Entre frenchy à Saigon

Hello !

Réveil aux aurores ! L’australienne part un tout petit avant moi, on se retrouvera pour un verre avec Carla à Melbourne vers le mois de Mai !

Je ferme mon sac à 7h et file à la réception pour payer la chambre et surtout récupérer mon passeport (eh oui comme ils doivent tout déclarer à la police, il n’y a pas le choix que de laisser son passeport à chaque fois à la réception !). J’arrive dans le restaurant (enfin la terrasse qui fait restaurant/réception) et le gérant de l’hôtel est en train de dormir… il  a pris 8 chaises qu’il a collées les unes contre les autres et a accroché une moustiquaire par au-dessus ! Je suis toute embêtée, je n’ai pas d’autre choix que de le réveiller, il faut bien que je récupère mon passeport avant de partir ! Déjà que ce n’est pas très simple de se comprendre en temps normal, alors au réveil, je vous laisse imaginer !!

Je finis par réussir à faire mon check-out et récupérer mon passeport, quelques minutes plus tard, le bus arrive. C’est parti pour 6 heures de bus. La route est sympa, mais après avoir fait Hue => Hoi an, Hoi An => Dalat et Dalat=> Mui Ne… c’est nettement moins joli !

Vers 14h, j’arrive enfin à Saigon (oui les durées des trajets sont très flexibles ici… en gros l’horaire indiqué, c’est plus ou moins 2 heures… Il ne faut pas être pressée !)

Leçon N°10 : Tu sais quand tu pars, mais jamais quand tu arrives…

Quelle chance, en descendant du bus, je remarque qu’il m’a posée pile dans la rue que j’avais repérée sur Hostel World, la rue où il y a tous les backpackers (ça peut vous paraître logique, mais à Dalat, il m’avait déposée au milieu de nulle part : Pas de taxi, pas d’hôtel, …). Je regarde ma liste et remarque que je dois être à côté d’un qui est pas trop cher. Au bout de 5 minutes, je le trouve et demande le prix de la chambre : 5 euros avec le petit-déjeuner inclus, ça fera l’affaire. Quand je récupère des clés, je remarque 2 filles qui étaient dans le bus avec moi, elles galèrent à parler anglais avec le réceptionniste, je comprends qu’elles sont françaises. Je commence à leur parler : Elles me demandent comment sont les chambres, le prix,… Je leur dis que tout à l’air ok et du coup le réceptionniste nous met dans la même chambre.

Je file monter mes affaires, prépare un petit sac à dos (après toutes les histoires d’arrachage de sac en bandoulière que Martin m’a racontée, je ne me risquerai pas à sortir avec !) et file au musée de la guerre… Hum. On m’avait prévenue : C’est trash. Mais je ne m’attendais quand même pas à ça… En gros, sur 3 étages, ce sont des photos des vietnamiens qui ont été exposés à des armes chimiques lancées par les américains, notamment l’agent orange. Leurs enfants sont difformes, paralysés, ont des membres manquants,… Il y a des fœtus à 2 têtes ou déformés conservés dans du formol. Des photos d’enfants abattus par les américains. Des photos de familles prises avant de se faire massacrer. Un vrai musée des horreurs… Je n’ai rien appris sur la guerre, mais j’ai bien compris que les américains n’étaient pas très appréciés… Un des reproches qui leur est fait dans ce musée, c’est le fait que des dédommagements ont été versés pour les vietnamiens exposés. En revanche, rien n’est prévu pour leurs enfants handicapés, descendants des vietnamiens qui ont été exposés aux armes chimiques et rien n’est prévu non plus pour assainir les sols. J’ai vraiment trouvé ce musée choquant… D’ailleurs, j’ai regardé le livre d’or à la sortie, une américaine venait d’y inscrire : « Je ne savais pas que nous avions fait ça, j’ai vraiment honte d’être américaine. Je suis sincèrement désolée ». Le côté acharnement contre les américains, absence de faits historiques et d’objectivité et surtout cette surexposition dramatique ( des photos de bébés complètement difformes avec pour légende : Bébé d’un couple exposé aux agents oranges décédé le lendemain du jour où la photo a été prise…. Ou une photo d’une fille de 2 ans, sans bras, sans jambes, avec pour légende : « Que va-t-elle bien pouvoir faire de sa vie ? »…). Et ces fœtus… Pour ma part, j’ai trop ressenti l’effet propagande/acharnement plutôt qu’une volonté de partager l’histoire de ce pays…

Je suis ressortie abattue de ce musée. C’est très dur de repartir pour autre chose. Du coup, je suis partie m’installer pour boire un thé. Je n’ai pas faim du tout et plus envie de vadrouiller.

Je profite du wifi pour envoyer un message à Martin, le prévenir que je suis arrivée plus tôt que prévu et que je suis déjà là. 5 minutes après, j’ai une réponse : « on peut se retrouver maintenant si tu veux ». Parfait, ça me fait plaisir et en plus ça va me remonter le moral et me faire penser à autre chose ! On se donne rendez-vous devant la cathédrale. Je finis mon thé et je file. J’ai un plan, en 10 minutes je trouve la cathédrale. Je vois Martin débarquer quelques minutes plus tard en Vespa eheh. Je m’installe à l’arrière, comme au bon vieux temps^^. Nous partons à quelques minutes de la cathédrale dans un bar à vin. « Je me suis dit qu’au bout de 2 mois le vin français devait commencer à te manquer ». Bien vu J

Nous allons rester à boire des verres jusqu’à la nuit tombée, puis lui retourne dans son quartier d’expat et moi dans mon quartier d’aventuriers ^^. Une fois de plus on se dit au revoir en se disant « Bon cette fois, c’était la dernière ». Mais comme on se dit ça depuis Hanoi !!!

Je retrouve les françaises à l’hôtel, on se fait un compte-rendu de notre journée, de nos voyages, … Le courant passe super bien. Nous discutons encore à 2h du matin.

A 2h30, Justine, alias…Ju ^^, remarque qu’elle est en train de se faire dévorer par les puces de lit… Les puces de lit, Kézako ? Ce sont des bêbêtes qui se trouvent dans les matelas aussi bien de backpackers que d’hôtels 4 étoiles et sortent la nuit pour piquer. Ca fait des gros boutons qui démangent énormément… Pas très agréable donc ! Comme elles ne sortent que la nuit, c’est difficile de savoir au moment de choisir la chambre si le matelas est infesté ou pas. Nous regardons le lit de Mymy et le mien : Infestés également. Super. Nous descendons à l’accueil, le gardien est en train de dormir paisiblement. Tant pis, nous le réveillons et lui expliquons qu’il faut nous changer de chambre… Il nous file la chambre au-dessus. Nous retournons remballer nos affaires et à 3h du matin, nous migrons d’un étage. Il y a 2 filles dans la chambre, nous les réveillons en arrivant et leur demandons si elles n’ont pas de puces de lit. Je demande en anglais, la fille ne comprend pas bien, en même temps je la réveille à 3h du matin… Je reconnais l’accent : « AH mais vous êtes françaises ? ». Nous voilà donc à 5 françaises dans une chambre !

A 3h du matin on se retrouve avec des discussions improbables : Une des autres françaises demande « Et vous venez d’où ? » et moi tout naturellement : « Ben de l’étage du dessous »…. Je ne crois pas avoir correctement répondu à la question initiale….

Nous finissons par nous coucher. Mais après cette aventure, nous avons l’impression que ça nous démange toute la nuit. Je suis emmitouflée dans mon drap de soie anti-insectes, mais rien n’y fait, c’est psychologique, j’ai l’impression de me faire dévorer !!!

La nuit ne va donc pas être terrible !

Le lendemain, nous regardons l’heure entre 2 bâillements : Zut il est 8h45, le petit-dej gratuit est jusqu’à 9h. Nous sautons hors du lit pour aller déguster notre omelette. Les 2 autres françaises nous rejoignent, elles ont décidé de changer d’hôtel au cas où. Nous on en profite pour négocier : nous paierons 11$ par personne au lieu de 14$ pour les 2 nuits, c’est toujours ça de gagné ! Les 2 trouvent un autre hôtel à proximité et nous proposons de nous retrouver à 19h en face de notre hôtel pour aller boire un verre ensemble. Etre françaises et baroudeuses à l’autre bout du monde, ça crée immédiatement des liens !!

Je pars avec Ju et Mymy vers le musée d’histoire du Vietnam. Nous sommes venues jusqu’ici en souhaitant connaître un peu l’histoire du pays dans lequel nous nous trouvons depuis près d’un mois !! Eh bien c’est raté. Décidément, il est très compliqué d’avoir des informations. Nous sommes un peu blasées de nous dire que si nous souhaitons en savoir plus, nous allons aller voir sur le net. Chose que nous pourrions faire depuis notre canapé en France ! Sur place, impossible d’en savoir plus… Incroyable ! Bon sinon, quelle surprise, ici aussi à un moment donné ils se sont mis à faire des couteaux, des épées, des bols, des bijoux,…

Il y avait quelques reproductions d’affrontements entre mongoles et vietnamiens ou chinois et vietnamiens. Toutes les figurines représentants les vietnamiens ont l’air vaillantes, offensives,… En revanche, tous les chinois et mongoles sont transpercés de flèches, ont l’air abattu,… La propagande n’est pas très bien dissimulée. Tout est flagrant. C’est désagréable en tant qu’étranger qui vient chercher de la connaissance sur le pays visité…

Nous nous promenons ensuite dans le district 1, les marchés,… Le marché de ce district est clairement destiné aux touristes. Quel choc après un marché comme Cam Cau ! On se fait interpeler de toute part, attraper par les poignets pour se faire diriger vers tel ou tel étal, presqu’insulter si on essaie de négocier, rien n’est local : Nous sommes entourées de robes de soirées, de chaussures à paillettes,…

Nous filons à l’hôtel nous doucher. Une journée dans Saigon et nous avons l’impression d’être recouverte de pollution…

A 19h, les 2 françaises, Lise Hélène et Sarah nous rejoignent. Je préviens Martin d’où nous allons au  cas où il veule nous rejoindre. Nous trouvons un vendeur de différents raviolis dans la rue, nous prenons chacune une barquette et allons-nous installer en terrasse d’un bar (comprenez sur un bout de trottoir sur des mini-tabourets bleus devant une pièce de 10 m2 max) pour accompagner nos raviolis d’une bière vietnamienne.

Au bout de 2 heures que nous discutons, la fille du bar nous demande si nous voulons recommander. Comme nous disons non, elle nous tend des verres en plastique pour verser le fond de nos verres et nous fait comprendre de déguerpir de son trottoir !!!!!!!!!! On rêve ou on vient juste de se faire mettre dehors ??

Du coup, nous allons devant l’hôtel où il y a un parc. Nous avons acheté un jouet aujourd’hui, un vrai sport national ici : Une sorte de volant, il faut taper dedans avec les pieds et les mains pour se faire des passes. Une petite vietnamienne se joint à nous, puis un vietnamien qui est une vraie star ^^. Martin nous rejoint également et se découvrent des amis parisiens avec Lise-Hélène et Sarah ! Quand je les entends parler, on dirait que Paris est un village où tout le monde se connaît !

Après quelques parties, les 2 parisiennes nous abandonnent : elles ont un bus à 8h le lendemain pour Nha Trang. Je les retrouverai dans le nord de la Thaïlande !

Nous, nous rejoignons  des amis de Martin dans un bar. Quand la serveuse voit Martin, elle nous accueille à bras ouverts et nous emmène dans une arrière salle où il n’y a personne à part nous et des vrais sièges !!

Nous buvons un verre avec eux. Puis cette fois, avec Martin, on se dit que c’est vraiment la der des ders ^^.

Nous rentrons à l’hôtel : Cool, nous avons toujours notre chambre pour nous ! Petit dodo en perspective, car il faut être levée pour le petit-déjeuner gratuit ^^.

Préparez-vous, la journée du lendemain n’est pas de tout repos…. Comme à chaque fois que je me déplace en général !

Ju

2 réflexions au sujet de « Entre frenchy à Saigon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s