Comment je me suis retrouvée à prendre 2 bains avec un éléphant ^^

Pour notre deuxième jour, Puza, notre guide, nous dit que le petit-déj sera servi à 9h. Pfoua, « on est laaaaaaaaaaaaarges » comme on dit avec Léa. On va pouvoir mettre le réveil et snoozer plusieurs fois. La méga-classe. Ça c’était la théorie. En pratique, les canadiens juste au-dessus se réveillent à 7h et font un boucan d’enfer. Le snooze, ce ne sera pas pour ce matin !

 

On s’habille, on remballe le paquetage et on descend : Puza nous emmène au petit-déj.

Alors j’ai oublié de vous raconter un truc important le premier jour sur Puza. Comme on est les seules à faire 2 jours, on est aussi les seules à avoir emporter notre maison avec nous au centre.

Le soir, au moment de nous montrer notre chambre, on retourne avec Puza au van pour récupérer notre backpack. On met chacune notre gros sac sur le dos. Puis Puza nous prend nos petits sacs en faisant remarquer « Vous avez vu je porter les sacs, je suis un vrai gentleman ». Et Léa qui répond du tac-au-tac : « Et quel gentleman ! Tu portes les petits sacs ! Un vrai gentleman aurait porté nos gros sacs »… Fou rire. Du coup, c’est resté pendant 2 jours.

Donc quand on se lève et qu’il nous emmène au petit-déj, il nous fait remarquer « J’ai préparé le petit-déj je suis un gentleman ». Bon, là il tend le poteau pour se faire lyncher quand même « Sauf que ce n’est pas toi qui prépare le ptit-déj » ^^…

On se retrouve en train de petit-déjeuner avec un éléphant qui se baigne à notre droite et un troupeau d’éléphants qui se dandinent à notre gauche. Ils adorent ça se dandiner. On se demande à chaque fois quel air de musique peut bien leur trotter dans la tête… Surtout qu’ils ont tous le même rythme… Peut être tous la même mélodie ?

Après le petit-déjeuner, Puza nous emmène voir notre éléphant du jour. Il nous avait dit qu’on garderait Big mama, mais changement de plan. Il nous explique que Big mama elle est un peu dangereuse. Ah on le savait !!!!!!!!!!!!!!!!!! D’ailleurs, les touristes ne peuvent pas la nourrir, elle reste en retrait dans un autre champ… C’est dire si elle est mauvaise la Big Mama !

Donc comme aujourd’hui, il faut un éléphant de confiance parce qu’on va aller loin apparemment (on ne sait pas ce qu’on va faire : on suit !), on change. Il nous présente notre nouveau copain aux grandes oreilles : Toum Pete qui signifie or et diamants. Rien que ça ! Il s’agit d’un vieux monsieur de 42 ans. On nous présente son caractère : Il aime avoir son petit coin à lui, que ce soit toujours bien propre,… Il nous le présente comme un grand gaillard courageux qui n’aura pas peur du feu et des hélicos au cas où. En attendant, notre gros gaillard il a peur… des éléphants… et à chaque fois qu’il y en aura un sur notre route, il faudra faire un écart de 10 mètres… Mouais. Faudrait penser à revoir la notion du grand gaillard courageux quand même…

Je demande à Puza si je peux monter sur l’éléphant avec la trompe. Il dit qu’il va voir ce qu’il peut faire. Ahah. Mais bon en attendant, va falloir nettoyer l’emplacement de notre bonhomme. Alors le matin, le mahout quand il vient voir son éléphant, il commence par vérifier ses selles… Oui, c’est glamour après le petit-déjeuner ! On peut en apprendre des choses en regardant des selles d’éléphants. Peut-être pas autant que dans une boule de cristal, mais quand même. C’est comme ça que le mahout peut détecter les premiers symptômes d’une maladie. Il peut par exemple détecter si l’éléphant à manger un truc qu’il n’aurait pas dû,… Donc voici un bref cours sur les selles d’éléphants (Je parie que quand vous avez ouvert l’article vous ne vous êtes pas dit chouette je vais savoir à quoi doivent ressembler des selles d’éléphants ! Eh oui, je suis pleine de surprises ^^) : Les éléphants n’ont pas d’estomac. Ce sont des intestins sur pattes. Ils mangent, ils font caca (glamour je vous avais prévenu !). Ce sont des petits êtres sensibles, un rien peut les rendre malades. Donc la mahout vérifie que les selles sont bien compactes. Si c’est trop liquide, on augmente la ration de bananes. Elles doivent-être un peu vertes (J’espère que vous n’étiez pas en train de manger, sinon je m’en excuse !). Si c’est trop pâle, on augmente la ration de bananes. Si c’est trop brun, on peut leur donner de l’ananas. Regarder leurs selles chaque matin, ça permet d’ajuster de manière naturelle, sans avoir à utiliser de médicaments. Ils essaient de limiter au maximum la prise de médicaments.

Bon donc on est rassurée. Notre grand gaillard à de belles selles bien compactes, il a un bon transit, il est en pleine forme. Il est au top.

On fait quoi ensuite ?

Puza nous tend une pelle et un sac avec un grand sourire ^^. Maintenant faut nettoyer ! C’est parti, on ramasse le caca (Vous en êtes au dessert ?). Alors si un jour vous vous retrouvez dans une situation où il vous faut impérativement ramasser du caca d’éléphants (Le genre de situation qu’on rencontre presque tous les jours donc), voici une astuce de pros que nous sommes devenues : Le plus simple c’est une qui tient la pelle et l’autre qui pousse avec le pied ^^ (Il est bon votre dessert ?). ça évite de tout casser, faire des miettes,.. après c’est tout caca, c’est la cata. Donc voilà, vous saurez comment faire.

Bon après, si vous êtes celui qui tient la pelle, soyez cool avec celui qui tient le sac, évitez de lui mettre du caca partout sur les mains (Merci Léa au passage, je pense que mes mimines ont adoré ce soin…). Le mahout est gentil avec nous, il nous aide un peu (C’est lourd du caca d’éléphants…)

Après ça, Puza fait venir l’éléphant du mahout de 16 ans, celui qui est joueur ! Il nous dit qu’avec celui-là on peut monter avec la trompe hihi. Et voilà, j’ai à nouveau 4 ans (ça m’arrive souvent pendant ce voyage…). Puza nous montre comment faire : On se met face à l’éléphant, on met les 2 mains sur sa tête, un pied face à lui sur la trompe. Et hop, comme par magie, il vous balance par-dessus sa tête. Comme il peut porter 350 kilos avec sa trompe, Puza rigole et nous dit qu’il n’est pas sûr que l’éléphant va viser sa tête Peut être qu’il va juste faire du lancer de Léa et de Julie… Ahah il n’y a pas que l’éléphant qui soit taquin. C’est parti : Les 2 mains sur la tête, le pied sur la trompe et hop, je sens que je quitte le sol ! Je suis toute fière quand j’arrive sur sa tête !!

Après ces acrobaties, Puza nous dit qu’une fois qu’on a vérifié que notre éléphant est en pleine forme et qu’on a tout bien nettoyé, c’est l’heure d’aller prendre le bain !!!!!!! Youhouh, on adore le bain !

C’est parti ! Non Lung : Notre bonhomme s’allonge gentiment et hop on grimpe. Pai : On démarre. Puza me dit de crier plus fort pour que les nouveaux arrivants m’entendent et qu’on les épate… « PAIIIIIIIIIII ». Les mahouts sont morts de rire et m’imitent… Ils aiment bien se moquer de nous quand même ^^.

En chemin pour le bain on croise 2 éléphants… on doit donc faire 2 détours, parce que notre éléphant qui est bien plus gros que la plupart a les pétoches… Une fois arrivées près de l’eau, on sent que le rythme des pas s’accélèrent ! Ah il a hâte ! Je ne sais pas qui est plus fan de l’heure du bain : Eux ou nous ?

Euh…. Je me rappelle bien hier quand les éléphants vont à l’eau : Ils commencent par mettre la trompe dans l’eau et par s’asperger. Ça s’annonce bien, on est justement sur lui…. Bon de toute façon, on sera mouillée…

Mais non, il rentre tranquillement dans l’eau. Avant de prendre le bain, il faut l’emmener boire. Il boit à peu près 20 litres le matin, plus 5 litres qu’il met dans sa gorge pour plus tard (un peu comme les humains avec les chocolats ^^ same same but different).

Après ça, il s’allonge, on glisse (Ouais j’ai fait du toboggan sur un éléphant. Ça pique un peu à cause des cheveux mais j’aime bien). On récupère le seau et les brosses et c’est parti pour 15 minutes de rigolade. Un seau pour l’éléphant, un seau pour Léa,… ^^ On gratte, on gratte…

Le mahout finit par prendre le seau et nous en balancer plein la figure (en prétextant viser l’éléphant bien sûr ) et Puza qui en rajoute une couche « Allez-y grattez le maintenant » ! Alors qu’on ne peut pas approcher de l’éléphant à cause de toute l’eau qui arrive dessus. Léa est un peu trop naïve sur ce coup-là, elle essaie d’aller brosser la bête. Donc elle s’en prend plein la figure hihi.

Notre éléphant fait des bulles… avec la trompe et…. L’autre côté aussi. Oui, notre éléphant a fait caca dans son bain… Pire que les bébés ces bêbêtes !

Avant de sortir, Puza nous demande de balancer encore quelques seaux sur l’éléphant et notamment sur sa tête. Le bain c’est pour le rendre beau comme un prince, mais aussi pour le rafraîchir. Comme nous allons aller dans la jungle et qu’il fait chaud (plus de 40 °, comme d’hab), il faut qu’il se rafraichisse au maximum.

 

Une fois que tout le monde est bien trempé, on va se changer et c’est parti pour l’aventure !

Visiblement, on part toute la journée en trek dans la jungle sur notre éléphant géant ! Youpi !!! On lui attache les tongs autour du cou et go !

Léa prend les commandes, moi je me prélasse tranquillou. Au bout de 2 minutes, on croise un éléphant. Léa a beau faire des Kwei et des tapages d’oreilles, impossible de maintenir la direction… Il a la trouille. Je croyais qu’il ne fallait pas qu’on ait une poule mouillée pour aller dans la jungle, pourtant on nous refile un éléphant qui ne veut même pas croiser ses voisins…Espérons que les souris dorment aujourd’hui !

On sent bien qu’il a du mal à démarrer…. Léa lui dit Pai et là…bam, un barrissement…. Alors déjà un barrissement, ça fait du bruit. Mais quand en plus vous êtes sur le dos de l’éléphant, vous en prenez plein les oreilles ET tout tremble en-dessous de vous. Ça fait son ptit effet.

Avec Léa on est en mode « non mais s’il ne veut pas y aller, c’est pas grave hein…. Ne lui tape pas trop fort dans l’oreille il n’a pas l’air content.. pourquoi il ne nous aime pas ? »

Mais au bout de 5 minutes, tout rentre dans l’ordre. C’est juste qu’on nous a filé un éléphant diesel au lieu d’un essence… Comme le mode d’emploi n’est pas livré avec, on ne pouvait pas le deviner.

Donc après c’est popom popom pendant plus d’une heure au milieu de la jungle. On emprunte des chemins improbables : Des chemins qui sont limites trop étroits pour nous. Mais l’éléphant s’en sort toujours. Notre éléphant, c’est le plus fort.

A un moment, je frôle la catastrophe. Puza nous a bien dit « Attention à vos jambes quand il passe près des arbres, ils ont tendance à aimer se gratter ». Heureusement, j’ai juste le temps de relever ma jambe à la dernière seconde. Je pense que ça aurait pu être un grand moment de devoir appeler mon assurance pour leur expliquer « Oui alors en fait je suis à l’hôpital parce que j’étais sur un éléphant dans la jungle et je n’ai pas retiré ma jambe assez vite quand il s’est gratté contre l’arbre… C’est pris en charge les accidents d’éléphants ? »

Léa dirige notre éléphant avec un manque de conviction incroyable ^^ « Alors euh…Kwei ». Le mahout l’imite « kweé kweé ». Vous pouvez l’entendre sur la vidéo, c’est très très TRES drôle ^^.

Nous traversons une rivière…et là nous perdons notre mahout. Il nous rejoint 5 minutes plus tard. Il a juste chassé un oiseau dans la jungle. C’est pas dur, il prend une petite branche, vise la patte de l’oiseau… bam, ça casse la patte de l’oiseau et il le récupère… Voilà voilà…

On arrive au fin fond de la cambrousse : Un Non lung plus tard, nous retrouvons la terre ferme. J’ai les jambes rouges à cause des cheveux, Léa à cause des « os qu’il a dans les oreilles »…

A peine descendues de notre monture, il se relève et fonce droit sur l’arbre le plus proche. Il a bien passé une demi-heure à se gratter après tous les arbres du coin. C’est à mourir de rire. Il se met sur 3 pattes pour mieux se jeter de tout son poids contre le pauvre arbre qui tremble à chaque frottement. Puza nous dit « vous voyez là, y’a pas d’arbres… ben avant y’en avait ». Eh oui ça pèse lourd un éléphant, à force de se gratter, il casse son jouet et il faut trouver un autre arbre…

Puza va faire le feu. Notre mahout, Ado, alias Dodo qui est birman et a 24 ans, va couper du bambou. Quand il revient il nous dit qu’il a vu un gros serpent et un essaim de guêpes mortelles. Top. Notre mahout c’est un vrai de vrai : Il reviendra ce soir mettre le feu pour chasser les guêpes mortelles et pouvoir aller récupérer ce miel réputé pour ses vertus thérapeutiques. Il nous fait des verres dans le bambou qu’il est allé couper et fait aussi une bouilloire en bambou ! Puza nous prépare le thé qu’il verse dans nos verres en bambou et ils mettent le repas à cuire.

Une fois que tout est en train de cuire, Ado ressort l’oiseau qu’il a mis dans sa sacoche… il est toujours vivant. Il se met devant nous et (âmes sensibles passez à la suite) bam il lui explose la tête contre une branche… et se met tranquillement à le plumer à côté de nous. Puza nous regarde : « Je vous avais prévenu, il faut avoir l’esprit ouvert » ^^ Notre mahout c’est pas un rigolo, il est du genre à aller te pêcher les poissons avec un fil de toile d’araignée. Nous on mange notre brochette de poulet dans l’assiette en feuilles de bananes faite par Puza. Ça y est on sait comment se faire tout un vaisselier dans la jungle. Ça peut toujours être utile au cas où notre planète se fasse recouvrir de jungle en 5 minutes et qu’il me prenne l’envie de faire une assiette par exemple.

Après le repas, je dis à Puza que ça y est, nous sommes des vrais mahouts. Il rigole en me disant qu’il n’y a pas de mahout fille… il faut être fort et costaud pour être mahout (Bon les petits mahouts de 16 ans, je ne pense pas être moins fortes mais OK). Du coup, il me met au défi : « Va chercher l’éléphant et ramène le ». OK ^^. Faut pas me le demander 2 fois !

Déjà faut trouver l’éléphant ! Comme il se balade seul comme un grand, il peut être n’importe où. Mais en théorie, il ne s’éloigne jamais trop par peur de manquer de nourriture. Quel goinfre ^^.

Je finis par entendre des craquements : Il est allé s’empêtrer dans des branches… Super ! « petit, petit, petit, vient par ici le gentil néléphant ! » Le mahout l’appelle, il sort du tas de branches. Il me fait signe de le prendre par l’oreille pour le ramener. Rien de plus simple… Je chope la bête (Je vous rappelle qu’on ne parle pas d’un chaton mais d’un monstre de 2,5 m et 3,5 tonnes. Je suis un moucheron pour lui…) par le lobe de l’oreille (enfin le truc qui pend là, je ne pense pas qu’on appelle ça un lobe pour un éléphant, mais je n’ai pas fait véto moi) et hop c’est parti mon poussin je t’emmène en vadrouille. Et ça marche, il me suit ^^. Est-ce qu’il m’obéit ou est ce qu’il va juste vers son mahout… les paris sont ouverts…

Puza est quand même fier de moi ahah. Bon Non Lung et je prends les commandes pour le retour. Je préfère être sur le cou, ça pique moins. Léa préfère être sur le dos, les os des oreilles lui font moins mal ^^. Tout le monde est content donc. L’éléphant, lui il s’en fout.

Le mahout me donne son petit crochet (je précise : qui ne servait à rien, il l’a gardé tout du long à la ceinture à la montée) pour que je me sente une vraie mahout. Je vous rassure, je n’en fais rien du tout non plus ^^. L’éléphant s’est recouvert de terre pendant notre déjeuner, on est brunes en 2 minutes. Léa me fait des marques de guerrière sur les joues. J’hurle PAIIIIIIIII du haut de mon éléphant. Le mahout est bien sûr mort de rire.

Comme on est toutes gentilles, on demande si on peut donner un 2ème bain à l’éléphant en rentrant au camp (normalement c’est un inclus, mais comme notre éléphant est beaucoup plus sale que ce matin…). Ils nous aiment bien alors oui bien sûr qu’on peut redonner un bain à l’éléphant. Ahhhhhhhhh. Cette fois, tout le monde est contente, y compris l’éléphant !

Le retour se passe paisiblement. Rien d’inhabituel : Le mahout recapture un oiseau dans la jungle qu’il plume en marchant. Puza fait plus de photos de lui que de photos de nous. Léa a mal aux fesses. On fait du saut d’obstacle à dos d’éléphants et moi je suis contente. Tout est normal. La seule chose inhabituelle, ce sont les 4 gouttes de pluie qu’on se prend. On est comme des fous ! « De la pluie ! de la pluie ! youhouh ». OK 4 gouttes. Mais 4 gouttes quand même !

 

En arrivant, Puza nous emmène à une autre marre pour le bain d’éléphants. Comme ce matin, nous sommes seules. Hop : Pai il va dans l’eau. Non Lung il se couche, on fait une glissade et tout le monde s’arrose, tout le monde est content. (oui même l’éléphant)

Le mahout nous asperge. Il nous asperge plus nous que l’éléphant. Après, Puza me fait signe de remonter sur l’éléphant : Je m’allonge dessus, je me mets debout dessus,… ^^ Il ne dit rien, il est dans l’eau il est content. Même pas sûre qu’il sente vraiment que je sois là ^^.

 

On ressort après cet excellent dernier bain. Trempées, ça tombe sous le sens. On lui refait le plein de snacks. Je lui mets directement les snacks dans la bouche, c’est beaucoup plus drôle. Et après, c’est déjà le moment de dire au revoir à notre éléphant et à son mahout L

 

Avant de repartir, nous ferons quand même quelques photos avec Puza et Ado, car on a formé une excellente équipe ^^.

 

Une fois rentrée à Chiang Mai, ça fait tout bizarre de se retrouver sur du béton au milieu des voitures. On était bien au milieu de la jungle entourées d’éléphants…

Ju

 

6 réflexions au sujet de « Comment je me suis retrouvée à prendre 2 bains avec un éléphant ^^ »

  1. Ah,Julie et ses aventures, on adore. Tu m’as bien fait rire avec tes éléphants. J’imagine bien les scènes.
    Bonne suite.

  2. BON ANNIVERSAIRE ;;;;;; 29 GROS BISOUS ……………
    mais c seulement dans qq heures en fin d’après midi …………..

  3. j’adorerai baigner un éléphant ! 😀 mais il me semble que le retour à la réalité citadine est rude :/ il faut se préparer psychologiquement … 😉

  4. Bon, j’avais fini mon petit déj depuis longtemps donc l’étude des selles a été suivie sans problème… J’en ai pleuré de rire. Heureusement que c’était un éléphant diesel…
    ya pas que les poissons qui chient dans l’eau comme disait notre Renaud… les éléphants aussi, et vous vous baignez là dedans! Il y a peut-être une étude à mener pour les soins du corps!
    Bises encore pour ton anni,

    • ahah je n’ai pas vu de grosses différences sur ma peau entre avant et après les bains au caca/pipi d’éléphants. Je surveille et te tiens informé s’il y a des effets à long terme 😉
      bises!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s