jean pierre ………….

  5. moi , je l’avais déjà dit :les philippines …… la malaisie, tu m’avais dit que tu ne voulais pas y aller ……. mais tu exagères un peu de nous faire languir à ce point ….. d’ailleurs , ta mère doit savoir où tu vas ……. je pense que les autres lecteurs penseront la même chose .
    bises

  6. Je deviens completement accrona tes recits, et j’en fait meme profiter mon cheri ! Hihihi on a bien rigole ce soir avec votre histoire de bus! je vote pour les philippines ! Gros bisous Nanou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s