Bye-bye paradize… La pollution nous avait manqué (ou pas)

Hello!

Kaisa et Andrew sont finalement partis. Une fois de plus, ça n’a pas été simple de dire au revoir…

Nous nous retrouvons SDF au paradis. Isaac part le lendemain. On se dit que peut être c’est à notre tour de partir également… C’est décidé, après notre nuit de SDF nous reprenons la route (enfin le bateau d’abord).

Nous avons tous un sentiment très étrange. Depuis notre arrivée, nous avons l’impression que nous allons rester ici longtemps. Donc que nous avons le temps… en plus le temps s’est complètement arrêté sur cette île… Mais soudainement, nous retrouvons la réalité. Le temps a passé, il est temps de revenir à un mode de vie « normale » (Même si en faisant le tour du monde je suis déjà un peu en mode dégradé, plus que normal…). Et nous avons maintenant l’impression de ne plus avoir le temps…

Les heures défilent tout aussi vite que les banana shakes. Dernière baignade. Dernière foulée dans le sable blanc. Dernier shake. Il est maintenant temps de monter dans le bateau. Dernier regard à notre île qui s’éloigne… Encore une partie de moi que j’ai l’impression de laissé… A ce rythme-là, il n’y aura plus rien de moi à ramener en France ^^. Ambiance nostalgique sur le bateau. Pas un bruit, pas de paroles. Chacun écoute sa musique dans son coin en essayant de se préparer psychologiquement au bruit, au béton, aux vêtements, aux chaussures. Bref à la civilisation.

Le bateau a à peine le temps de s’arrêter que nous sommes assaillis de toute part « Motorbike ? Motorbike ? ». Nous récupérons nos sacs (comme d’hab le mien est sorti en dernier^^) et montons à l’arrière de la fourgonnette pour retourner au centre de Sihanoukville.

Une fois au centre, nous nous rendons compte que tous les bus pour Phnom Penh sont pleins ce soir. Nous allons devoir passer la nuit ici. Nous achetons les billets pour le lendemain matin. Le bus d’Isaac arrive : Il part pour Bangkok, d’où il prendra son avion pour retourner à Londres. Avec pour mission d’être de retour sur l’île avant la fin de l’année… Et encore un au revoir.. Snif…

Avec Elena, Ju et Mymy, nous allons donc passer la nuit à Sihanoukville. Nous décidons de retourner à Utopia où nous avons dormi une nuit avant de partir à Koh Rong. Il y avait des bêtes de lit donc nous avions dû changer de chambre et nous avons eu l’impression de dormir sur un canapé au milieu de la boîte de nuit… Ne me demandez pas pourquoi on y retourne. On revient du paradis, les cerveaux ne sont sûrement pas encore en marche… On pose les sacs et on file chercher un truc à manger. Nous avons vu qu’il y avait un Monkey Island, ça nous rappellera l’île…

Elena s’arrête en route pour acheter quelque chose de moins cher. Elle nous fait souci cette petite. Elle a été malade sur l’île en mangeant chez Coco… elle a continué d’y manger et est retombée malade une deuxième fois… bien qu’elle soit malade (pas besoin de vous décrire les symptômes… je me contenterai de dire qu’elle n’est plus étanche ^^), elle mange salade de fruits sur salade de fruits… et pas des bananes… Et là elle commande un truc avec des crudités dans un boui-boui qui ne nous inspire pas du tout… Ahlala. Faut pas s’étonner d’être malade après !!!

Nous on craque pour…. Un burger. Eh oui, ce sont des choses qui arrivent. Je ne suis pas fan des burgers mais après 2 mois à alterner riz/nouilles… c’est le seul moyen de diversifier un peu. C’est un excellent burger d’ailleurs, on est bien loin du Mac Do…

Ensuite, nous rentrons avec Elena. Les filles veulent s’acheter une pochette. En arrivant dans la chambre, Elena me dit « Julie c’est quoi cette bête sur le lit ? » Et voilà… A nouveau des bêtes de lit. On en voit plusieurs de suite, ça doit être infesté. C’est pas faute d’avoir demandé avant de prendre la chambre « Vous êtes sûre à 100% qu’il n’y a pas de bêtes de lit ? » « Oui oui ça a été désinfecté hier… »

Je retourne à la réception faire ma française (Comprenez : Râler ahah). Elle nous change de chambre. Elle me dit « Je ne comprends pas on a tout sprayé hier, pourquoi il y en a encore ? »… « Comme je vous l’ai dit il y a 10 jours, le spray ne sert à rien, il faut tout passer à la vapeur ». Sauf qu’elle ne comprend pas le terme vapeur. J’explique : De l’eau qu’on fait chauffer. Elle comprend juste de l’eau et me répond que l’eau attire les bêtes de lit. Bon c’est pas gagné. J’abandonne, tant pis pour les suivants, j’aurais essayé…

Nous changeons de chambre et j’attends les filles à la réception. Elles sont ravies d’apprendre qu’il y a ENCORE des bêtes de lit et qu’il faut ENCORE changer de chambre. Après tout ce temps sur l’île, ça fait beaucoup d’activités et d’efforts en une seule journée.. Déjà qu’on a dû porter les sacs, prendre le bateau, porter les sacs, prendre la fourgonnette, porter les sacs, trouver un lieu ou dormir. Pfioulala, on n’a plus l’habitude nous !

Nous ne tardons pas à nous endormir. Au réveil, Elena est déjà partie… Décidément…

Nous filons petit-déjeuner au Monkey Island (Nostalgie quand tu nous tiens…) et j’avoue avoir un moment d’hésitation… Soit je paie 6$ et je me tape 5 heures de bus pour aller dans une capitale bruyante, surpeuplée et polluée. Ou alors… Je paie 7,5$ et dans 40 minutes je suis au paradis. Les filles me raisonnent : Si t’y retournes, tu ne partiras plus. C’est pas faux… Bon d’accord… Mais quand même, elle me manque mon île… Je trouverai un petit singe, je le dresserai pour qu’il aille chercher les cocos. Je trouverai un autre singe qui récupèrerai les lunettes et autres objets perdus sur la plage. Ensuite, je trouverai un petit chien, je le dresserai pour qu’il aille chercher du poisson. Je vendrai des cocos la journée sur la plage et j’aurai un petit shop où je vendrais les objets trouvés et le poisson. Avec l’argent, je pourrais m’acheter des banana shakes. Vous voyez, j’ai pensé à tout…

Retour à la (dure) réalité. Nous attendons donc le bus. Mais c’est un petit bonhomme avec un casque de moto sur la tête qui se pointe : « Phnom penh ? » Euh ouais enfin bon, nous on a demandé un bus, on va aller où à 3 en moto ? » Bon, on se rend compte qu’il est en tuk-tuk. OK. Mais on vient de passer un mois au Vietnam, nous voulons nous assurer que nous partons bien avec la bonne personne. Nous allons à l’intérieur : La fille nous fait signe que c’est bon, c’est normal, nous pouvons y aller, c’est inclus dans le prix du billet. OK. Nous sommes toutes contentes de refaire du tuk-tuk, c’est marrant le tuk-tuk.  ^^

Nous arrivons au bus… bel effort de décoration à l’intérieur. C’est le truc le plus kitch que j’ai vu de ma vie. Attachez-vous bien : Les rideaux sont en dentelle bleu-vert passé, les sièges vert herbe fraîchement coupé en imitation cuir avec une bande au milieu cuir crocodile avec des motifs léopards. Au plafond, de la tapisserie à fleurs magnifiques et des bandes de marbre. Valérie Damidot n’aurait pas tenu 10 secondes sans sortir sa marouflette. Un chef d’œuvre !!

En plus d’admirer la déco, nous admirons le sens de l’organisation des cambodgiens : Nous avons des places attribuées et il y a un nombre de personnes correspondant au nombre de sièges. Alors OK, vous vous devez vous dire « Ben et alors ? Normal non ? » Oui, mais après plusieurs trajets au Vietnam à stresser : « Est-ce que je vais passer ma nuit dans le couloir ? », nous sommes sous le charme de ce sens élevé de l’organisation !

Nous avons de la place pour nos jambes, il n’y a pas de paquets qui traînent partout et nous partons à l’heure. Ils font forts pour nous impressionner aujourd’hui ! Un bus avec des portes qui ferment et des fenêtres nous aurait suffi ! Pas besoin d’aller chercher aussi loin.

En arrivant à Phnom Penh, il y a bien sûr une foule de petits bonhommes qui nous attendent « Tuktuk my friend ? » On essaie de se repérer pour savoir si nous avons besoin d’un tuk tuk ou pas. Merci le routard, cette gare routière n’est pas sur le plan. Décidément, ça ne sert vraiment à rien ses guides de voyage ! A part t’emmener dans des hôtels remplis de français qui ont le même guide que toi…

Bon nous voyons que nous sommes à plus d’un kilomètre, on sort d’une semaine sur une île. Déjà prendre un bus a été un effort énorme. On prend un tuk tuk, parce qu’en plus on aime ça prendre les tuktuk !!! On négocie à 50 cents chacune et c’est parti, il nous emmène dans la rue des backpackers. Une fois là-bas on fera comme d’hab : « Combien la chambre ? On peut la voir ? »,… Au troisième, on a une chambre pour 3 à 4$ par nuit avec salle de bain rien que pour nous et une terrasse au bout du couloir. Parfait.

Les filles décident d’emmener leur linge à laver. Moi, après ma séance lessive sous cocotier au paradis, je n’ai pas utilisé de vêtements depuis donc je suis tranquille pour quelques jours. Et heureusement pour moi. Le lendemain, elles vont pour récupérer leurs affaires : au début il en manque la moitié… A force de râler et de chercher, elles récupèrent tout. Sauf que la plupart des affaires sont trempées et que la lessive se paie au poids… Du coup, elles récupèrent ce qui est sec et laissent le reste jusqu’au lendemain. En arrivant à l’hôtel, c’est la douche froide : Ils ont fait un trou dans leur serviette et 2 débardeurs sont tâchés. Formidable !! On n’était pas bien en toute autonomie sous notre cocotier à frotter ???

Nous partons faire une promenade de nuit dans Phnom Penh. Nous partons nous promener au bord de Tonle Sap, la rivière qui traverse la ville. On se croirait sur une promenade au bord de la Méditerranée ! Il ne manque plus qu’un tapis rouge et Brad Pitt et on se croirait sur la croisette ! Mais non, j’ai bien regardé, Brad n’est pas dans le coin.

Il y a plusieurs restaurants sur plusieurs étages avec une vue sympa. Nous n’avons rien mangé depuis ce matin, il est peut-être temps de s’y mettre ! Nous nous installons à un étage… après quelques secondes, le couple à côté de nous engage la conversation. Après 2 phrases, je leur dis « Mais vous êtes Suisses ? »^^ eh oui, des valaisans !!!!!!!! AHHHHHHHHH ! Au bout de 2 phrases, je me rends compte que je reparle avec l’accent. Ça m’avait manqué ^^. Alors figurez-vous que ces valaisans, j’ai déjà dû les croiser un paquet de fois ! Ils vendent des produits valaisans : Charcuterie, fromage,… que des trucs à vous faire exploser votre cholestérol. Et notamment, tous les ans, jusqu’à l’année dernière : Ils ont un stand au Paléo !!!  Pour ceux qui vont au Paléo : A droite de la grande scène, là où il y a les stands fromage (raclette, fondue,..). Moi qui pensais que c’était rentable d’avoir un stand au Paléo, je me suis bien trompée. Ils arrêtent, car même s’ils vendent toute la semaine, l’emplacement est tellement cher qu’ils ne gagnent quasiment rien. Ils font d’autres festivals en Suisse, je guetterai à mon retour !

Du coup, ils ont pas mal de temps pour voyager et prennent 2 mois et demi par an pour faire un ou 2 pays à fond. Cette année, ils ont fait le sud de la Thaïlande et le Cambodge.  Après quelques minutes, nous comprenons qu’ils s’octroient des budgets de voyage plus que confortables, alors nous rigolons quand elle nous dit qu’elle ça fait 30 ans qu’elle voyage et elle n’a jamais été malade… C’est sûr qu’en mangeant que dans des bons restos, on limite quand même beaucoup les risques ^^.

Je leur conseille évidemment d’aller à Koh Rong, mais ça faisait déjà partie de leur trajet. Ca m’a fait plaisir d’entendre un peu l’accent suisse !!!

Je commande un poulet mangue. Je pense sincèrement que je pourrais manger ce plat à tous les repas sans me lasser tellement c’était bon ! Je ne saurais dire ce qui était le plus fondant en bouche : la mangue ou le poulet. Je m’excuse auprès du poulet qui a dû se faire emmener au marché à l’arrière d’un scooter, triturer les plumes, peser devant les copains, attacher les pattes, circuler à moto pendu par les pieds avec la crête à 5 cm du sol pour finir plumé et coupé en morceaux au milieu de la mangue. Désolée. Mais franchement, ça valait le coup de le plumer celui-là. Bon avant de le manger, la serveuse m’a amené une fourchette… Non mais elle nous a regardé là ??? Moi manger avec une fourchette ? Je lui demande de m’amener des baguettes. Je vois qu’elle a un moment d’hésitation. Effectivement, je comprends mieux pourquoi quand elle me ramène des sauces (Ketchup, nuoc man… qu’est ce que je vais faire de ça ? je ne veux pas ruiner mon poulet mangue à coup de ketchup ! Ce serait un crime ! Enfin un second crime parce qu’il y a déjà eu le poulet dans l’histoire ne l’oublions pas). Je réitère ma demande : Des baguettes. Elle fait oui oui… et va me chercher un autre serveur qui me demande ce que je veux. Des baguettes… Il fait « Ah » avec un grand sourire. La serveuse revient 30 secondes plus tard… avec du poivre. Comme au Vietnam. Au lieu de te dire, je ne comprends pas, ils te ramènent un truc en espérant tomber juste… dommage ça ne marche pas à chaque fois. Je prends la fourchette et la cuillère et les tiens comme des baguettes. Et là c’est l’explosion de joie et soupirs de soulagement pour eux : Ils ont compris…

Avec ça, quoi de mieux qu’une coco ? Bon je me suis faite avoir sur celle-là. A koh Rong, nous avions trouvé la coco de mes rêves, la coco parfaite : Après 5 personnes à avoir bu dedans, elle était toujours aussi pleine. Là, j’ai à peine pu me déshydrater qu’elle était vide. Pfu. Coco des villes va.

Après ce coûteux mais délicieux repas, nous rejoignons nos pénates. Demain, nous attaquons la visite de la capitale !!

Ju

3 réflexions au sujet de « Bye-bye paradize… La pollution nous avait manqué (ou pas) »

  1. Oula,dure retour à la réalité!Je t’avais quitté sous les cocotiers,je te retrouve au milieu des motorbikes,tuk-tuk et backpapers….Tu auras remarqué que grâce à toi,je commence à connaître plein de trucs. Je sens qu’il va t’arriver plein d’aventures. On commençait à s’ennuyer sous les cocotiers…ou alors t’envier. Cool que ça change,lol,désolé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s