Bonne nouvelle: On ne se lasse pas du paradis!

Hello !
Dur réveil à Koh Rong. Un petit coup d’œil par la fenêtre du bungalow : C’est bon nous n’avons pas rêvé, tout est encore là : La plage, le hamac, les eaux translucides (oui elles aussi sont toujours là !). Hop, on remet les maillots et nous filons chercher un petit-déjeuner pour bien attaquer la journée. Et aussi pour nous remettre des émotions de cette nuit. Le réveil par le rat à 4h du matin, c’est pas paradisiaque du tout.

En sortant de l’hôtel (enfin quand je dis l’hôtel, y’a des bungalows un peu partout, une case avec un accueil, tout ça les pieds dans le sable. Donc c’est juste que nous sortons de notre allée de sable pour rejoindre la plage. C’est ça sortir de l’hôtel), si nous allons à droite, ce sont les locaux : Moins cher et nous faisons tourner l’île. A gauche : Les autres : Beaucoup plus cher et plus européen ou américain. Nous tournons donc à droite, comme à chaque fois. Riz et nouilles à chaque fois. Nous aimons bien manger autre chose au petit-déjeuner. Nous finissons par trouver un hôtel qui fait pancakes et omelettes a des prix raisonnables. Les tables dans le sable sont toutes prises, mais en levant les yeux, nous découvrons qu’il y a aussi des tables au premier étage. Nous nous y installons toutes les 4 (Elena est avec nous) avec une magnifique vue sur la mer. Il y a un peu de vent ce matin…

2 filles cherchent une table : Nous leur proposons de venir avec nous (T’as nulle part où dormir ? viens dormir à la maison ! T’as nulle part où manger ? Assieds-toi à notre table ! Je vais avoir des habitudes bizarres en rentrant…) : Une polonaise et une allemande. Toutes deux repartent aujourd’hui : L’allemande est là depuis 5 jours, la polonaise depuis 3, mais elle n’a pas eu beaucoup de chance depuis qu’elle est arrivée sur l’île… Le premier jour, elle s’est fait mordre par un singe (Non, ce n’est pas une métaphore, il n’y a aucun jeu de mot, rien : elle s’est vraiment fait mordre par un singe…), du coup le deuxième jour, elle devait aller faire du snorkelling, elle a dû annuler à cause de son doigt mordu. Le soir, elle devait aller nager avec les planctons (oui je vais aller nager avec les planctons !!!!!!!!!! Je n’aurais jamais imaginé le faire un jour ! Un bateau emmène de nuit au large, on saute dans l’eau avec les masques et on bouge… ça fait bouger les planctons qui brillent dans la nuit… magique apparemment !!! A faire une fois dans sa vie ^^), mais à cause de son doigt elle n’a pas pu aller dans l’eau… Et là, nous avons toutes un super petit-déj… sauf elle. Vraiment pas de chance sur cette île !!!

Nous discutons principalement de l’île. Lorsque les françaises rencontrées à Saigon (Sarah et Lise-Hélène) nous avait dit de venir à Koh Rong, elle nous avait raconté leur périple : Elles avaient été réveillées à 5h du matin par des cris, il avait fallu évacuer car un incendie s’était déclenché. Toute l’île s’était retrouvée sur la plage à balancer des seaux d’eau. Heureusement, il n’y avait pas de vent ce matin là, seuls 2 habitations ont été démolies. Elles nous avait raconté que c’était à cause d’un court-circuit, probablement avec une ampoule. L’allemande a entendu une autre version… qui fait un peu froid dans le dos…

Apparemment, une touriste s’était rendue de nuit à Long Beach, la plus belle plage de l’île, mais il y a un bon trek de 40 minutes assez pentu pour y accéder et a été retrouvée morte il y a un mois… Ca ressemble à une légende urbaine : On lui aurait dit que le meurtrier serait revenu mettre le feu, car là où le feu s’est déclenché, c’est là où la touriste logeait… Mouais…

Le lendemain, nous rencontrerons Eddy, un français qui habite ici depuis 4 mois. Nous qui espérions entendre qu’on finit par se lasser de cet endroit, c’est raté, il aime toujours autant… Nous lui parlons de cette histoire de meurtre… Il nous confirme que c’est une légende^^. Il y a bien une dame de 50-60 ans qui a été retrouvée morte sur l’île, mais apparemment de cause naturelle, c’était il y a 6 mois et le feu il y a 2 semaines se serait déclenché à cause d’un touriste qui se serait endormi avec sa cigarette… la moustiquaire a pris feu et comme tout est fait en bois ici, c’est parti très vite… Le soucis, c’est qu’évidemment, ils n’ont pas d’assurance ici… Et qu’en plus la police a décidé qu’il n’était pas possible de reconstruire à cet endroit… allez savoir pourquoi…

L’après-midi nous partons à la plage 4 km (C’est son nom). Il faut suivre un chemin dans la jungle pendant une bonne dizaine/ quinzaine de minutes qui passe parfois par des plages désertes, parfois par une jungle épaisse. L’arrivée est à couper le souffle. Une plage de sable blanc qui s’étend sur 4 kilomètres devant nos yeux. Rien d’autre. Que de la jungle, du sable blanc et de l’eau turquoise… On fond quand on tombe sur le lagon… Si ça ne ressemble pas à ça le paradis, c’est que c’est vraiment pourri. Nous sommes peut-être une dizaine maximum à se disputer une plage de 4 km…

On s’installe : Il y a une petite cabane, je file voir s’ils y vendent des cocos (oui je deviens accro…). Celui qui tient la cabane est australien. Il s’appelle Harti et a une bonne cinquantaine-soixantaine d’années. Sur la cabane il y a une pancarte : « Bière gratuite si vous chantez une chanson ». C’est bien un australien ^^.

Le soir, nous nous installons sur la plage devant le bar de notre hôtel, Coco, avec une finlandaise, Kaisa et un Australien, Andrew. Le courant passe tout de suite. Andrew vient de la Sunshine coast, un vrai paradis australien. Même lui trouve l’île paradisiaque, alors imaginez !!!

Andrew est sur l’île depuis une semaine et demi et Kaisa depuis 5 jours. Andrew a essayé de partir une fois, mais il est finalement revenu le lendemain… Je vous l’ai dit il y a un problème avec cette île !!!

Comme ils sont là depuis quelques temps, ils nous expliquent : Le début de la soirée, c’est à Cocos, ensuite Seahouse (un bar sur piloti…), puis Bunna (un bar sur la plage ouvert jusqu’à 2 heures), puis Vagabond qui reste ouvert après 2h. Alors en fait pour passer de l’un à l’autre, il suffit de marcher 5 mètres les pieds dans le sable et la tête dans les étoiles et vous vous retrouvez au lieu suivant…

Nous restons faire l’happy hour avec les filles à Cocos et moi je les rejoindrai plus tard directement à Bunna. Un bar très sympa. Il y a un énorme mur recouvert d’un tableau à la craie avec pas mal de pays du monde et un chiffre en face. C’est une  « compétition » mondiale : Il faut descendre des bières en un certain temps et si c’est bon, on peut rajouter un point à son pays. Les australiens sont à plus de 2500 points… Bon les français avec 500 points on est loin derrière, mais comparé au Swaziland qui a 2 points, nous ne sommes pas si mal…

Sur l’île, il faut jouer au Beer Pong ! C’est le sport national de cette île : 2 équipes de 2 ou 3 personnes, chaque équipe a 6 verres devant elles, posées en forme de triangle avec de la bière, il faut lancer une balle de ping-pong dans les verres adverses : Quand ça tombe dans le verre, l’équipe doit boire le contenu et la première équipe qui a eu tous les verres de l’autre a gagné. Je me mets avec Andrew : Il est australien, on trouve un bon compromis. Je suis joueuse, j’ai envie de jeter la balle, il est australien, la bière c’est comme de l’eau pour lui. Je jette la balle et il boit les bières. Equipe de choc. Bon il y a tout un tas d’autres règles que j’apprends au fur et à mesure. Ce qui est rigolo c’est que chaque pays a ses propres règles, alors avant chaque partie il faut se remettre d’accord… Par exemple, il y a une règle, c’est si  quand tu lances la balle de ping-pong, tu arrives à la récupérer, tu as le droit à un « tricky shot », c’est un coup à l’arrache (les yeux fermés, en montant sur le dos de son coéquipier,…). Du coup, il faut vite rattraper la balle avant les autres, donc ça donne des vraies parties de catch. Bon la dernière partie, y’avait un américain qui ressemblait légèrement à une armoire à glace (je pense que l’armoire à glace a l’air étroite à côté de lui…), légèrement compétiteur. Il s’est jeté pour rattraper ma balle, moi je n’ai rien voulu lâcher, ça n’a pas raté je me suis retrouvée propulsée contre la table… Aïe l’épaule, mais je m’en fous j’ai eu la balle.

Note à mon futur employeur : Je ne lâche rien ^^.

Avec Andrew (l’australien), nous faisons une équipe de choc. Enfin la première partie parce que la deuxième on l’a perdue…

C’est physique cette île, il faut se lever tôt pour profiter des journées qui défilent beaucoup trop vite et il faut aussi profiter des nuits ! Heureusement que l’île est parsemée de plages et que les plages sont parsemées d’hamacs !!!!

A demain !

Ju

12 réflexions au sujet de « Bonne nouvelle: On ne se lasse pas du paradis! »

  1. ça donne trop envie. Pour dire que nous,il pleut et les paysages sont très routiniers. Profite bien!Je boirai bien volontiers une bonne bière au bord de l’eau!Tanpis.

    • mais noooooooooon on est repartie hier! je suis à phnom penh là!!!
      alors il faut aller au monkey islands et il ne faut pas aller à Coco :):)
      t’arrives 3 jours 3 tard, on est tous reparti en même temps :(:( si j’avais su, j’aurais attendu :):):)
      vous êtes pas à phnom penh en attendant?? On y est arrivée cet aprem!!!

  2. J ai bien compris, je ne me trompe pas : « tu es au paradis » ! Mais, je ne savais pas qu au paradis, la bière (c est bien  » que  » de la bière?) coule à gogo jusqu à quatre heures du mat !!! La vieille tâtie s inquiète, et ne s inquiete pas pour rien. conseil : dans ce rêve paradisiaque d apprentis touristes de nulle part et de partout, mieux vaut se méfier de ces jeux si rigolos, si enivrants, , si tu ne veux pas terminer un jour en soi-disant « légende du Cambodge », surtout que ces nuits si bien arrosées ne sont pas compatibles avec de la plongée sous marine…. Allez Julie nage nage nage dans l eau turquoise et évite ces jeux qui, tu me connais, ne sont pas pour une vraie aventurière … méfie toi c qu en on croit trop qu on est au paradis qu on y est plus .!!!!! Certains vont dire de quoi elle se mêle, mais je suis ta marraine et je veille je veille même l autre côté du globe …..et c est mon devoir !!!

    • Zut g fait une grosse faute j ai marqué : méfie toi c est qu en on est au paradis. Alors qu il faut mettre méfie toi c est quand on croit qu on est au paradis qu on y est plus…… Agnes

      • Ok, j ai relu ….Oui andrews (ok il est australien) mais tu dis qu il i est devenu accro puisqu il ne peut plus se passer de cette île ou les bières sont si faciles à descendre sur des paris surprenantssur . .. Bon c est sur par tes écrits je me fais le film. Mais j insiste fermement : méfie toi quand même de cette île paradisiaque la petite française aux yeux bleus qu elle te fasse oublier l essentiel de ce tour magique…..que tu as initialement prévu. C est encore la tâtie …….😜

      • non mais je suis à phnom penh là, je dois juste rattraper le retard dans mes articles car que je n’avais pas internet ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s