Premier jour à Angkor en tuk-tuk!

Me voilà donc à Siem Reap !

Sabine a pris une chambre à mon hôtel, Elena est à au moins 20 mètres, Ju et Mymy à au moins 30 mètres. Bref, nous sommes toutes dans la même rue, c’est bien pratique ! Dans ma chambre, je rencontre Christina, une canadienne et nous décidons de prendre un tuk-tuk le lendemain à 4 (Sabine, Elena, Christina et moi) pour une journée à Angkor. Elles ont déjà fait une journée le grand tour. Nous décidons de partir à 5h15 pour voir le lever du soleil sur Angkor Wat, puis nous improviserons.

 

A 4h45, inutile de vous dire que les paupières ont du mal à se motiver… A 5h15, on se retrouve toutes les 4 en bas, Rami, notre conducteur de tuk-tuk nous attend. C’est parti ! Tuk-tuk de nuit,  c’est pas mal aussi. Dur dur d’émerger, nous regardons les arbres défiler. Nous arrivons au guichet, qui ressemble plus à un péage d’autoroute qu’à un guichet. L’avantage c’est qu’à cette heure-ci il n’y a pas foule : Pass pour 3 jours : 40$ (ahouch !) et une photo plus tard, c’est dans la poche. Le billet est précieux (bon déjà parce qu’il vaut 40$, dans un pays comme le Cambodge c’est une vraie fortune), il faut le présenter chaque matin pour le faire poinçonner, mais il faut aussi le montrer avant l’accès à chaque temple et…. Pour aller aux toilettes ^^. Il est valable une semaine, donc ça permet de faire des breaks, parce que c’est quand même épuisant !

Billet en poche, le tuk-tuk fonce droit sur Angkor Wat. Le temps de fixer un point de rendez-vous avec Rami et c’est parti. L’arrivée est magique. Il fait encore nuit mais on peut deviner les formes d’Angkor Wat. Ce qui est moins magique c’est la foule^^. Je ne suis pas habituée à voir autant de touristes… Du coup, facile de savoir d’où c’est chouette pour voir le lever du soleil… il suffit de suivre la foule. Près du lac à gauche du temple… Il n’y a plus qu’à attendre.

On attend… 6h. Rien. 6h15. Toujours rien. 6h30… euh le soleil a décidé de ne pas se lever aujourd’hui ou ça se passe comment ? 6h40. On s’impatiente. Beaucoup. On demande à une fille à côté. Elle pense peut être avoir entendu que c’était 6h50. OK, mais alors pourquoi nous avoir fait venir à 5h30 ?6h45. Nous sommes dans les starting blocks. 6h50. Rien. Bon elle a dit 6h50, ça peut aussi bien être 6h53 par exemple. Soyons patientes. Mais bon quand même, là il fait bien jour, quelle lumière on va bien pouvoir voir pour un lever de soleil ?? 6h55. Mouais. Ca sent la faille. Trop de nuages. Bon, on lui donne jusqu’à 7h et après on va faire autre chose, on ne va pas attendre toute la journée que le soleil se lève alors qu’il fait déjà jour…

7h. OK. Bon ben on va aller visiter Angkor Wat, faire un premier tour, car nous avons donné rendez-vous à 7h30 à Rami. On survole, il y a vraiment beaucoup à voir donc nous reviendrons le lendemain pour le faire en détail.

Hop, on retrouve notre conducteur et son tuk-tuk et nous décidons d’aller au temple des femmes, le plus éloigné. Nous avons un tuk-tuk pour la journée, c’est le moment où jamais…

Bon, on savait que c’était loin. On ne pensait juste pas que c’était si loin. En plus, un tuk-tuk n’est pas forcément le véhicule le plus confortable du monde. En plus sur des routes cambodgiennes. On ne risque pas de s’endormir.

Nous sommes un petit peu déçues en arrivant : Il y a déjà un bus de japonais. A cette heure-ci, à l’opposé de tous les autres temples, nous espérions être un peu seules. Raté !

Le temple vaut le coup cependant. Il y a énormément de sculptures, toutes les pierres sont taillées, c’est très joli. En plus, la lumière est vraiment magnifique à cette heure-là pour les photos. Son vrai nom est Banteay Srei, ce qui signifie la citadelle des femmes. Il a été construit au Xème siècle et ce qui fait tout son charme, c’est le fait que les décorations sont extrêmement bien conservées. En plus, il est construit en gré rose, avec la lumière, c’est magnifique. OK je l’ai déjà dit.  Mais vraiment c’est chouette ^^. Donc ça vaut la peine d’insister !

J’entends une dame parler français à un cambodgien. Elle tient un guide dans sa main : « Les sculptures des singes (gardien du temple) ne sont pas les vraies, ce sont des copies. Les vraies sont conservées dans un musée. Tu ne m’as pas dit ça. Il va falloir que tu étudies si tu veux devenir un bon guide. Ce n’est pas normal que ce soit moi qui t’apprennes des choses ». Ahlala, incroyable ces français, toujours en train de se plaindre !

Après une bonne heure, nous retrouvons Rami (en achetant une coco au passage. Je deviens accro !) et c’est reparti pour le même trajet en sens inverse.

Cette fois, direction Ta Prohm. Celui que j’attends avec le plus d’impatience. On peut l’apercevoir notamment dans Tomb Raider, c’est un temple qui a fusionné en quelques sortes avec les racines. C’est un temple bouddhiste du 12ème siècle. Nous restons 10 bonnes minutes avant d’entrer, la vue sur le temple est magnifique. Un arbre surgit du milieu, un autre est à l’entrée. Partout dans le temple les racines s’entrelacent avec les pierres du temple. Dommage que je le vois dès mon premier jour, ce sera dur de faire mieux !

Puis, direction le dernier temple pour cette première journée : Bayon. Un autre incontournable. Je démarre fort ! Bayon, c’est un temple bouddhiste du 13ème siècle. Il est constitué de 54 tours visages. Des tours visages, ce sont des tours où les visages du roi sont sculptés sur chaque face de la tour. Ça en fait des têtes de roi…Comme ça le roi pouvait regarder dans toutes les directions. Futé.

Elena a un guide incroyablement détaillé, notamment sur les bas-reliefs. Nous écoutons donc ses explications à chaque fois que nous arrivons à un nouvel endroit. Mais ça finit par partir en fou rire…  Pour chaque nouvelle galerie, elle nous dit ce que nous allons voir et donc ce que nous devons chercher : Une bataille navale, un tigre,… Sauf que le guide d’Elena est en allemand. Donc elle doit nous faire comprendre ce que le guide veut dire… Sauf qu’Elena ne connaît pas tous les mots en anglais, que moi je ne connais pas tous les mots en allemand, que Christina ne parle qu’anglais,… bref, la communication est compliquée et donc tordante… A un moment, Elena nous dit que nous devons chercher un animal. Elle essaie de nous expliquer de quel animal il s’agit. Avec Sabine, nous pensons à un faon. Sauf que vous savez dire un faon en anglais ou en allemand vous ?? Du coup, Sabine se retrouve à mimer un faon pour expliquer ce que nous cherchons à Christina. Mais vous savez mimer un faon vous ? Non ? Ben Sabine non plus ^^. Bon si vous voulez mon avis, ça ressemblait plus à un kangourou… On essaie de lui faire comprendre Bambi…Elle ne comprend pas. « Mais si tu sais, le dessin animé où y’a un lapin qui s’appelle Pan-pan ? Ah ça ne doit pas être pan-pan en anglais. C’est un lapin qui tape du pied. Non ? Tu ne vois pas ? » Oui on part loin…

Les visites se transforment rapidement en « Où est Charlie » en version géante. « La première qui trouve le tigre, on lui achète une glace ».

A notre retour, le pauvre Rami est exténué… debout depuis 5h du matin et en plus on lui fait faire des temples supplémentaires. Heureusement, grâce à nos parties de Où est Charlie, il a le temps de faire des bonnes siestes dans le tuk-tuk. A chaque fois, nous venons le réveiller… « Rami, on est de retour ! Cette fois c’est bon on peut rentrer… »

Avant de sortir d’Angkor Wat, nous croisons une dame au bord de la route avec des bambous… Christina se met à hurler, elle demande à Rami de s’arrêter : « Bamboo sticky rice !! » Elle a l’air tellement surexcitée qu’on se dit que ça doit être bon. Elena se laisse tenter et en achète un également. Grave erreur ^^. On épluche le bambou et à l’intérieur il y a du riz collant. Excellent sur les marchés, notamment celui à la banane. Mais celui-là n’est vraiment pas bon. Nous en mangeons une bouchée. Même une bouchée, c’est compliqué…

Puis au lieu de rentrer, nous demandons à Rami de nous arrêter à l’hôtel de la Paix où il y a les meilleures glaces de la ville. Après une journée en plein cagnard avec des températures dépassant les 40°C, ça nous fera du bien ! Une boule citron, une boule mangue : 2 délices ! Miam, miam !

Sauf que comme nous ne nous arrêtons pas à l’hôtel, M.Why not, celui qui tient l’hôtel n’est pas là, et le petit Rami en profite : C’est 40$. Ouhla. Normalement, c’est dans les 20$, que se passe-t-il ? Bon les filles paient je paie aussi. Mais en rentrant, je vais voir M.Why not… effectivement, Rami ne nous a pas fait payer le bon prix. Il nous rembourse la différence. Ah ^^.

Au moment de marcher pour rentrer à l’hôtel, Christina ne se sent pas très bien. Effectivement, quelques minutes plus tard, elle se retrouve à naviguer entre le lit et les toilettes… une bactérie probablement. C’est quand même bizarre à cha     que fois ces histoires de bactérie. Tu passes la journée toutes ensembles, tu manges la même chose et le soir une seule personne est malade.

Le soir, Ju et Mymy me proposent de sortir manger, mais avec le réveil très matinal, je suis plutôt fatiguée, je décline, je les verrai demain pour une journée à vélo dans les temples.

Puis, Sabine et Elena me proposent également de sortir manger. Mais idem. Toujours pas faim.

Je laisse donc tout le monde partir, pour me rendre compte une heure plus tard que j’ai super faim. Génial. Bien joué. Bel échec.

Bon, je vais pédaler demain toute la journée, faut que je mange. Tant pis, je décide de descendre et de trouver un truc à me mettre sous la dent… Je tourne un peu en rond. Eh oui, le Cambodge, ce n’est pas le Vietnam ou la Thaïlande : il y a très peu de street food et le peu qu’il y a ne fait vraiment pas envie. Je prends un amok fish à emporter et je rentre à l’hôtel (en sirotant une coco en attendant mon plat… mon budget coco sera bientôt supérieur à mon budget loisir si ça continue ! Mais y’a à boire et à manger et c’est rafraîchissant et c’est trop bon, même Madonna elle l’a dit !). En arrivant en bas de l’hôtel, il y a une petite soirée improvisée sur la terrasse avec les chauffeurs de tuk-tuk, quelques touristes et un couple anglais qui travaille ici : Daniel et Denise. Ils me proposent de me joindre à eux pour mon repas : Une bière gratuite. Ca me fera une boisson et de la compagnie, règle de base : toujours dire oui, je m’installe avec eux. Il y a un autre couple d’anglais qui fait un tour du monde. Ils ont commencé dans l’autre sens et sont à deux mois de la fin. Alors, on en pense quoi à 2 mois de la fin ? « Meilleure décision jamais prise, absolument pas envie de rentrer, on pense déjà au 2ème tour ». Mince. Moi j’avais lu qu’à partir de 10 mois t’étais pressée de rentrer et de retrouver une routine et une vie « normale ». Ma foi, je verrai bien…

Daniel me propose de me joindre à eux deux jours plus tard : Ils sont volontaires dans une association, Touch a life. Ils font à manger toute la matinée puis à midi servent la nourriture aux locaux. Quelle est la règle de base déjà ? OK je viens !

En attendant, je vais me coucher, je retrouve Christina, transparente, qui n’en peut plus de se lever toutes les 5 minutes pour aller vomir… Pourvu que je ne choppe pas ce genre de truc… :S

Allez dodo, demain deuxième jour dans les temples, à vélo cette fois !!!

Ju

6 réflexions au sujet de « Premier jour à Angkor en tuk-tuk! »

  1. Ah te revoilà…. Je m inquiétais inutilement…bon à ce que je vois tu ne perds pas ton peche mignon : la gourmandise …. Ou que tu sois, tu te régales toujours autant. C est rassurant pour les vieilles tantiches : ce n est pas pour demain que tu auras des gambettes asiatiques et des joues saillantes ! Bon c est dimanche et nous allons manger chez Anne et Xavier : ça va être très léger encore et super pour limiter mes kilos superflus. je te donne le menu juste pour te faire saliver … Entrée : huîtres chaudes de l étang de Bouzigue donc d Hérault gratinées au four avec julienne de poireau échalotes crème et gruyère -recette Philippe- ensuite pâte lorrain de Vittel bien nourrissant – puis après on commence le repas de Anne pour terminer avec la ronde de ses desserts (j espère qu on aura en plus une boite de macarons) bon j arrête … Je voulais juste te faire saliver… Et dire que les français se plaignent tout le temps… Si tu savais comme on est malheureux ici : on a des manques de moyen terribles dans tous les domaines. : baisse du pouvoir d achat, des retraites miserables, des enfants trop nombreux dans les classes, des profs dépassés avec 25 gamins qui n ont plus la niaque ni de moyens, des congés trop courts…des traçabilités dans la nourriture qu on jette de peur que ce ne soit pas fiable…… Bref c est la m i s e r e totale ici. Il faut écouter tous les débats. Oui c est la cata…. On est malheureux. On ne pourrait pas inverser de temps en temps mettre la France au Cambodge et le Cambodge en France simplement pour voir ? Et puis zut La semaine prochaine, faut aller voter donc pouvoir dire sans etre juge ……C est dur d etre français, hein …bon tout ça pour dire a tous tes lecteurs assidus : allez voter avant qu il nous supprime ce droit si précieux !!!

  2. Cool,le retour de Ju. Je me demandais où tu étais passée. Peu d’aventures croustillantes mais les temples ont l’air d’être jolis. A bientôt pour la suite.
    Nico

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s