A la découverte du génocide cambodgien à Phnom Penh

Bonjour à tous,

Nous voilà donc à Phnom Penh, capitale cambodgienne. Outre le choc dû au fait que nous venons de passer une semaine sur une île déserte et que nous nous retrouvons dans une capitale, il y a le choc par rapport à ce que nous avons vu jusqu’à présent du Cambodge… Arrivée depuis le Vietnam par Kep, ce que nous avons vu en premier du Cambodge, ce sont des routes en terre, des zébus,… un pays bien plus pauvre que le Vietnam. Et là, nous nous retrouvons à Phnom Penh où on se croirait sur la croisette… Léger contraste. La promenade est bien entretenue, propre,… deux rues plus loin, les rues sont infestées de déchet et les odeurs donnent vraiment la nausée (première fois que ça m’arrive depuis que je suis partie. Par endroit, c’est à peine tenable)…

Pour commencer la matinée, nous nous dirigeons vers une boulangerie française trouvée dans un fascicule à l’hôtel : Comme à la maison. Il y a un peu plus d’un kilomètre, ça nous permettra de découvrir la ville. Nous passons par le monument de l’indépendance, la boulangerie est à à peine 5 minutes de cette place. Quelle bonne surprise en arrivant : c’est calme, il y a un restaurant accolé au milieu d’un jardin en fleurs, c’est paisible. Ah, que ça fait du bien à nouveau du calme ! (Même si nous sommes loin des décibels vietnamiens en pleine rue…) Nous rentrons dans la boulangerie : Tout est écrit en français, mais surtout : ça ressemble effectivement à une boulangerie française !!!! Tout y est : Baguette, pain au chocolat, croissant et surtout… croisssant aux amandes. Hum. Je choisis celui-là. Nous allons nous installer et je commande un thé froid pour l’accompagner. Mymy a aussi craqué pour le croissant aux amandes et Ju pour le pain au chocolat. Dès la première bouchée, c’est le paradis des papilles : ça ressemble mais ça a aussi le même goût ! Puisque c’est comme ça, nous en prenons un deuxième ! Le petit-déjeuner, c’est le plus dur. En France, nous sommes habitués à manger du sucré. Ici, le sucré n’existe pas. Et riz/nouilles au petit-déj, ça ne fait plus rêver après quelques semaines. Sinon, il y a les omelettes, mais pareil, après quelques semaines, on aime trouver d’autres choses !

Nous reprenons nos bonnes habitudes de l’île : Nous traînons un moment à ce restaurant à contempler la carte qui fait saliver mais où les prix font pleurer. Nous nous contenterons du petit-déjeuner.

De cette boulangerie, nous sommes à côté du musée Tuol Sleng. Attention, c’est le moment culturel et pas très rigolo de cet article…

Le musée Tuol Sleng (ou S-21) est une ancienne prison mise en place sous la dictature Khmer rouge dans les années 70. Il y avait 190 prisons disséminées dans le pays, celle-ci est la plus « connue ». Le principe était simple : On vous arrêtait pour n’importe quelle raison bidon (tu as des lunettes, tu es donc un intellectuel, donc quelqu’un de louche, donc coupable… voilà, par exemple !), on vous emmenait dans cette prison qui à la base était une école construite par les français (on est vraiment des gens supers cools) pour que vous confessiez vos crimes. Une fois le crime confessé, on vous emmenait en-dehors de la ville, dans les « killing fields » où on vous exécutait. A coup de pioche ou autre instrument pour ne pas utiliser trop de munitions. Les crimes confessés étaient bien souvent imaginaires (Normal… si tu te confesses on arrête de te torturer, à un moment donné, tu finis par dire n’importe quoi…) et bien souvent insignifiant… Par exemple, il y avait quelques confessions que nous pouvions lire : Un garçon a été arrêté. Il ne connaît personne de suspect et n’a commis aucun crime. Mais comme ils n’étaient pas trop sûrs pour son père (peut-être il aurait pu connaître des gens louches), du coup le fils était suspect et  donc a été exécuté… Logique. Il y avait 4 bâtiments qui se visitent aujourd’hui. Il reste des lits ou les points d’attache des prisonniers. Le plus marquant est la salle où sont exposées les photos des prisonniers à leur arrivée à la prison. Des hommes, des femmes, mais aussi des enfants, des bébés et des familles entières.

Ce n’était pas le moment le plus drôle de la journée, mais c’est quand même nettement moins choquant que le musée à Ho chi Minh avec les fœtus dans le formol et autres expositions d’horreurs… Ici, c’est plus exposé par rapport à un devoir de mémoire, pour ne pas que l’histoire se reproduise. Ça manque d’explications, on se contente de vadrouiller de salles en salles.

J’y suis allée seule, les filles avaient un peu peur de ce qu’elles allaient trouver (le routard est un peu glauque dans la présentation du musée, il y est décrit les différentes méthodes de torture… le musée est bien moins terrorisant que le guide !).

En sortant, il fait une chaleur assommante. Je décide de négocier un moto bike pour rentrer. Je tombe sur un premier conducteur. Ils ont le sourire ici et le sens de l’humour. Il me propose 3,5$ pour me ramener. Je sais que ce trajet doit coûter un ou 2 dollars. Je lui dis que c’est trop cher. Il me propose donc 10$. Il a le sens des affaires. Il est mort de rire, moi ça m’amuse aussi. Donc je continue de négocier avec lui mais m’arrête quand j’atteins les 10 millions de dollars. Là, c’est vraiment trop. ^^

Un autre prend la relève, je finis par avoir ma course à 1$. C’est parti pour un tour de moto dans la capitale. C’est pas Martin qui conduit mais c’est sympa quand même ! En me déposant, il me demande ce que je fais le lendemain, s’il peut m’emmener quelque part… non, je suis fainéante mais seulement de temps en temps !

Je rentre, les filles vont sur internet et quand elles reviennent il est 22h30, nous n’avons pas mangé. Nous commandons juste des pâtes à l’hôtel.

Ce soir-là, je ne sais pas ce qui nous arrive, nous avons toutes les 3 une grosse insomnie. Nous regardons photos, films, séries et ne dormons pas avant 3-4 heures du matin…

Demain dernière journée complète à Phnom Penh !!!

Ju

5 réflexions au sujet de « A la découverte du génocide cambodgien à Phnom Penh »

  1. J aime toujours autant tes récits que je dévore. Phnom pen c est un nom qui me fait frissonner, pour moi c la guerre atroce sur des civiles que j ai vécue sur ce que l on voulait bien nous dire à l époque aux nformations. Quand ça se passait, je n avais alors que ton âge !!! Aujourd’hui, du haut de mes 62 ans ( zut c vrai ça commence à faire vieux quand même), je le revis comme si c était hier. C était l horreur à l état pur. Un film qu il faut absolument voir c est « la déchirure ». Nous sommes amis avec des laotiens de perols qui ont arrivés à s enfuir après de nombreuses péripéties dans des conditions effroyables ! . Ils voyageaient de nuits avec quatre enfants et comme il ne fallait faire aucun bruit elle bourrait la bouche de son bébé. Et si les laotiens en France sont très unis , solidaires et toujours heureux c est qu ils ont connu tous les mêmes horreurs. En France, nous sommes pour eux des petits enfants pourris gates qui ne sont jamais contents de leur sort parce qu ils n ont jamais connu la domination totale. Je ne sais pas ce que pense les vietnamiens cambodgiens et laotiens de mon age de voir tous ces blancs (américains, européens) revenir avec leurs dollars se la couler douce dans ce pays et s emparer des plus beaux sites pour faire leur bisness, ils ont peut être raison de vous arnaquer de quelques euros, non ? ….

    • en fait ils adorent les français :):) Les américains un peu moins…
      ils vivent beaucoup du tourisme donc je pense qu’ils sont contents de voir des touristes ^^
      les cambodgiens ont des sourires incroyables. Les enfants passent leur temps à nous faire signe coucou, à nous sourire. Les adultes sont tellement gentils également…
      Aucune rancoeur. Mais bon, c’est comme si nous on en voulait aux allemands quand ils venaient chez nous. Je pense qu’une fois que c’est terminé et que la nouvelle génération arrive, ils savent que nous ne sommes pas responsables de ce qui s’est passé…

  2. Il n’y a pas un musée des collections d’art du Prince Norrodom Syanuk ? (pas sûre de l’orthographe) ce serait plus palpitant que les musées de mémoire … J’ai hâte de lire la suite de tes aventures …

  3. Dernière journée donc des transports donc des aventures…YOUPIIIIII. Car aujourd’hui,il ne s’est rien passé!La décepcion!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s